Sous le ciel miteux de l’actualité

Bitaura cannibale (small)Bitaura, vous souvenez-vous ? Le pire garde des sceaux qu’ait connu la république bananière. L’hagarde des sots, qui a massacré la justice, marié les paires perverses, fait des prisons des hôtels pour la racaille.   On croyait cette néfaste enterrée sous les décombres dans le dépotoir de l’Histoire. Eh bien elle survit, même pas mal. Il est vrai qu’elle est pourrie de fric : ça aide. Figurez-vous qu’elle dispose même d’un réseau d’anciens « conseillers » au sein des chèvres de la « majorité » macronique, nommément Reviergo, chargée des associations chez Girardin, soi-disant ministre de l’Outre-Mer. Jemaï, ancienne communiste, dans l’équipe du très douteux Ferrand, comme conseillère législative des biquettes LERM, notamment -aucun étonnement- sur les dossiers relatifs à l’invasion. Des malades comme Bitaura ne crèvent jamais politiquement, elles émettent des métastases. Métastases qui gonflent les rangs des Tontons Macroutes. Jupinet, tu peux toujours essayer de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, à fréquenter des traîtres de ce calibre, nul ne peut plus te faire confiance. Sauf les margoulins et la masse des imbéciles.

djahidou-le-retourIl y a un truc qui fout les flubes aux escrocs qui gouvernent : la question du « retour » des djihadistes. 82% des Français préfèrent qu’on abandonne ces ordures à leur sort, même dans les rangs de Méchancon (78%) et des chèvres LERM (78%). C’est dire que seuls quelques traîtres patentés -et les coreligionnaires des assassins- souhaitent que ces vermines soient soustraites à la punition légitime. Valeurs Actuelles de cette semaine (1er février) évoque cette question avec franchise. On y évoque même la djihadiste allemande condamnée à la pendaison (j’espère que les Irakiens ne se dégonfleront pas !). Un autre déchet d’humanité, Köning, haïssant la France, voudrait bien échapper au supplice possible en revenant en France pour y être jugée par les magistrats rouges. C’est curieux, les ennemis de la France et de l’Occident en général se déclarent prêts à faire amende honorable. Ben voyons ! Djihadiste un jour, djihadiste toujours : qu’ils crèvent ! Y compris les morpions enragés baptisés pompeusement « les lionceaux du califat ». Que les gouvernementaux se mettent bien dans la tête qu’un fanatique musulman ne se « déradicalise » jamais : il pratique la taqyia en attendant de repasser à l’action. Nous n’avons pas de Guantanamo en France, et c’est bien regrettable. Mais il n’y a pas d’autre choix que de les laisser subir les châtiments qu’ils méritent, de la main des peuples qu’ils ont contribué à massacrer, ou de celle de nos services spéciaux. Morietur ! Nous avons déjà assez d’ennemis sur notre sol pour ne pas y laisser revenir des immondices aguerris.

Facile à prévoir, des « z’assoc’s » et de pseudo-intellectuels vont bramer pour que les Tontons Macroutes interviennent en cas de sentence de mort : Béloubet, hagarde des sceaux, a déjà semé le boxon en disant que s’il était question de la peine de mort, l’État français interviendrait. » Heureusement, l’attitude de la désadministration Sarkozy-Hollande a grillé la position diplomatique de la France au Moyen-Orient, et tant que rien ne changera, les « zautorités » françaises auront beau braire, on ne les écoutera pas. Faites gaffe : si on apprend qu’un seul euro aura été dépensé pour sauver la peau des assassins, ça fera du grabuge, je vous le garantis.

Moix fanatiqueAh ! Une fausse nouvelle (« fake news » en tonton macroute) a été déjouée : celle d’un prétendu supplice du pal infligé par la police au Théo. Mimolette-le-Minuscule s’était même rendu au chevet du menteur. Les cons, ça ose tout. Pas de bol, la vidéo montre que c’est un mensonge. Les loups imbéciles ont aboyé : pour une faute, c’en est une sacrée, Mesdames et Messieurs les menteurs professionnels ! Quant au Jawad qui avait hébergé des terroristes islamiques, on dirait bien que l’accusation ne se laisse pas intimider par ses jérémiades qui ont fait rire à mauvais escient : c’est un complice qui a agi consciemment. Et, au fait, quelle entourloupe a poussé ce psychotique de Moix à « critiquer » le gouvernement à propos des envahisseurs, spécialement des vermines déstabilisant la région de Calais ? Est-ce pour préparer à un abaissage de falzar des gouvernementaux sur la future loi d’expulsion des illégaux ?

Bon… L’autre fois, Vautrin espérait un discours musclé de l’oncle Donald à Davos. J’ai trouvé le speech de Trump un peu mou du genou, tout comme celui qu’il a fait devant le Congrès. OK, il a évoqué les résultats positifs -incontestablement- de sa politique intérieure, mais on n’a pas eu la fustigation espérée. Il a tout de même rappelé que les alliés de l’OTAN devaient prendre leur défense en main. Il n’a pas manqué de tacler, non plus, la merdaille merdiatique, c’est bien. Ça n’a pas plu à une chaîne teutonne merkélienne qui amplifia le grognement des gauchaillons du Propagandastaffel, lors de l’attaque, alors que ce n’était qu’une vague rumeur, pas même une bronca comme on peut s’en rendre compte en écoutant l’original du discours. Preuve supplémentaire que les journaleux sont des menteurs et manipulateurs indignes de confiance. Et chez nous, en France, l’État, cette saleté, nous extorque du fric pour nourrir cette vermine ! Revenons-en à l’Oncle Donald : en politique étrangère, il est aussi mauvais que ses prédécesseurs : occupation illégale d’une zone syrienne, d’une part, et le fait qu’il ne fout pas sur la gueule à cette saleté d’Erdogan qui massacre les Kurdes d’autre part. Tout ça pour de puantes affaires de pétrole, on peut en être sûr. Qu’il le veuille ou non, même un président Yankee est obligé d’obéir aux monopoles. Fût-ce au prix d’une guerre mondiale.

Allez, pour terminer cette balade sous le ciel miteux de l’actualité, je vous propose ci-après un article paru dans Breizh-Infos.

Ciao, haro & bastonnade !

Raymond

———— 000000000000 ————–

Quand allons-nous cesser de nous comporter comme les vaincus de l’histoire ? [Tribune libre]

Pas une journée ne se passe sans son flot de colère et de commentaires acerbes sur les réseaux sociaux.

Ici, on râle contre la limitation de vitesse sur les routes. Là, on s’interloque d’une bousculade dans un supermarché suite à une promotion sur le Nutella. Là encore, on vocifère « qu’on est plus chez soi et que ça va mal finir » suite à l’arrivée de migrants dans sa commune ou dans son pays.

Des milliers et des milliers de commentaires sur les réseaux sociaux, idem dans les bistrots, mais aussi au travail, ou en famille. Toujours cette négativité, cette impression «  qu’irrémédiablement, tout fout le camp « , alors ça râle, ça crie, ça gesticule, et ça se frustre ou ça se victimise dans son coin.

Et pendant ce temps ? La caravane (le corbillard ?)  passe. Des minorités qui croient en elles et qui s’organisent agissent.

Jamais les réseaux sociaux – pour le coup bien relayés dans la rue – n’ont été aussi actifs au sein de la sphère « défense de la famille ». Aujourd’hui, le mariage homosexuel est admis par une majorité de Français. La GPA et la PMA sont en passe d’être bel et bien autorisées pour tous .

Jamais le vote hostile à l’immigration et son expression sur les réseaux sociaux – ce qui fait réfléchir le gouvernement à la censurer – n’ont été aussi forts. Pourtant, jamais l’Europe, et plus particulièrement la France, n’ont été en passe de connaitre une transformation aussi importante de son peuplement.

