Agression occidentale contre la Syrie : l’analyse du Kriegspiel

agresseursUn entrevue entre Breizh-Infos et le Général (2S) Delaward est consacrée à l’analyse du Kriegspiel criminel engagé par trois pays occidentaux en violation totale du droit international. Nous n’avons bien entendu pas les renseignements qui nous permettraient de valider ou d’invalider l’analyse rigoureuse proposée par le Général, mais à la lueur des quelques éléments qui m’ont été transmis par des personnes sûres, en poste au Proche-Orient et généralement bien informées, ce qu’il dit est très vraisemblable. Les satellites et enquêtes de terrain nous en dirons sans doute davantage. Après…

(Début de citation : )

Le général (2S) Dominique Delawarde a bien voulu livrer pour les lecteurs de Breizh-info son analyse  «à chaud» des résultats et des conséquences des frappes opérées en Syrie par les USA, la France et le Royaume uni. « Cette analyse, prévient-il, s’extrait volontairement des communiqués officiels des trois pays coalisés USA-UK-FR, dont on peut penser qu’ils ne sont pas totalement objectifs. Elle devra être affinée dans les prochains jours, voire les prochaines semaines. »

Examinons les faits.

Deux versions de la frappe et de ses résultats ont été diffusées:

La version russe :

Le ministère de la Défense russe dit avoir détecté 103 missiles air-sol ou de croisière dont 71 auraient été interceptés par la défense anti aérienne-syrienne.

La défense anti aérienne russe n’est pas intervenue (ce que confirment les trois pays agresseurs).

L’état-major russe donne la liste des cibles suivantes avec le nombre de missiles tirés et interceptés.

– 4 missiles auraient visé la zone de l’aéroport international de Damas : tous interceptés

– 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Al-Dumayr: tous interceptés

– 18 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Baly: tous interceptés

– 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Shayarat : tous interceptés

– 9 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Mezzeh : 5 interceptés

-16 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Homs : 13 interceptés

– 30 missiles auraient visé diverses cibles dans les zones de Barzah et de Jaramani : 7 interceptés

Cette version russe appelle six observations :

1 – 2 missiles détectés au départ se seraient perdus en route…

2 – Le nombre de missiles interceptés dans toutes les zones aéroportuaires fortement équipées en défense sol air syrienne serait impressionnant. Ce serait même une première dans l’histoire de la défense anti-aérienne. Un tel résultat de 70 % de missiles interceptés impliquerait évidemment que cette défense ait bénéficié d’un soutien russe en matière de renseignement (data tracking), voire de guerre électronique, sans que les Russes n’aient eu à tirer un seul missile (ce qui est confirmé par le trio USA, UK, France). Il faut savoir que les missiles de croisière guidés par GPS sur la majeure partie du vol, passe sur un système interne en phase finale et deviennent vulnérables au système de guerre électronique russe. Ce système permet de ralentir la vitesse du missile considérablement et en fait une proie facile pour la défense antiaérienne.

3 – Si le résultat donné dans la version russe est le bon (70 % de missiles interceptés), les résultats de cette frappe sont tout simplement catastrophiques pour les trois agresseurs car cela signifie qu’avec intervention des S400 russes, aucun missile US-UK-FR, si intelligent et moderne soit-il, n’aurait atteint sa cible et que la plupart n’aurait même jamais atteint le territoire syrien.

4 – Le fait que la Russie n’ait pas activé sa défense antiaérienne pour détruire au plus loin, et peu après leur départ, les missiles tirés vers la Syrie signifie, sans le moindre doute, que la Russie avait été prévenue de la frappe et/ou qu’elle avait reçu des assurances qu’aucune de ses installations ne seraient visées. Sans doute avait-elle même reçu la liste des cibles pour évacuer d’éventuels soldats russes qui se seraient trouvés à proximité, les occidentaux souhaitant, à tout prix éviter un engrenage.

5 – Le fait, confirmé par les occidentaux, qu’il n’y ait eu aucune victime, montre à l’évidence que Bachar, lui aussi, a pu faire évacuer toutes les personnes menacées très en dehors du cercle d’efficacité des missiles. Il était donc, lui aussi, prévenu. Si les zones visées étaient vraiment sensibles (entrepôts chimiques selon la version occidentale), elles étaient forcément gardées jour et nuit dans un pays en guerre. Si aucune perte humaine n’est à déplorer, il n’y a que deux solutions : soit ces zones n’étaient pas sensibles et il n’y avait personne pour les garder (simple hangar de ferme ou installation désaffectée depuis longtemps (version russe) rebaptisé dépôt chimique par les occidentaux pour les besoins de la frappe) soit le personnel de garde avait été évacué sur préavis.

6 – Un autre fait troublant qui amène à s’interroger, est le constat que dès le lendemain, quelques heures après la frappe sur les «présumés dépôts chimiques» détruits, des civils curieux, venus aux nouvelles, se déplaçaient sans le moindre effet de protection et ne semblaient pas, le moins du monde, inquiets ou indisposés… Cela donne une idée de la dangerosité des produits chimiques présumés, forcément disséminés par les frappes…

2ème version: celle du Pentagone donnée en conférence de presse

Les forces US et alliées auraient tiré 105 missiles sur les installations présumées contenir des armes chimiques de l’armée syrienne. (Ce chiffre est quasiment le même que les 103 détectés par les russes). Les moyens suivants auraient été utilisés :

  • Le USS Monterey CG61 a tiré 30 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
  • Le USS Laboon DDG58 a lancé 7 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
  • Le USS Higgins DDG76 a lancé 23 missiles Tomahawk à partir du Golfe Persique.
  • Le USS John Warner SSN785 a lancé 6 missiles Tomahawk à partir de la Méditerranée.
  • La frégate française LANGUEDOC a lancé 3 missiles navals mer-sol SCALP EG à partir de la Méditerranée.
  • Les bombardiers stratégiques B-1B ont lancé 19 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM.
  • Les chasseurs britanniques Typhoon and Tornado ont lancé 8 missiles de croisière air-sol Storm Shadow/SCALP EG .
  • Les 5 Rafales and 4 Mirages français ont lancé 9 missiles de croisière air-sol StormShadow/SCALP EG.

Selon le Pentagone, l’attaque n’aurait visé que trois cibles:

  • 76 missiles – sur le Centre de recherche et de développement de Barzah
  • 22 missiles – sur le site de stockage de Him Shinshar
  • 7 missiles – “sur le bunker de stockage d’armes chimiques de Him Shinshar

Bien sûr, selon le Pentagone et les états-majors français et britanniques, tous les missiles auraient atteints leur cible… et aucun n’aurait été intercepté (normal pour des missiles intelligents…). A l’appui de leurs affirmations, les Américains ont montré des photos «satellite» dans le cadre d’un «Battle Damage Assessment» (Estimation des dommages après frappe). En décembre 98, lors de l’opération Desert Fox, les Américains avaient frappé l’Irak et fourni ce type de photos «satellite». Notre satellite français très précis avait donné des résultats très différents des leurs… Ils avaient été surpris de notre savoir faire qui les prenait en flagrant délit de mensonge. Si la partie moyens engagés – nombre de missiles tirés est très probablement juste, et confirmée par les Russes, la partie cibles visées – résultats des tirs paraît peu crédible pour les raisons suivantes :

Le centre de Barzah sensé avoir été frappé par 76 missiles n’est que très partiellement détruit ainsi qu’en atteste les photos prises au sol sur le site. Avec 76 missiles sur une aussi petite emprise, il aurait dû être pulvérisé, il n’en est rien. Rappelons que les Russes disent de ce centre qu’il était désaffecté depuis plusieurs années, ce qui expliquerait l’absence de victimes civiles : affirmation que j’ai personnellement tendance à croire.

Il est possible que la coalition cherche à dissimuler d’éventuels échecs de frappes sur les aéroports militaires en limitant les objectifs aux trois installations qui ont été touchées par quelques missiles. On peut ainsi affirmer que «tous les objectifs ont été touchés».