Jamais l’islamisation de la société n’a été autant dénoncée par des politiciens ou des chroniqueurs à la télévision, par des pans entier de la population à travers sondages, votes et réseaux sociaux. Jamais la présence musulmane en Europe de l’Ouest, en particulier en France, n’a été aussi prégnante, avec son lot de commerces, « d’accommodements » avec la laïcité, de revendications en tout genre …

Jamais l’expression manifeste de la volonté de plus d’ordre et de sécurité n’a été aussi  réclamée notamment par les générations des descendants de Mai 68. Jamais un État n’a fait preuve d’autant de laxisme, judiciaire, autoritaire, sécuritaire, abandonnant des territoires, excusant des criminels ou des délinquants, et dans le même temps multipliant le contrôle des masses populaires par l’auto-censure et le contrôle social (et économique).

Paradoxalement, dans une société où les masses autochtones – notamment les plus jeunes – semblent aspirer (si l’on en croit les votes, les sondages, l’expression sur les réseaux sociaux) à moins d’immigration et d’islamisation pour préserver leur identité, à plus de sécurité et de liberté d’entreprendre, à plus de solidité des cellules familiales traditionnelles, ce sont des minorités qui naviguent à contre flots qui parviennent actuellement à l’emporter et à guider ces masses.

Comment expliquer que nous nous comportions donc à ce point en vaincus de l’histoire, nous qui aspirons à ce changement que certaines minorités font tout pour empêcher ? Comment expliquer que nous acceptions chaque jour un nouveau renoncement, sans réagir ?

Une explication vient sans doute de l’extraordinaire société totalitaire qui prend forme petit à petit. Une société où l’on éduque les masses à se contrôler elles mêmes, à se réguler, à se battre entre elles, à se sanctionner, à se lyncher quand il le faut. Il n’y a plus besoin de Petit père des peuples ou de guide suprême, puisque les masses sont devenues leurs propres kapos et bourreaux.

Dans une société où draguer une collègue de travail peut vous conduire à un lynchage médiatique et professionnel en règle, dans un pays où prétendre à rire de tout peut vous mener devant des tribunaux, dans une époque où certains écrits, certains engagements politiques, peuvent vous mener à la prison ou à la mort sociale, on peut aisément comprendre que la peur triomphe.

Comprendre n’est pourtant pas excuser. Car la peur, chez tout animal, est également un formidable moteur à réaction, qui permet de réaliser de grandes et belles choses, envers et contre tous s’il le faut. Et s’il n y a que les sots pour oser dire qu’ils n’ont peur de rien, il n y a que les lâches pour accepter d’être couverts de honte sans réagir.

Vae victis !

Julien Dir.

Share

Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Congrès de malfaiteurs à Davos

ignace_davos_macron_mondialisme-tv_libertesLa moisissure des mondialistes, c’est-à-dire les grands monopoles, leurs larbins gouvernementaux, les malfaiteurs internationaux comme l’ignoble Soros sont assemblés à Davos, suivis d’une cohorte bigarrée et interlope de menteurs professionnels des médias de propagande qui parlent obséquieusement de « l’élite mondiale ».

Mais enfin ! Une fois de plus, pourquoi employer le mot « élite » en parlant de cette vermine monopoliste ? Une élite,  au sens moral ou spirituel, ce qu’il y a d’élu (sens étymologique), de choisi, de distingué. Bossuet parlait d’un « petit nombre d’âmes d’élite ». L’élite, ce sont les meilleurs par l’intelligence et l’éthique. Voilà qui n’a rien à voir avec ce ramassis de gloutons pervers, ces exploiteurs invétérés qui amassent 99% de la richesse produite par les travailleurs du monde entier. et ne font rien de bien pour les peuples qu’ils asservissent, abâtardissent, métissent, déracinent. Ce sont des ennemis de l’humanité, les Soros, Trudeau, Macron, JP Morgan, Goldmann-Sachs et consorts.

Je ne sais pas encore, à cette heure, ce que dira le Président Trump. J’espère qu’il aura des mots très durs pour fouailler cette engeance. Mais déjà on devine de la part de la chancelière démente d’Allemagne un semblant de palinodie (un « rétropédalage » diraient les médias de propagande) : l’Europe doit sécuriser ses frontières. Pure rhétorique, bien sûr, Merkel n’a pas l’intention de changer un iota de sa démence migratoire, sauf à l’exacerber. Quant à Macron, il est tel que nous l’avons annoncé : européâstre et mondialiste convaincu. Un chef d’agence de Monopoly & Co, ennemi du peuple Français et des peuples d’Europe.

D’emblée, l’hindou Modi, appuyé par le brimborion  Trudeau, a chanté le péan familier des monopoles mondialistes : un « avenir partagé (…) sans murs ». Un avenir totalitaire fait de moraline de pacotille et d’actes scélérats proprement ethnocidaires. Simultanément, ils ont appelé à la croisade mondialiste contre Donald Trump.

Écoutez (ou plutôt : n’écoutez pas !) cet espèce de fakir prédicantereau de Modi : les maux qui menacent la Terre, selon cet énergumène sont :

-Le « changement climatique » ; comprendre : d’origine réputée anthropique. Tous les gens de bon sens savent à qui s’en tenir, le changement est périodique, et la Terre se débrouille toute seule, ceux qui prétendent diriger le climat sont de tristes imbéciles orgueilleux. Mais, n’est-ce pas, les « énergies renouvelables », celles qui ne satisfont en aucun cas les besoins de l’industrie, sont une source de gros profits pour des monopoles sans scrupules.

- Le terrorisme. En oubliant tout simplement le rôle des grands monopoles et de leurs fournisseurs musulmans de la péninsule Arabique dans l’armement des entités islamo-nazies. Car c’est bien de manigances géostratégiques qu’il s’agit, qu’on ne nous raconte plus de fables, ça ne passe plus.

- Le pire sans doute selon le bavard : le « rejet de la mondialisation » Ben pardi ! C’est l’habituel credo de tous ceux, monopoles et idiots utiles, veulent la mort des Nations et des États-puissances. Car, déplore le Tartufe, « beaucoup de sociétés et de pays se focalisent de plus en plus sur eux-mêmes ». Ah, déplore-t-il, il y a de « mauvaises priorités » (lesquelles ? Celles qui visent le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, peut-être ?) Et de critiquer bêtement certaines « mentalités », qui ne sont pas « moins dangereuses que le changement climatique et le terrorisme ». Et il s’effraie, le bougre : « Les forces du protectionnisme relèvent la tête contre la mondialisation. Leur intention n’est pas seulement de l’éviter, mais de renverser le cours naturel de l’histoire ».  A bon ? Môssieur (ou Sahib) Modi a reçu la Divine Prescience lui indiquant le « sens de l’Histoire » ? Et le sens de l’Histoire serait le gouvernement mondial par les monopoles ? C’est bien là le discours des fanatiques de tout poil qui font souffrir l’humanité, il n’y a pas de doute. Quiconque veut se targuer du « sens de l’Histoire », changer les hommes et préparer un avenir radieux, fût-ce au prix d’un holocauste, est un ennemi du genre humain. Et les résultats du mondialisme, depuis la chute de l’emporium communiste, c’est un monde encore plus en crise et encore plus dangereux qu’avant.

Alors, Modi, tu peux ravaler ton discours ! Tu prêches la « solidarité mondialiste » ? Mais quelle solidarité ? Le fait pour nos peuples d’être contraints à héberger, nourrir, soigner, des hordes barbares qui pillent, violent, tuent chez nous tandis que leurs pays d’origine croupissent dans la misère ? Discours inacceptable ! Sache-le, ô brigand, que la solution n’est pas de « comprendre et d’accepter le changement », car non seulement celui-ci n’a rien d’inéluctable, mais il vise à une destruction de l’ordre planétaire pour lui substituer le chaos sur lequel prospèreraient les monopoles jusqu’à l’entropie maximale, l’extinction finale de l’espèce humaine. Le discours de Modi et de ses complices mondialistes est tout simplement criminel. C’est la quintessence du totalitarisme le plus féroce paré des plumes d’un humanisme de pacotille.