Cette coalition à trois a trop menti au cours des années précédentes pour pouvoir être crédible aujourd’hui (Timisoara, couveuse du Koweït, armes de destruction massives de Saddam, Goutha 2013, affaire Skripal, Goutha avril 2018). Je me souviens personnellement des mensonges quotidiens de Mr Jamie Shea, porte parole de l’OTAN, sur les fausses pertes Serbes au Kosovo de mars à mai 1999. L’Otan déclarait plus de 800 matériels majeurs détruits au 78 ème jour de bombardement. En réalité, le comptage effectué après le cessez le feu faisait état d’une petite trentaine… Tous les MIG déclarés détruits à Pritina au premier jour de la guerre (une vingtaine) sont sortis des souterrains et ont décollé tranquillement en direction de Belgrade au moment du cessez le feu…*

A chacun, bien sûr, de se faire son idée sur ces frappes. On peut toutefois noter un certain nombre de faits qui ne seront pas sans conséquences pour l’avenir :

1 – Cette frappe n’a pas affecté les forces armées syriennes qui s’en sortent intactes et vont pouvoir poursuivre la reconquête du territoire national dans les prochaines semaines. Mieux Bachar el Assad sort probablement grandi de cette affaire aux yeux d’une forte majorité de son peuple. Il restera l’homme qui a résisté sans faiblir à une coalition USA-UK-FR, ce qui n’est pas rien. Si élection il devait y avoir demain, il les remporterait sans coup férir avec des taux d’adhésion bien supérieur à ceux obtenus par Trump, May et Macron dans leurs pays respectifs.

2 – Parce que les 3 pays USA-UK-FR sont sensés avoir détruits les stocks d’armements chimiques présumés et le centre de fabrication lui aussi présumé, il va être difficile de monter une nouvelle accusation d’attaque au gaz dans les mois qui viennent.

3 – Les 3 coalisés n’ont pas pris le risque de s’attaquer à la Russie ni à l’Iran alors que ceux-ci étaient clairement désignés comme coresponsables de la «présumée attaque chimique». C’est un aveu de faiblesse. Ils ont montré par là qu’ils craignaient ces deux gros morceaux et préféraient s’en prendre au plus faible : la Syrie, ce qui ne les grandit pas.

4 – Comme il a été dit précédemment Trump a probablement fait un deal avec Poutine pour qu’il n’intervienne pas dans une frappe qui lui permettrait de sauver la face et de redorer son blason à quelques mois des élections de mi mandat. En échange, il a dû promettre de ne pas faire trop de dégâts et lui garantir qu’aucun soldat russe ne perdrait la vie. Mission accomplie. Les médias US vont pouvoir s’occuper pendant un certain temps de ces frappes dont le résultat militaire est pourtant dérisoire.

5 – Pour la première fois depuis 1945, la France est sortie de la légalité internationale en s’affranchissant du feu vert de l’ONU. Son image, comme celle de l’ONU d’ailleurs, n’en sortira pas nécessairement grandie…Lire à cet égard l’article paru sur le site Les crises» : «L’évaluation nationale» présentée par le gouvernement pour justifier les frappes est un document manifestement rédigé par un communicant et non par un organisme de renseignement. Il n’a strictement aucune valeur, comme celui de 2013 d’ailleurs. Notre ministre des Affaire étrangère fait dans le mauvais Colin Powell (et sa poudre de Perlin Pinpin) en présentant ce genre de document.

6 – Suite à ces frappes aériennes, les Russes disent envisager d’équiper l’armée syrienne en S300 pour lui permettre de se défendre encore mieux en cas de prochaine attaque. Ceci posera un vrai problème à ses adversaires potentiels, surtout lorsqu’elle aura terminé sa reconquête de l’Ouest syrien et qu’elle passera à l’Est de l’Euphrate.

7- Enfin et surtout, si la version russe de ces frappes était exacte, et elle pourrait fort bien l’être, l’OTAN aurait désormais un sérieux problème à résoudre car cela signifierait que la Russie est désormais capable de réduire à néant toute tentative de frappes occidentales du type de celle qui vient d’être conduite par les trois plus grandes puissances de l’OTAN agissant en coalition.

Il n’aura enfin échappé à personne que ces douze petits missiles que nous avons lancé sur des installations probablement désaffectées (pour ne fâcher personne) permettent de redorer à moindre frais (20 millions d’euros si l’on compte les missiles et les vols) l’image d’un président écornée par des difficultés d’ordre social (Notre-Dame-des-Landes, grèves à la SNCF, révoltes étudiantes).

Général (2S) Dominique DELAWARDE

Crédit photo : Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

(Fin de citation)

Quant à moi, je pense que les rodomontades des agresseurs font partie de ces bobards de guerre destiné à transformer un échec en grande victoire. Bobards également, évidemment, les prétendues attaques de la Ghouta avec des armes chimiques -sans exclure que les criminels islamiques aient pu eux-mêmes en utiliser, on sait qu’ils en possèdent, ils n’auraient donc eu aucun scrupule à les employer à petite échelle tout en fabriquant également, comme le disait hier Raymond, des photos destinées à diffusion par les médias de propagande occidentaux. Prétexte rêvé pour redorer le blason des occidentaux qui ont fomenté le chaos mais ont perdu la partie.

Enfin, pour nous autres Français, la grande leçon devrait être celle-ci : l’histrion élyséen, Macron, a révélé qu’il est bien le valet des grands monopoles transnationaux sis à Wall-Street. Il est le caniche des Yankees, chef d’agence des grandes banques pour la France. Nous observons une continuité de la politique depuis Chirac : participation à l’agression contre la Serbie, retour de la France dans l’organisation militaire de l’OTAN sous Sarkozy, guerre dévastatrice en Libye, ruptures des relations diplomatiques avec la Syrie (œuvre d’Ali Juppé), tentatives d’agression contre la Syrie sous Hollande, et maintenant participation à l’agression ouverte sous le règne de Macron. Le gaullisme est définitivement mort, et d’ailleurs on n’entend pas Wauquiez condamnant l’agression. J’espère que les Français seront assez intelligents pour ne pas se laisser enfumer par la propagande macronique à grands coups d’entretiens télévisés parfaitement fabriqués avec la complicité de journaleux-carpettes.

Nous sommes donc revenus, comme avant 1958, à la remorque des anglo-saxons, spécialement des Yankees. Incapable de prendre une place prépondérante en Europe, du fait notamment de l’adversité Allemande, Macron espère gagner un strapontin à côté des anglo-saxons ; ce n’est évidemment ni une preuve de force, ni une politique conforme aux intérêts de la France. Venu au pouvoir par un coup d’État judiciaire, politique et médiatique, Macron n’a aucune légitimité pour nous entraîner dans ce bourbier. Il doit partir !

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

SALAUDS !

agresseursLe plan était pourtant bien monté : on fournissait des armes occidentales via la Qatar et l’Arabie Saoudite aux fanatiques islamiques, ceux-ci détruiraient l’Irak et la Syrie, on enrôlerait aussi les Ottomans, et crac ! Servez chaud ! Une nouvelle carte du Proche-Orient, un nouvel espace de prédation offert aux grands monopoles banquiers de Wall-Street. Bon, pour tranquilliser le parterre, on se débrouillerait pour affubler les « rebelles » d’un oripeau de Démocratie, tout de même. Car toutes ces magouilles, comme lors des guerres contre la Serbie, la Libye, comme pour les « printemps arabes » et les manifestations en Ukraine, seraient injustifiables sans être accomplies au nom de la Démocratie !

Pas de chance : la Russie vient au secours de « l’animal » Assad, et peu à peu le rêve des monopoles s’effrite au fur et à mesure de la reconquête de la Syrie par les forces du gouvernement légal ! Zut ! Flûte & crotte de bique ! Pire : si les Russes parviennent à faire s’accorder les adversaires sur une paix de compromis, les diplomaties occidentales seront définitivement hors circuit ! Houlà ! La fuite de pétrole ! Bon : on va se venger !

coucou-la-democratie-smallOuais, mais… Ce n’est pas facile, avec ce Poutine qui est là avec tout son peuple derrière lui. Bon : on va user de la vieille ficelle des « armes de destruction massive ». On l’a déjà fait en Irak quand Powells alla à l’ONU en brandissant un tube supposé contenir des substances malpropres : paf le Saddam ! Sauf qu’après on a su que le tube, c’était bidon. D’accord, la ficelle est grosse comme une aussière pour porte-avions, mais si on prépare les opinions chez les valets des monopoles, à grands renforts de propagande médiatique, le mensonge peut encore passer. Ça tombe bien, on a sur place, dans la Goutha, des groupes para-terroristes appelés « casques blancs ». Et les terroristes sont des spécialistes de la mise en scène, ce qui est parfait parce que les agences de presse propagandiste occidentales ne demandent rien de mieux que des images bien dégueulasses pour les diffuser, sans les mettre en doute, auprès des ahuris accrochés aux écrans plats.