Même antienne lénifiante et pleine de venin de la lopette Trudeau. Il parle de « développement inclusif » (sans doute au prix d’accommodements avec les assassins musulmans ?). Il fustige le mouvement « anti libre-échangiste » (il ferait mieux de la fermer, car nous n’allons pas tarder, nous peuples d’Europe, à nous dresser contre le traité entre les valets de Bruxelles et son Canada de dhimmis). Et bien entendu, ce pauvre crétin en profite pour flatter les féministes extrémistes, ces malades mentales : « il faut fondamentalement changer la culture de l’entreprise, afin que les femmes s’y sentent accueillies et valorisées ». C’est déjà fait depuis longtemps, patate, et quand on voit les exploits d’une Lauvergeon, d’une Ernotte, les délires d’une de Haas, les imbécillités d’une Schiappa, on se demande si un peu plus de clairvoyance ne serait pas nécessaire, parfois ?

Ouais… On est bien loin de la réalité des Peuples. Si encore Davos se limitait à la répétition de mantras creux comme ceux-ci, on se contenterait d’en rire. Mais ces idées néfastes sont relayées par la propagande et, surtout, mises en œuvre par les politiques, ce qu’ils appellent « la gouvernance ». Et là, c’est une extrême violence qui est faite aux peuples, qui, s’ils ne veulent pas périr, devront riposter avec une violence encore plus extrême. Nous le savons bien, nous dont les Tontons Macroutes et leur chef, le Jupinet élyséen, sont des Trudeau en puissance. De la vermine.

J’espère, redisons-le, Donald Trump, que tu vas fouailler avec du bois vert tous ces salopards ! Ne nous déçois pas, Oncle Donald !

On se laisserait aller facilement au découragement, à jeter le manche après la cognée, à laisser ces fripouilles piller le monde, déraciner les hommes, métisser les races. Mais réfléchissons anthropologiquement. Prenez dix témoins d’un évènement, vous aurez dix versions différentes. Prenez dix familles, vous aurez dix organisations différentes. Portez-vous à l’échelon de votre commune, de votre département, de votre province, des pays, vous aurez autant de divergences. « De gustibus non est disputandi », disait la sagesse des Anciens : ils avaient vu juste. Fort heureusement, il est anthropologiquement impossible de faire de l’humanité un ramassis de clones débiles et obéissants. Encore une remarque des Anciens : « natura homini prona est ad dissendientum », la nature de l’homme est encline à la dissidence. Et c’est normal : l’altérité nous distingue de l’Autre (et encore plus de « l’Autre Suprême » des immigrophiles), crée de la divergence, de la dissidence, du conflit, ce que nous réglons toujours provisoirement par négociation et contrat. Heureusement qu’il en va ainsi, car la planète, sinon, serait habitée par un tas de pauvres types même pas dignes d’être des singes.

Alors « ils » peuvent toujours essayer : ils connaîtront peut-être des succès locaux, tous transitoires, mais quoi qu’ils fassent, ils ne pourront jamais empêcher les hommes de diverger et de négocier transitoirement leurs convergences. C’est tout simplement le moteur de l’Histoire, et non ce chaos ridicule que le sieur Modi prend pour le « sens de l’histoire ». Ce qui fait que les Nations les moins solides périrons sans doute, que les plus solides résisteront, et que d’autres Nations se formeront, établirons leurs mœurs et leurs frontières. Le monde des mondialistes est une utopie, dangereuse, certes, mais anthropologiquement parlant une utopie. Et « utopia » veut dire « nulle part ».

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

La bien-pensance : du fascisme « mou », mais du fascisme !

ImpressionNotre Camorra a réuni son Concile hier, pour lecture et discussion du numéro 4234 (18-24 janvier 2018) de l’excellente revue Valeurs Actuelles -revue, qui, soit dit en passant, ne bénéficie pas comme les torchons politiquement corrects genre Immonde, de la manne des subventions en argent de contribuables accordées par les extorqueurs de Bercy. La « une » de couverture ressemble à une affiche synthétisant toute la malfaisance des « Tontons Macroutes ».

Ah : les « Tontons Macroutes », aussi néfastes que les Tontons Macoutes de Duvalier, sont les malfaiteurs chiens de garde de la « bien-pensance » macronique issue des années de socialisme et de droite-tafiole et culminant aujourd’hui sous le règne de Jupinet. De telles ordures se livrent à une police de l’expression et à une perversion organisée de la pensée au moyen d’organisme délétères : le CSA, les tribunaux des juges rouges. Nous devons l’appellation de « Tontons Macroutes » à l’excellent Christian Combaz qui l’emploie dans une de ses rubriques de La France de Campagnole, sur TV-Libertés.

haddock-contre-bien_pensance

La lecture de ce numéro de notre revue préférée est accablante, et il faut un esprit de résistance solidement ancré pour ne pas céder au découragement, tellement les ennemis de notre race, de notre pays, de notre civilisation s’ingénient à tisser un réseau de propagande, de délation, de manipulations, de mensonges, afin d’imposer une idéologie totalement perverse au bon Peuple en butte à un ethnocide mou mais bougrement efficace.

Récapitulons donc homériquement le catalogue des interdits de parole pouvant conduire à une délation et à une condamnation, souvent pénale, de quiconque ose parler librement des :

SECTES NUISIBLES

Associations pro-migrants : elles tiennent toutes de l’idéologie mondialiste et de « l’open society » de l’abominable Soros. Spécialisées dans l’importation d’envahisseurs qu’elles vont chercher jusqu’à quelques milles des côtes de Lybie, elles n’hésitent pas à violer les lois des pays d’Europe, à chapitrer les envahisseurs sur leurs prétendus « droits » et à hurler contre toute tentative de limiter l’invasion. Ces « zassoc’s » participent donc très activement à l’ethnocide des Européens autochtones.

Islamo-gauchistes : Cette lie politique regroupe tous les extrémistes de gauche, « antifas », casseurs en tout genre, partisans fanatiques de l’entité Palestinienne et du Hamas, violemment judéophobes. L’islam est pour ces crapules un horizon indépassable, et le musulman représente pour elles l’ultime avatar d’un Prolétariat trotskyste complètement disparu. Jamais punies, elles sont de précieux auxiliaires du pouvoir lorsqu’il s’agit de perturber gravement des manifestations patriotes.

Militants antiracistes : Il s’agit bien entendu des énergumènes membres d’ «  assoc’s » ayant pignon sur rue, la plupart d’icelles ayant émergé sous le socialisme comme de la moisissure sur de la confiture. MRAP, LICRA, SOS-RACISME, CRAN et consorts, elles sont gavées d’argent public afin de mener une politique conforme au vœu ethnocidaire des grands monopoles. Le pire étant que ces sectes malfaisantes ont le droit d’ester en justice… et de recevoir l’argent des condamnés ! Elles sont en réalité foncièrement racistes anti-Blancs et nient farouchement que leurs « protégés » puissent être eux-mêmes de sales racistes. Et pourtant ! Dans ces organisations racistes, on peut compter des groupes très racistes comme le CRAN… et les indigestes de la ripoublique.

Syndicat de la magistrature : voici clairement une association de malfaiteurs. Il est déplorable qu’un gouvernement ait jadis autorisé les magistrats à se syndiquer. La tactique idéologique de ces juges rouges est de donner systématiquement raison aux coupables et de punir les victimes. Les juges rouges sont coupables du « Mur des Cons », comme on sait, et bénéficient d’une protection de la Chancellerie, ce qui est une grave trahison du principe d’indépendance de la justice. Leur existence même rend urgente une réforme qui viserait à ce que désormais les juges soient élus et non plus nommés par l’exécutif.