Les auxiliaires djihadistes se mettent donc à l’œuvre, tandis que les chefs de gouvernements de la Triplice couinent à l’alerte aux gaz. Le Donald balance des touitts en pagaille. L’usurpateur de l’Élysée prétend avoir des « preuves ». Les Roastbeefs itou, d’ailleurs ils avaient commencé à ébranler l’opinion avec une affaire bidon d’empoisonnement d’un traître par les Russes. Les preuves ? Oh mais ! Nous en avons, mais on peut pas les balancer, c’est « secret défense » ! Tartufes ! Ainsi les « héros » de la Démocratie, ceux qui ont rasé Dresde, Hambourg, Hiroshima, Nagasaki, qui ont intoxiqué le Vietnam aux défoliants, ouvert les vannes de l’invasion en détruisant la Libye, se posent en « vengeurs » des drwâââ de l’Haume, de la Démocratie et de la Morale.

Ah ! Ils sont beaux, les valets des monopoles bancaires !  Les États-Unis, le Britanistancla-democratie-comes-to-you et la Francarabia, ces concentrés de vice et de perversion, ces pays de dégénérés, osent se présenter comme des parangons de Vertu ! Ah ! Là ! Là ! Oh, bien sûr, l’ONU, cet inutile machin, a bien envoyé une mission en Syrie, pour vérifier si les cafteurs « casques blancs » disaient vrai. Ah ! Mais… on ne va pas attendre, des fois que le pot aux roses serait découvert. On cogne ! On balance des missiles. Peu importe que les Russes prétendent que la DCA a scrafé 73 missiles sur 103, on dira au Pentagone que c’est même pas vrai !

En vérité : il s’agit bien d’une agression à l’hitlérienne ! Perpétrée au service des monopoles bancaires. Réaction de sales gamins frustrés d’avoir ramassé une belle piquette au match du jeudi après-midi. Seulement voilà : nous ne sommes pas dans la cour de récréation. Il s’agit bien d’un acte de guerre contre un pays qui ne leur demandait rien, en dépit du droit international. Proprement : un crime. Un crime qui accroît le danger de guerre mondiale. Pauvres fous, qui s’imaginent gagner contre une puissante moitié de l’Humanité !

Les chefs des trois pays agresseurs, véritables Pieds-Nickelés de l’Apocalypse, sont donc des criminels. Donald Duck, tu nous as bien déçus ! Nous étions contents de te voir élu à la place de la vieille perverse Clinton, mais finalement le résultat est le même : l’agression. Ton « État profond » (Deep State) est plus fort que toi. Mère Theresa May, tu as déjà montré que tu ne valais pas plus cher. Quant à toi, l’énergumène squattant l’Élysée, tu nous as fourrés dans une sale affaire, et, je crois, de manière contraire à notre Constitution. Asselinau a raison de demander que ce Jupiter de pacotille soit démis en raison de l’article 68 : « Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour. » Vœu pieux, M. Asselineau ! Certes le tonton Macroute a fait une guerre sans déclaration, sans avoir informé le Parlement. Mais il est vrai que Morfalou avait embrouillé, en 2008, l’article 35 de la Constitution : informer le Parlement au plus tard trois jours après le début des opérations, le temps de faire une mini-Blitzkrieg. Tranquille qu’il est, le malfaiteur de l’Élysée, et, de toute façon, ce n’est pas sa bande de chèvres, bacheliers à qui l’on a conféré l’agrégation, qui le condamneraient.

Faites gaffe, tas de cons ! Vous avez des armes puissantes, mais « en face » il y a des armes aussi puissantes et destructrices que les vôtres. La prochaine guerre pourrait bien être la « der des ders », la balayette et la pelle à cendres devenues les accessoires de la trousse de premiers secours ! Voilà où risque de nous mener l’appétit glouton des monopoles, des banksters internationaux. Et les peuples ? Faites gaffe encore, car vous avez été vaincus, vous les Yankees, vous les Francarabiais, par de petits soldats chaussés de sandales taillées dans de vieux pneus. Il pourrait bien naître dix, cent Vietnams pour vous flanquer la pâtée, même si cela prend des années. En attendant, vous semez le chaos, vermines !