PATHOLOGIES

Délires bobos : on peinerait à en faire la liste, tellement ils sont nombreux. Le bobo est une peau de hareng mitée issue de la moyenne bourgeoisie urbaine, pétrie d’idéologie soixante-huitarde et post-soixante-huitarde. Le bobo est donc « progressiste », son horizon indépassable est l’hédonisme pervers, le nombrilisme, le contentement de soi, la permissivité vis-à-vis de toutes les perversions, l’avortement de confort, la PMA, la GPA. Le bobo rêve d’une société mondiale constituée d’êtres sans racines. Le bobo est en réalité un minus habens intellectuel, une tête pleine de courants d’air.

Féministes hystériques : Il s’agit effectivement de malades psychiatriques atteintes d’hystérie. L’une des plus atteintes est la harpie Caroline de Haas. Leur grande peur est la sexualité de nature, le refus pathologique de considérer leur féminité (il est vrai qu’à les regarder…) et la peur du mâle. C’est pour cette raison que ces folles essaient de dresser des barrières entre les deux sexes biologiquement complémentaires : refus de la galanterie qu’elles considèrent comme une marque de domination masculine, refus de la séduction réciproque entre hommes et femmes, refus de la procréation naturelle à laquelle elles préfèrent l’avortement obligatoire, la PMA et la GPA. Elles rejoignent les musulmans (dont elles ne critiquement jamais le sexisme !) dans leur rêve dément de séparation des sexes. Leur vraie place est à l’hôpital psychiatrique.

Théorie du genre : issue des errances intellectuelles d’une grande bourgeoise désœuvrée, Simone de Beauvoir, et d’une aboyeuse souffrant de perversion, Judith Butler, la théorie du genre n’a aucun fondement scientifique. Pire, elle a occasionné de véritables crimes -nous en avons évoqués plus d’un sur notre site. Elle s’inscrit dans la lignée du féminisme hystérique dont elle reprend les grands thèmes, en essayant de faire croire que la sexuation est strictement déterminée par un « choix » et un « ressenti ». Sauf que les exemples de « cisgenres », comme ils disent, recouvrent absolument une sous-population de malades mentaux ou de minus habens intellectuels. Le pire est que cette théorie de malades a été introduite dans l’enseignement par le ministre Châtel et reprise avec hargne par Belkassine. Il va falloir arrêter ce délire, vite !

Végans : secte de fanatiques qui ne voient aucune différence entre hommes et animaux (ils ignorent qu’il existe un seuil de l’humain) et font de nos amies les bêtes de véritables citoyens. Conformément à toutes les tendances sectaires et fanatiques, ces sagouins prétendent nous priver de viande et de produits dérivés des animaux. Nous enquêtons sur ces personnages.

NE JAMAIS PARLER DE,,,

Grand Remplacement : l’expression due à Renaud Camus fait florilège, au grand dam de la bien-pensance. Mais il suffit de comparer des photos prises dans certains quartiers à deux ou trois décennies de distance pour se rendre compte que tout d’un coup le quartier s’est mis à ressembler à Bab-El-Oued ou à Bamako : boutiques hallal, burquas en vitrine, bars sans alcool, femmes voilées etc… et plus de population autochtone. On cache évidemment les statistiques ethniques, mais il est très facile de constater l’invasion. Il s’agit d’une politique voulue, ce grand remplacement ; cela a commencé avec le « regroupement familial » et se continue avec l’immigration échevelée et l’invasion. Les sectes nuisibles y contribuent tout autant que la « politique de la ville », les prestations sociales servies aux envahisseurs, l’idéologie des bobos (qui, eux, ne risquent rien, enfermés qu’ils sont dans leurs quartiers protégés) et « l’open society ».

Partition : un président -évidemment pas le plus intelligent de tous, mais assez pour savoir ce qui se passe- l’a évoquée. Il est évident qu’il existe des « territoires perdus » où s’est installée une faune importée avec ses prêcheurs, ses caïds et sa charia. Il est non moins évident que certains politiques déjà évoqués sont résignés à cette partition du pays. Cela conduit à une libanisation de la société, avec un énorme risque de guerre intérieure entre communautés inconciliables. Donc il faut en parler et la dénoncer. Et surtout y remédier par la remigration, puisque ces peuplades étrangères sont impossibles à assimiler.

Pas d’amalgame : braillement inévitable chaque fois qu’un attentat islamiste est perpétré. Ceci afin de dédouaner une religion, l’Islam, dont pourtant le djihad, la guerre « sainte », le massacre des « incroyants » constituent des aspects du dogme. Il est légitime de ternir en suspicion tout adepte de cette religion, d’autant plus que les « territoires perdus » sont un vivier où le terroriste vit comme un poisson dans l’eau.

Règles du « vivre ensemble » : il est évident que ces « règles » nous sont imposées par l’idéologie de tous les néfastes jusqu’ici évoquée. Cela voudrait dire la cohabitation indistincte avec des personnes d’une culture inconciliable avec la nôtre, ayant des mœurs que nous ne saurions valider, une religion totalitaire. C’est la cohabitation avec la kalachnikov dans le dos, les discriminations positives etc… Tout cela propre à faire de nous des étrangers dans notre propre pays, en attendant notre disparition. Inacceptable.

Retour de la censure : Ben oui, la censure elle s’opère par le CSA et toutes les lois liberticides depuis la loi Perben et la loi Gayssot, aggravées au fil des ans. La loi des Tontons Macroutes contre les « fuck-news » constitue bel et bien un retour de la censure. Le plus infâme est qu’on habille ces atteintes à la liberté d’expression de commentaires sur… le renforcement de la liberté d’expression. On fait comme ça, je suppose, en Corée du Nord.

VACHES SACRÉES DE LA « RÉPUBLIQUE »

Barthès Yann : s’intitule procureur de la bien-pensance. Cervelle de colibri et fanatisme. Nuisible.

Caron Aymeric : s’intitule procureur de la bien-pensance. Cervelle de colibri et fanatisme. Nuisible.

Hidalgo Anne : Notre Drame de Paris. Ses méfaits et foucades, son idéologie bobocratique sont connues.

Joffrin Laurent : s’intitule procureur de la bien-pensance. Cervelle de colibri et fanatisme. Nuisible.

Schiappa Marlène : celle-ci occupe un poste ministériel qui n’aurait même pas lieu d’exister si l’État se mêlait de ce qui le regarde.

Voilà donc un petit panorama -limité- de l’état désastreux de l’idéologie et des merdias que nous sommes forcés de « soutenir ».

Mais malgré les interdits et les menaces, nous parlerons ! Nous ne pouvons plus supporter cette bien-pensance maléfique. Il faut que la peau des fesses lui en cuise, donc rosser systématiquement les néfastes dont il est question. Et utiliser tous les supports, tags, tracts, prises de parole, guerre des ondes, pour réduire ces traîtres à résipiscence.

Nous sommes en guerre, et l’ennemi au pouvoir. Battons-nous !

Raymond

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Rossons les cuistres et cuistrines !

afp2Figurez-vous que chez Jupinet, au palais élyséen, on a croqué la galette des « rois et des reines », selon les illettrés de l’AFP (Agence Française de Propagande). Je ne suis pas croyant, mais étant tout de même de culture occidentale, j’ai entendu parler de l’Épiphanie. Épiphaneia, chez les vieux Grecs, signifiait la compréhension soudaine de quelque chose. C’est à croire qu’en « haut » lieu macronique, on a dû comprendre quelque chose : si c’était vrai, cela tiendrait du miracle. Mais bien sûr, pour les Chrétiens, c’est l’arrivée à Bethléem  des mages qui, paraît-il, auraient détecté dans les astres la naissance de Jésus. On nous raconte cela depuis l’enfance, c’est la légende dorée du Christianisme et l’occasion de bouffer des galettes rassies à la frangipane (pouah !) en buvant éventuellement une gouliche de roteux.

Bon, mais je ne savais pas que les astrologues chargés d’or, de myrrhe et d’encens étaient accompagnés par leurs moitiés. Imaginez l’huissier à la porte de l’étable annonçant : « Leurs Majestés le roi Melchior et la reine Melchiorine, la roi Gaspar et la reine Gasparette, le roi Baltazar et la reine Baltazar de l’Hôtel-de-Ville ! » Cela aurait fait braire l’âne de la Crèche : pas très sérieux, hein ? Attendez : il paraît que dans la galette Rothschild des Macron, il n’y avait pas même de fève ; sans doute voulait-on éviter de couronner le roi/la reine des con.ne.s ? (Hin ! hin ! Comme c’est bon de retourner l’écrÉTINure contre ses suppôts !).

En guise d’épiphanie, on comprend tout soudain que nous vivons dans un monde de débiles mentaux. Les harpies du « féminisme » et les tafioles qui les soutiennent ont fabriqué des monstres, et pas seulement linguistiques. Ces gougnasses gouinasses ont tellement pourri les rapports entre hommes et femmes qu’à la longue notre race est menacée d’extinction. Sales connes ! Heureusement que nous pouvons saluer au passage quelques femmes intelligentes, dont Mme Catherine Deneuve, lesquelles ont réagi dans une tribune (malheureusement publiée dans l’Immonde) contre les hystériques refusant jusqu’à la galanterie masculine, sans parler de la séduction.

L’attitude de ce qu’on appelle « bien-pensance », en réalité d’un fascisme qui pour être mou n’en est pas moins totalitaire, est objectivement ethnocidaire. Car vous le remarquerez : les perverses féministes extrémistes haïssent toute forme, naturelle et sociale, de rapports entre hommes mâles et femmes femelles Pour ces démentes, l’idéal est la fécondation in vitro (PMA) et le recours à des esclaves porteuses (GPA) afin de satisfaire un prétendu « droit à l’enfant » de paires homosexuelles. Pour les gens normaux, bas les pattes et que ça ne se reproduise plus ! Ah, pardon : tout ce que l’on interdit aux Blancs, surtout le viol et la drague, on le permet aux grands oiseaux de couleur importés, sous prétexte que (au choix ou en totalité) ils sont victimes du colonialisme, vivent la misère sexuelle, et pisque c’est dans leur culture y a rien à dire. Eux ont le droit de se reproduire et de se métisser, au besoin par la force. Elles sont comme ça, ces harpies sans cervelle.

Tout cela va son train. On négroïse à tour de bras, chez les anglo-saxons, les pervers d’Hollywood et la BBC te vous ripolinent en noir les personnages des œuvres littéraires du passé : Arthur, le roi Arthur, va bien être issu des minorités visibles, comme Lancelot l’est déjà. Et pourquoi pas Krestos, aussi ? J’apprends que la BBC s’apprête à tourner « Les Misérables » avec un Jean Valjean issu de l’Afrique profonde. Je n’aime pas ce pleurnichard républicain de Hugo, mais tout de même : imaginerait-on qu’au XIXe siècle un policier Français pût être autre chose que Blanc et Français ? Voilà la perversion de la culture et des mœurs, en plein ! Il est vrai que Londres a un mahométan pour maire, alors… On se demande comment les British ont pu avoir le courage de voter le Brexit. Bon, donc « LES MISÉ’’ABLES » sera tourné sur l’île, mais aussi en Belgique et en France. J’espère que des patriotes interviendront afin d’en pourrir le tournage.

Je comprends Alain Delon, et je partage entièrement son point de vue, lorsqu’il déclare à Rottweiller dans Pourri-Match : « je hais cette époque, je la vomis», « Il y a ces êtres que je hais. Tout est faux, tout est faussé. Il n’y a plus de respect, plus de parole donnée. Il n’y a que l’argent qui compte. On entend parler de crimes à longueur de journée. Je sais que je quitterai ce monde sans regrets. » Oui, ce monde occidental en pleine décadence, en plein ethnocide de la race Blanche, est une ordure putride qui pue jusqu’aux étoiles. Mais avant de partir, nous devons penser à ceux de nos enfants qui n’ont pas été contaminés : nous devons les protéger contre toutes les démences de ce siècle. Et, camarades, citoyens, il n’y a pas trente-six solutions ! Pas de votes, car c’est, comme nous le savons tous, de l’arnaque. Seule la violence insurrectionnelle a quelque chance de réussir ; de toute façon, dès que les Bravo-Sierra et November-Sierra des ZAB passeront à l’action, nous aurons la guerre civile. En attendant, nous pouvons graduer la riposte et commencer par la bastonnade. J’ai un fort joli bâton en bois très dur, long de 140mm et de 20mm de diamètre. Il ne me sert pas à marcher, mais il peut s’avérer fort utile pour caresser les reins de c.elles.eux (hin !! hin !) qui essaieraient de m’entraîner dans l’auto-flagellation, la haine de ma race, la pédérastie, la société ouverte de cette ordure de Soros. Bref : j’entends cogner sur des « êtres que je hais ». Et je vous invite à vous munir d’une canne a pommeau lesté, pas seulement pour vous défendre, mais pour rosser et châtier ces êtres dégénérés.

Raymond

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

LA GRANDE ARNAQUE DU « DRWÂÂ D’AZILL »

L’affaire du « drwâââ d’Azill » revient. Le gouvernement macronique des Rothschild feint de s’occuper à ralentir l’invasion. Éric Zemmour explique que ce n’est que de la mise en scène :

Nous sommes parfaitement d’accord avec Éric, un des rares à pouvoir encore -pour combien de temps- prendre dans les médias le contre-pied de la politique d’ethnocide dirigée contre les populations autochtones de l’Europe.

Ethnocide ? Oui. D’autres disent « Grand Remplacement ». La Fondation Jean-Jaurès, financée par le contribuable et inspirée par des socialistes hurle au « complotisme ». Et pourtant ! Qui ne s’aperçoit de l’exode des populations Blanches hors de cités aujourd’hui conquises par l’ennemi, où il exerce la loi des caïds et l’ignoble charia ? Vous doutez toujours ? Sachez que la propagande encourage la copulation de nos femmes avec l’envahisseur. Témoin cette affiche dans le métro de la señora Hija de Nada :

pub-metissage-448x293

Il y a pire, en Allemagne où une chaine d’Etat pour enfants allemand fait de la propagande pour les relations entre jeunes filles mineures et immigrants musulmans. SI vous ne me croyez pas, allez voir ici ! La photo ci-dessous montre une bachelette Allemande de quinze ans en « flirt » avec un envahisseur qui doit bien avoir dans les 25-30 ans.

ethnopedophilie

 Devant ce scandale, le député au Bundestag de l’AfD, Dirk Spaniel, a parlé sur Facebook d’une insupportable et dangereuse propagande des médias d’Etat. Ce film constitue une manipulation irresponsable et un endoctrinement de mineurs, a-t-il écrit, mettant cette histoire en relation avec l’affaire de Kandel, où une jeune fille (Mia, 15 ans) vient d’être victime d’un meurtre passionnel perpétré à coups de couteau par un immigrant afghan.

Les Allemands sont malades ! Ils continuent malgré la prise de conscience croissante du danger de l’invasion, à garder la chancelière démente et papa Schultz. Les Allemands furent un grand peuple ; ils sont devenus comme la majorité des Français un ramassis de tafioles.

Ethnocide, donc. Pas de chambres à gaz ici, ni de fours crématoires. Pas encore de colonnes infernales pour tuer femmes, enfants, vieillards de race blanche. Ici et là, quelque massacres genre Bataclan ou Nice. Mais un ethnocide larvé, sous la forme d’un métissage encouragé par la propagande des salauds à la solde des grands monopoles. Je crois que jamais de mémoire d’homme on ne vit des gouvernants autant acharnés à détruire leurs peuples ni de peuples aussi abrutis et lâches pour reconduire les ethnocidaires aux postes de gouvernance ou, à tout le moins, se révolter et faire descendre les bourreaux hypocrites au cercueil.