Nous vous haïssons. Dans notre Camorra, nous sommes malheureusement trop de vieux, moi, Vautrin, Raoul… pour voir arriver un jour ce que nous espérons, mais je souhaite que nos enfants et petits-enfants puissent rigoler en vous voyant courir la venelle, la queue basse, en braillant : « On est foutus ! On a les Russes au cul ! »

Salauds !

Raymond

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Lueurs, incendies et gaz

diablesse2-smallIl y a des lueurs à l’Est ; sans doute pas aussi vives que nous autres patriotes irrédentistes le souhaiterions, mais tout de même ! Au sud, c’est le désarroi ; les Italiens, faute d’avoir poussé, l’épée dans le dos, les chefs des partis victorieux aux élections, sont en passe de se faire voler leur victoire : les cinq étoiles n’arrivent pas à s’entendre avec la Lega et menacent de s’acoquiner avec les socialistes. S’il en est ainsi, l’envahisseur pourra continuer l’invasion et le peuple Italien, avec lui tous les autres d’Europe, d’en souffrir.

A l’est, le Fidesz, parti de Viktor Orbán, remporte une belle victoire : dans le cadre d’une participation de 70% (en hausse), avec 48,8% de votes favorables, le Fidesz aura la majorité des 2/3 du Parlement. « C’est une victoire historique qui nous offre la possibilité de continuer à nous défendre et de défendre la Hongrie » a commenté V. Orbán. Oui, défendre la Hongrie, qui est le poste avancé de la Résistance européenne à la honteuse politique d’invasion de l’Europe des monopoles. Et en défendant la Hongrie, le peuple Hongrois défend également tous les autres peuples d’Europe contre la vague barbare appelée par Merkel et les européâstres. Tous les peuples, y compris ceux, abêtis, avachis, en pleine déréliction, qui ne font rien pour se défendre et même déroulent le tapis rouge à l’ennemi.

Naturellement, cela ne plaît pas aux voyous & traîtres patentés de la « bien-pensance » européâstre. Certains clabauderont que le mode d’élection hongrois, avec une dose de proportionnelle, favoriserait le Fidesz. Ils voient la paille dans l’œil Hongrois, mais pas la poutre dans l’œil Français, car en matière de confiscation de la volonté populaire, notre système électoral se pose un peu là ! Majorité absolue aux chèvres macroniques avec 24% des voix au premier tour, c’est tout de même loin des 48,8% du Fidesz, non ? Mais le Propaganda-Staffel macronique ne cessera pas pour autant de déverser mensonges, tromperies et idéologie fielleuse sur la Hongrie.

Pour nous, la Hongrie et les pays de Visegrád constituent l’exemple et le salut. C’est pourquoi nous devons pousser, mitraillette dans le dos, les partis et groupuscules de Droite à s’unir sur un projet commun dès les « européennes » puis aux « municipales » pour faire obstacle aux funestes projets macroniques et en découdre avec un islam toujours plus arrogant, conquérant, meurtrier.

Macron, je l’ai montré, n’est pas si fort qu’il veut le faire croire. Il peut toujours bousculer une bande de pouilleux gauchistes à Notre-Dame-des-Landes, ce n’est pas une preuve de force. On ne fait rien pour Mayotte, et on veut jouer les gros bras à la SNCF, on veut faire le gandin contre la Syrie, mais cela n’est que gesticulation de pupazzo de pacotille. Macron peut être démasqué, battu. Il doit l’être. Venu au pouvoir par la manipulation et la propagande, il n’a pas à demeurer.

Regardez comment le cuistre entend combattre les dérives musulmanes dans les fameux « territoires perdus de la république ». C’est le printemps, il époussette Borloo-le-Clown que les sociétaires des Grosses Têtes (lorsqu’elles étaient animées par Bouvard !) célébraient ainsi :

« Ouvrez, ouvrez la cave au Borloo,
Regardez-le s’enivrer c’est beau,
Les enfants si vous voyez
Le pôv’ Borloo assoifé,
Ouvrez-lui la cave pour se désaltérer. »