Alors, que ces traîtres le sachent : nous sommes assez grands pour faire des enfants nous-mêmes, nous n’avons pas besoin de mêler le sang de notre race à celui, contaminé, du barbare. Puisque les puissants sont racistes contre nous, les Blancs, soyons nous aussi, racistes, sans honte ni hésitation.

Nous DEVONS faire cesser l’arnaque, le jeu hypocrite de « l’asile », en prenant exemple sur les pays de Visegrád, l’Australie, le Japon. Les envahisseurs économiques (Macron a même inventé les « migrants climatiques » !) n’ont pas de place dans des pays où les chômeurs se chiffrent par millions. Nous ne devons pas accepter ni la partition du pays, ni le métissage ethnique.

Macron ajuste en ce moment les curseurs de l’économie : nous en voyons les effets chaque jour : taxes, impôts, prix des carburants, prix des services publics etc… Macron et son Médef vont prochainement s’en prendre aux retraites qu’ils entendent faire baisser drastiquement. J’espère que cet énergumène aura la main lourde, afin que les Français, enfin privés de voitures et tirés de la fascination des écrans plats descendent par millions dans la rue. Nous avons des comptes à régler, une révolution à faire, un envahisseur à expulser, des traîtres à punir.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Petits potins tiers-mondains

Oh maisUn ennemi de l’humanité, parce qu’ennemi des Nations, vient d’être rappelé à Satan, ou au Néant selon vos convictions. Vautrin évoquait ce Peter Sutherland dans son article “Le Jésuite Bergolio, pape des monopoles ». Le conseiller immigrationniste a donc été rattrapé par la Justice Immanente. Nous attendons avec impatience le tour de l’abominable Soros. L’ennui est que de tels nocifs ont des légions de disciples : il faudra du temps pour se débarrasser de l’engeance.

On nous signale un sondage IFOP- Fondation Jean-Jaurès-Conspiracy Watch traitant notamment de la croyance aux « complots » et -ce qui pour nous est le plus important- la manière dont est perçue l’invasion en Europe et plus précisément en France. Précision au passage : la fondation JJ n’insiste que sur le « complotisme », à savoir la croyance dans par exemple : « les vaccins » (quel complot ? Tout est fait au grand jour, par les politicards), « Kennedy » (et la CIA), « le nouvel ordre mondial » (complot ? Mais là encore, personne ne se cache !), « la mission Apollo » (sur la Lune), « la terre plate » (là ce sont surtout les muzz, mais personne ne le dit). Bref : pour la FJJ, il s’agit de faire passer 25% des sondés pour des imbéciles. Avec, jubilent-t-ils, « une surreprésentation de l’électorat populiste. » Ben voyons ! Je ne peux pas tout citer, allez faire un tour chez FJJ, et lisez ce qu’en écrit Breizh Infos, vous comprendrez comment on manipule les résultats des statistiques.

FJJ est plutôt discrète sur les résultats des questions sur l’invasion. Ben les voici :

ifop-migrants

Pas mal, non ? On comprend pourquoi FJJ la ferme sur ce coup-là. Là, ce n’est plus ¼ des sondés, mais 72% qui comprennent que l’invasion organisée par Bruxelles-Merkel et approuvée par Jupinet Von Elyseum 1) est un processus inquiétant, 2) pose des problèmes de coexistence entre cultures très différentes (en fait, opposées et antagonistes), 3) menace à terme notre mode de vie. L’énergumène élyséen est donc au courant, mais il ne changera pas un iota de sa politique immigrationniste. Bon, mais à force d’à force, hein, tout cela risque d’être déballé un jour, surtout que le prix des carburants se rapproche dangereusement de celui du N°5 de Chanel.

Je vous le dis : un jour, des quetsches chaudes voleront.

Raymond.

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Le Jésuite Bergoglio, pape des monopoles

soros-et-pape-francois1539. On est en plein dans la Contre-Réforme. Ignace Lopez de Loyola fonde, avec Francisco de Jasso y Azpilicueta dit François-Xavier, une secte bientôt connue sous le nom de « Société de Jésus » (JS : Societas Jesu). En fait, cette coterie se veut couronnement de l’édifice politique dans les pays Chrétiens, pour faire pièce aux Rois qui veulent gouverner indépendamment des outrances pontificales. En fait, la secte de Loyola établit rapidement des institutions d’enseignement où elle instruit les fils de familles, ceux qui un jour ou l’autre joueront un rôle politique dans le gouvernement des royaumes. Ils instillent notamment dans les esprits une forme de raisonnement spécieux, détourné des Socratiques et des Stoïciens , destiné à vaincre toute opposition rationnelle, : la casuistique.

Les Loyolistes finissent par agacer sérieusement les Rois et les philosophes : Pascal, par exemple, et les Jansénistes, les ont combattus. Au XVIIIe Siècle, sous Louis XV, le Parlement de Paris estime que la secte « nuit à l’ordre civil, viole la loi naturelle, détruit la religion et la moralité » et demande son expulsion. Il devait y avoir de sérieuses raison à cette supplique, notamment le scandale Lavalette – banqueroute du jésuite éponyme montrant que le vœu de pauvreté était du pipeau. Louis XV demanda au pape Clément XIII de modifier les statuts de la secte afin d’éviter d’avoir à l’expulser de France. On dit que sous l’influence du Général des Jésuites, Lorenzo Ricci, le pape répondit : « sit ut sunt aut non sint », qu’ils soient ce qu’ils sont ou qu’ils ne soient pas. Les Jésuites restèrent ce qu’ils étaient, et furent expulsés de France en 1763-64. Preuve de leur malfaisance politique, ils avaient déjà été bannis du Portugal en 1759 ; l’Espagne très Chrétienne les chassera en 1767. Le pape Clément XIV dissoudra la secte en 1773. Ce n’était que partie remise : alors que la Sainte-Alliance s’emparait de l’Europe après la chute de Napoléon, le pape Pie VII la reconstitua. La IIIe République les vira à nouveau en 1880 puis en 1901 avec toutes les congrégations.

Ce petit rappel historique, pour dire que le premier pape Jésuite est le latino-marxiste Bergoglio, dit « François », grand islamophile devant l’Éternel, fulminant contre les Peuples et les Chrétiens de ces peuples refusant l’invasion de l’Europe par ce qu’il appelle des « migrants ». Autrement dit, jouant habilement de l’infaillibilité pontificale, le jésuite Bergoglio essaie de s’immiscer dans la politique des États, au même titre que la démente Merkel et les tyrans de l’Union Européenne. Démarche typique d’un jésuite, qui confond le spirituel (le dogme de l’Église) et le temporel : on est toujours au XVIe Siècle et à la volonté de couronner l’édifice politique. Mais cette fois-ci en collaborant activement à l’entreprise d’ethnocide des peuples Européens, par subversion et métissage avec des peuplades barbares.

Voilà qui conduit, une fois de plus, je l’ai déjà fait dans des articles précédents, à s’interroger sur ce qui sent le coup d’État parfaitement organisé. Un bon pape, Benoît XVI, qui savait à quoi s’en tenir concernant l’islam, démissionne sans préavis. Quels chantages l’ont ainsi poussé à abandonner sa mission pontificale ? Nous ne le saurons pas tout de suite, tout étant hermétiquement enfermé dans les pièces secrètes du Vatican. Peut-être ne le saurons-nous jamais, la Curie pratiquant l’omerta. Et puis survint celui que personne, en dehors des évêques conciliaires soit naïfs, soit corrompus, soit en proie eux aussi au chantage, n’attendait : le jésuite Bergoglio. Bergoglio élu au premier tour, presque par acclamation. Tout le monde connaît les déclarations immigrophiles et les démonstrations de dhimmitude de ce personnage, chéri des médias -où pourtant prolifèrent les bouffeurs de curés- parce que ses discours spécieux et bêlants rencontrent merveilleusement ceux de la bien-pensance. N’oublions pas par ailleurs les effets pervers du Concile Vatican II qui, avec son absurde œcuménisme, ouvrait la voie à une époque où l’on fabriquait l’Europe de Monnet. En ayant débattu avec des Chrétiens, il ressort que Bergoglio tient des propos hérétiques en déformant les enseignements du Christ (pour moi, fils de Miryam et du soldat Abdes Pantera : Yoshua) transmis par les Évangiles.

L’idéologie de Bergoglio semble bien propice à servir deux objectifs échappant totalement à l’Église. D’une part, rameuter à la bien-pensance anti-nationale les Catholiques les plus naïfs, ceux qui ont la foi du Charbonnier. D’autre part, car il y a des gens intelligents parmi les Catholiques, provoquer si possible, à plus ou moins long terme, un schisme. Le schisme affaiblit, c’est bien connu. Il resterait alors à laisser l’autre bras théologique, l’islam, parfaire l’entreprise. Comme Cicéron, demandons : « cui prodest ? », à qui tout cela profite-t-il ? À la secte de Mahomet, sans doute, un millénarisme visant à subvertir l’ensemble de l’humanité dans l’oumma et la charia barbare. Mais ce serait arrêter prématurément la réflexion. Car qui a intérêt à défaire nos Nations, détruire l’identité des Peuples, fabriquer des esclaves déracinés et parfaitement interchangeables et dociles ? Les monopoles.

Les monopoles ! On pensera peut-être que je suis obsédé par un mythe. Ah ! Je préfèrerais qu’il en aille ainsi ! Mais que l’on y regarde de près : qui souhaite la « société ouverte », le grand marché généralisé, le grand métissage déjà décrit par Coudenhove-Kalergi ? Qui s’apprête à traîner les États récalcitrants devant une « justice » apatride ? Un groupe restreint d’énormes banques, sises à Wall-Street pour la plupart. Qui n’a pas entendu parler de JP Morgan Chase, Well Fargo, Citigroup, comme de Goldman Sachs, BNP Paribas déjà identifié comme monopoles dans les années 75-80, et j’en passe ? Avec la complicité des banques comme celle de l’Europe, comme la Banque Fédérale américaine, ces monstres financiers fabriquent chaque année des monceaux de fausse monnaie avec lesquels elles se comportent comme des holdings, répartissant les capitaux là où elles savent réaliser un maximum de profits sans se préoccuper des besoins réels des pays concernés. Pour ces titans, il ne faut plus de nations, plus de frontières, même plus de races : liberté totale d’agir. Aussi placent-ils leurs employés à la tête des États, voyez Macron ancien employé de Rothschild, et pratiquent-t-ils la corruption, pudiquement appellé « lobbying » auprès des parlementaires de tout poil. Les monopoles, non, ce ne sont pas des mythes, ils ont une réalité et un projet. Et ce projet est millénariste : la domination de toute la planète à l’aide d’un gouvernement mondial. À l’occasion, bien sûr, en apprentis-sorciers, ils utilisent le millénarisme musulman à leur profit.

Revenons-en à Bergoglio. Un certain Maurizio Blondet sur son blog, écrit : « « Nous savons désormais depuis des années que la position du pape François est parfaitement alignée sur le front de l’universalisme globaliste qui préconise la dissolution des nations et des cultures autochtones pour « accueillir et intégrer » les migrants du monde entier dans le but de construire un « nouveau monde » multi-culturel sans barrières et sans frontières. »  L’auteur est un journaliste Catholique Italien, a priori peu suspect d’anti-papisme. Mais il nous en apprend de belles !

Notamment que Bergoglio a intronisé près  la  Commission catholique internationale pour les Migrations et fait conseiller de l’Administration du Patrimoine du Siège Apostolique, une personnalité de l’établissement mondialiste, lui-aussi « philanthrope humanitariste de l’abolition des frontières » et « banquier d’affaires » : Peter Sutherland. Cet Irlandais fut élève, précisément, des Jésuites On le retrouve, de 2005 à 2015,  président de la Goldmann-Sachs, la banque qui a frauduleusement fait entrer la Grèce, pour son malheur, dans l’Euro. Il est toujours membre actif du comité directeur de British Petroleum, il a été commissaire européen à la concurrence, c’est un des fondateurs de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Et il appartient à deux organismes internationaux criminels qui définissent la politique des monopoles : le groupe Bilderberg et la Trilatérale. Avec un pedigree de cet acabit, l’énergumène est tout naturellement partisan de la mondialisation et du Grand Remplacement ; ajoutons qu’il sévit toujours dans les organismes internationaux, comme représentant spécial du Secrétaire-Général de l’ONU pour les migrations internationales. Il n’a pas rompu avec les banques : la Royal Bank of Scotland et, toujours, Goldmann-Sachs. On l’a baptisé, dans les milieux de la haute finance, « père de la mondialisation ». « C’est le globaliste total et absolu, avec des attaches dans toutes les entités supra-nationales, peut-être la plus influente éminence grise de la mondialisation et du déracinement capitaliste dans l’intérêt de la finance transnationale. »

Comme on le constate, Bergoglio est très certainement le « pape des pauvres » ! Comprendre : celui qui incite les pauvres à quitter les pays qu’ils devraient s’acharner à développer, pour se faire entretenir en Europe, subvertir les peuples autochtones et les ruiner. On comprend donc les positions ethnocidaires de Bergoglio, on comprend aussi pourquoi ses discours semblent avoir été écrits par l’infâme Soros. Cela nourrit aussi l’extrême suspicion à l’égard de l’élection étrange de ce « pape ». Quoi qu’il en soit, nous autres athées combattons avec vigueur toute idéologie ethnocidaire, qu’elle vienne de l’Europe merkélienne, du Vatican, de La Mecque ou d’ailleurs. Nous appelons nos frères en culture, les Chrétiens Catholiques, à faire pression sur l’Épiscopat, la Curie, pour que cette créature des monopoles, Bergoglio le Jésuite, soit jugé pour hérésie et complicité d’ethnocide.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Anti-vœux 2018

Flag2Non, nous ne souhaiterons pas aux peuples avachis une bonne année prochaine ! 2017 a été en France l’année d’un hold-up monopoliste sur le pays. Et des tas d’abrutis devant leurs écrans plats, avec un plateau-télé dégueulasse, avalent sans broncher les mensonges de la propagande et se laissent manipuler par des margoulins. L’agriculture est morte, le pays est désindustrialisé, le fisc prospère à l’état sauvage, les classes moyennes sont laminées, le chômage, malgré les magouilles statistiques, ne baisse pas, il n’y a plus de liberté ni d’action ni d’expression et l’ennemi est là, dans nos murs, prêt à verser encore et encore le sang des Blancs de souche.

Alors, ça suffit ! Nous souhaitons à tous l’insécurité et la bagarre, que tout le monde, en 2018, souffre dans sa situation, sa chair et ses pensées, que l’ennemi se dévoile enfin. Car alors, les moins lâches se décideront peut-être à réagir comme il convient, avec la violence et l’honneur des armes. L’ennemi a plusieurs visages : les monopoles, leur Europe, les gauchistes, l’envahisseur. Si l’on n’a pas réussi à faire complètement de nous un peuple de tafioles, coupons d’un coup toutes les têtes de l’hydre.

 Pour notre Camorra : Féroce et victorieuse bataille en 2018.

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Le racisme anti-blancs existe vraiment

MG42bisC’est bien connu : les envahisseurs ne sauraient être racistes pissque ces pôv malheureux viennent de pays abominablement pillés par les sales colons et ont été victimes du raciiiiisme. C’est ce que les malfaisants crânes de piafs de la bien-pensance ne cessent de glapir à longueur d’ondes. Corollaire obligé : il n’y a pas de racisme anti-blanc. Peu importent les déclarations des indigestes de la ripoublique, du cran (d’œuf pourri) et autres nuisibles : il n’y a pas de racisme anti-blanc, qu’on vous dit.