Borloo-le-Clown, sollicité par Jupinet, donc, a pondu un rapport conseillant de gaspiller 48 milliards dans la « politique de la ville » ! Il fallait oser l’écrire ! Cette imbécillité de « politique de la ville » -on ne connaît plus l’adjectif « urbain », tout comme on a oublié « civique » – dure depuis quarante ans. Des milliards y ont été engloutis en équipements, prétendus « biens culturels » et surtout subventions. Résultat ? Nib de nib. Ou plutôt des saccages, des détournements de fonds, un islam féroce. Beau résultat ! En fait, c’est une manière honteuse, preuve de pleutrerie, de tenter d’acheter une « paix sociale » définitivement compromise. Par exemple, il suffit à un énergumène quelconque de fonder une assoc’ bidon pour, disons, apprendre aux djeunes à la débine à fabriquer des colliers de nouilles, et vlan ! Le contribuable affure par le biais de « services » pas regardants du tout. C’est comme ça que la famille du tristement célèbre « Théo » s’est fait des grelots en or, et ce n’est qu’un cas parmi des milliers.

Alors si les imbéciles qui veulent nous « gouverner » espèrent de cette manière en finir avec la délinquance et le terrorisme, c’est plié d’avance ! D’une manière ou d’une autre, l’argent aboutit dans le trésor de guerre des djihadistes. La « politique de la ville » a fait la preuve de son inefficacité et de sa nuisance. Eh bien ! comme pour l’Europe, les cuistres couinent : « si ça ne marche pas, c’est qu’il n’y en a pas assez ! » Et on continue ! Nous sommes vraiment gouvernés par des crétins encadrés par des margoulins.

Terminons sur l’inquiétude. C’est clair : le lobby militaro-industriel Yankee veut la guerre. Il plairait aux « faucons » -et aux vrais- de parachever le chaos au Proche-Orient. Les manipulations d’opinion pour y parvenir sont tellement banales qu’on ne prend même plus la peine de les dénoncer. Là, on nous ressert les « armes chimiques », sur la foi de mensonges distillés par les « casques blancs », organisation para-terroriste, et par « l’observatoire des drwâââ de l’Haume » représenté essentiellement par un arnaqueur. On oublie que les musulmans djihadistes ont des stocks de gaz de combat (on dit que certains leur ont été fournis par les Yankees) et que de toute façon ils savent en fabriquer.

Naturellement, le Propaganda-Staffel entonne le même péan que lorsqu’il s’agissait de détruire l’Irak de Saddam, sous prétexte de détention d’armes de destruction de masse. On veut la peau de Bachar pour y installer les fanatiques. Toujours le pétrole. C’est l’occasion pour Macron d’essayer d’aboyer comme un roquet et de menacer, de conserve, malheureusement, avec un Onc’ Donald bien obligé de ménager son Pentagone, la Syrie légale de punition militaire. Hé, oh ! Macron : combien de divisions ? Il est évident que V. Poutine ne laisserait pas les occidentaux faire ce qu’ils veulent. Le risque de guerre mondiale est bien plus grand que du temps de la Guerre Froide. Car avec la Russie, il y a l’immense et puissante Chine. Le mieux serait que les boutefeux Yankees cessent leurs manigances, mais ce n’est pas du tout l’intérêt des monopoles de Wall-Street.

Tout de même ! Il faut une sacrée dose d’imbécillité pour mentir sur de soi-disant attaques chimiques venues de Damas, alors qu’en Angleterre (enfin, dans ce qu’il en reste !) l’affaire de l’empoisonnement par un vilain gaz Russe fait pssschiiiiit ! Et, Macron, pour se raccrocher à de telles planches pourries.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Ni Macron, ni les gauchistes

MG42bisJ’écrivais la dernière fois que je souhaitais que Macron perde son bras de fer contre les cheminots. Ce qui m’a valu, même au sein de notre Camorra, des critiques acerbes, vous pouvez m’en Croate… heu, m’en croire. Quoi ! Souhaiter une victoire des syndicats gauchistes, alors que Méluche est à fond du côté des grévistes ? Vautrin-Méluche même combat ?

Doucement ! Je n’ai pas écrit, ni même pensé, que je souhaitais la victoire des syndicats, seulement que je souhaite la défaite de Macron, eu égard au fait que si l’élyséen l’emportait, il n’y aurait pratiquement plus rien pour l’arrêter dans l’exécution de son plan européâstre. Et quel plan, je vous en ai parlé ! De plus, dans cette affaire de la SNCF, il est certains que la manœuvre repose sur un énorme mensonge d’État. À savoir que selon Macron, Philippe, le ministre des transports etc.. complaisamment relayés par les médias de propagande, l’énorme déficit de l’entreprise tiendrait au statut des cheminots. C’est le bouc-émissaire, ce statut. Rien de mieux pour déclencher la fureur de tous ceux qui ne l’ont pas ; chez nous, comme ailleurs, on cultive la mesquine jalousie. Moi, le statut des cheminots, je m’en fous ; par contre celui accordé lâchement à l’envahisseur me fait enrager.

La vérité est que la SNCF est entreprise nationale, et donc que l’État est son principal actionnaire. Il s’ensuit que l’État -ou plutôt la bande de gougnafiers qui le font exister matériellement- est responsable de tous les investissements de l’entreprise, et que des milliards ont été dépensés, « investis », avec l’approbation des « gouvernants ». On a fabriqué du TGV à outrance, vandalisé le transport des marchandises, ferraillé les lignes intérieures locales. Le déficit vient de tout cela bien plus qu’un « statut » évidemment obsolète et qu’il faudra bien réformer tout de même. Cela vous est caché, BFMTV (Banksters For Macron TV) ne vous en parlera jamais, mais soyez un peu curieux, épluchez les documents comptables, relisez les observations de la Cour des Comptes : vous verrez que j’ai raison.

L’affaire de la SNCF est un chiffon rouge agité par Macron au nez d’une opinion aussi versatile qu’imbécile. Macron a ses projets, son « agenda » comme disent les margoulins mondialistes, et ces projets vont à l’encontre, totalement, de l’intérêt de la Nation. C’est pourquoi il doit perdre.

Ah, direz-vous, et si le mouvement s’étend, si d’autres catégories se mettent à ruer dans les brancards, si les gauchistes arrivent à fédérer les mécontents, ce sera le chaos. Stop : le chaos, nous l’avons déjà. Il faut que Macron perde, et en même temps nous devons marquer les gauchistes à la culotte. Pas question de les laisser faire ce qu’ils veulent ; d’ailleurs leur islamophilie en fait encore davantage des ennemis de la Nation.

Tenez : les racailles gauchistes, comme elles le font depuis cinquante ans, bloquent des universités (ou plus exactement certaines facultés, essentiellement de « droit » et de « sciences humaines » : la tradition, quoi). Ces crânes de piafs fascistes se croient en mai 68. Sauf que depuis cinquante ans la situation s’est dégradée, que le gâteau a diminué, que les parts sont devenues infimes. Les revendications des trublions, ridicules, infantiles, démagogiques, ne sont que du vent, car elles ne peuvent déboucher que sur du néant. Qui voudrait employer des diplômés dysorthographiques et bons à rien ?

Bon… J’ai grandement apprécié qu’un groupe d’étudiants antiblocages, avec une supériorité numérique de dix contre cinquante, aient expulsé manu militari les vermines gauchistes de la fac de droit de Montpellier. La TV a, naturellement, filmé une pétasse qui présentait des mains apparemment sanguinolentes et braillait comme un putois. Facile de maquiller et de se faire passer pour victimes. Les brutaux, ce sont les gauchistes qui tombent à bras raccourcis sur les étudiants mécontents qui veulent exposer leur point de vue aux AG. Je viens de regarder une vidéo où des antiblocages bien organisés se frottaient aux gauchistes de Tolbiac. Pas vraiment une échauffourée, simplement des troupes s’injuriant d’un côté l’autre des grilles, avec quelques projectiles. Mais c’est un fait nouveau : les gauchistes sont menacés de la course à l’échalote ; cela ne s’était plus vu depuis quarante-cinq ans, et je trouve la réaction des étudiants anti-gauchistes très encourageante.

C’est comme cela qu’il faut se comporter contre la vermine extrême-gauchiste. Les marquer à la culotte, haro & bastonnade ! Remarquons que dans la vidéo, la flicaille de Macron arrête les bons, mais n’ose pas toucher les gauchistes. AH, me direz-vous, la police ne peut entrer sur les campus qu’invitée par le président de l’université