Et tout soudain, paf ! Le kolossal pavé dans la mare ! La LICRA (qui, pour une fois, n’a pas les yeux embrennés) relève dans le compte Jacassin (1) d’une fanatique le gazouillis ci-dessous :

racisme-anti-blanc

La harpie fasciste est coutumière du fait, dans d’autres tweets elle éructe : « je suis une extrémiste anti-blancs », « les blancs inventent le racisme pour dominé (sic) les autres et maintiennent leur privilège à travers les siècles » et autres propos délibérément racistes. Quelqu’un même l’encourage : « … le monde serait bien mieux sans les blancs, tu veux me parler de crimes, vas-y tuons tous les blancs. » etc… Ces ordures ne se rendement même pas compte que sans les Blancs ils ne seraient même pas nés et n’auraient pas d’Iphones pour cracher leur haine nazie.

Bref : la Licra a repéré la nazillonne, et d’après la photo cette sagouine n’est pas spécialementhafsa-askar-448x293 noire ! Elle devrait donc appliquer son sage principe à elle-même, nous ne sommes pas contre le seppuku (même conseil à Attila qui veut faire crever tous les vieux). Elle s’appelle Hafsa Askar, ce qui, on le remarquera, n’est pas précisément un nom du Puy-de-Dôme. Je ne sais pas ce que veut dire « hafsa », mais le patronyme, « askar » ou « asker », est nettement arabe : il veut dire « soldat ». En l’occurrence de l’islam, ça va de soi, laissons en paix les askaris de Von Lettow-Vorbeck.

Mieux : la girie fanatique est vice-présidente de … l’UNEF, rayon de Lille si j’ai bien compris. Ce qui n’a rien d’étonnant, ce « syndicat » de vermines gauchistes est connu pour son extrémisme nuisible et abrite pas mal de malfaiteurs dans ses rangs, dont des extrémistes musulmans et des nazillons « antifas ».

«Allo l’Unef, une réaction aux tweets racistes de votre vice-présidente lilloise Hafsa Askar ?», interpelle la Licra le 29 décembre. Silence radio des gauchistes qui, par ailleurs, en réponse à un internaute leur demandant des comptes, répondent tranquillement : « le bureau national de l’unef va se réunir et réfléchir à comment vous pisser dessus. » La politique défécatoire, c’est la spécialité des gauchistes, l’Histoire depuis mai 68 n’a cessé de le prouver. En tous cas, le compte de l’Askar a brusquement disparu du Jacassin… ainsi que le post de la Licra.

CQFD : quod erat demonstrandum, il y a bel et bien un racisme anti-blancs, et ces tweets en sont la démonstration. Remplacez « blancs » par « noirs » ou « arabes », et aussi sec le jacasseur aurait vu débarquer les sbires gouvernementaux et aurait été embastillé sur le champ. Mais dans le cas présent, il est à parier que la houri malfaisante recevra au pire une vague admonestation : l’ennemi bénéficie de la complicité des gens en place. Ce qui est normal, puisque l’ethnocide des populations européennes est en cours, soigneusement orchestré. Le racisme anti-blancs, anti-mâles, anti-vieux, sévissent partout dans les merdias de propagande, dans les administrations et chez les pseudo-élites.

Au train où vont les choses, nous sommes le dos au mur, mollesse, tafiolisme sont des maladies honteuses : l’insurrection, la guerre civile, sont la seule solution qui nous reste pour défendre notre race, notre culture, notre identité. Cela arrivera nécessairement : préparons-nous tant qu’il est encore temps.

Raymond

 (1)    Tweeter

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Le songe délirant d’Attali

attilaParmi les néfastes, il en existe un pas piqué des hannetons : Attali. C’est un songe-creux, un idéologue fasciste comme on n’en fait peu. Attali, c’est l’Attila, le fléau des Français. De temps à autre, cette vieille peau de hareng mitée sort de sa léthargie pour pousser quelque eurêquation saugrenue. Naguère, arguant de raisons « économiques », il prévoyait carrément d’occire tous les vieux, selon lui inutiles et coûteux parce qu’improductifs. Cette fois, dans la veine ethnocidaire de la bien-pensance, il chante les louanges de l’envahisseur.

Ah, se réjouit-il, qu’il est heureux pour nous qu’arrivent en masse des envahisseurs « dignes, magnifiques, souvent bien formés, jeunes, pleins de dynamisme » ! Dommage qu’il n’en vienne pas davantage, hein ? C’est vrai, quoi, ces braves gens trop fainéants pour développer leurs pays d’origine, ont le goût d’apprendre et de devenir d’incontestables savants, ingénieurs, découvreurs. Tenez, c’est bien sûr, ce sont nos futures élites, « Les réfugiés vont faire de l’Europe la première puissance du monde ! » Ben mon Gérard Colomb ! On voit que tu n’es pas arrivé à pieds par la Chine !

La place d’Attila est à l’Hôpital Sainte Anne, là où l’on essaie de soigner les fous. Il suffit d’entendre ce que racontent les « chances » en question. Des futurs prix Nobel squattant l’espace parisien ont été interviewés par TV-Libertés. L’émission a été censurée par les fumiers de Youtube, vous n’entendrez donc pas ce que quelque vingt-deux mille abonnés, dont moi, ont entendu avant que les salauds Youtubards eussent opéré ; c’était du genre « vous nous avez colonisés, on vient chez vous, vous coloniser à notre tour, et vous devez prendre soin de nous ! ». Les images montraient que pour le moment, ces colons sans proctologues produisent surtout des immondices avec la bénédiction de la señora Hija de Nada, maire de Paris, et des ordures d’« assoc’s » qui leur ont appris le discours pourri à débiter aux journalistes.

La réalité n’est pas, mais alors pas du tout ce que rêve Attila. On nous force à nourrir, loger, soigner des parasites bac moins quinze, fainéants et quasi-illettrés (ce n’est pas parce qu’ils ont des Iphones qu’ils savent lire : les icônes suffisent). Parmi eux, nombre de fanatiques musulmans prêts au djihad, des voleurs, des violeurs et autres vermines. Oui, les chats-fourrés et les sycophantes, j’ose l’écrire, tout en admettant que parmi ces hordes il peut y avoir de vrais réfugiés et des gens honnêtes dans le besoin, et je vous emmerde ! Pourquoi sont-ils là ? Pour vivre aux dépens des Blancs de souche qui voient augmenter l’impôt (le record mondial, peut-être, de la spoliation) : taxes sur le tabac, sur l’essence, sur le gaz, CSG etc… Nous crevons à gaver des parasites et nous vivons dans l’insécurité permanente. Ils sont là par la volonté des monopoles qui cherchent à faire un dumping sur les salaires et rêvent d’une main-d’œuvre de petits gris, de métisses dociles et peu coûteux. C’est là la vraie raison de l’ethnocide perpétré contre les peuples Blancs autochtones d’Europe.

La politique des Attila et consorts, des Merkel, Junker, Macron, c’es très exactement une politique hitléro-stalinienne. Aussi ont-ils peur de la réaction populaire. Pour le moment, seuls les pays de Visegrád et l’Autriche, résistent et refusent l’ethnocide. Mais les peuples abrutis de l’Ouest en sont encore à rechercher une résistance unifiée. Aussi les ordures qui gouvernent s’appliquent-elles à distiller le poison de leur propagande et s’efforcent de faire taire toute expression de dissidence et de résistance. L’ami Zemmour, sur ce point, ne mâche pas ses mots :

Tel est le constat. Maintenant une question : que DEVONS-nous faire pour arrêter ces entreprises hitléro-staliniennes ? Il y a plusieurs options, notamment créer des réseaux de contre-propagande, brouiller les émissions de propagande, saboter ici et là, tracter, taguer, aller au-devant du peuple. En tous cas il faut que les censeurs et sycophantes soient harcelés au point de ne plus se sentir en sécurité. En somme, faire comme l’ennemi, prononcer la fatwa contre eux. Qu’ils soient rossés d’importance !

Raymond

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés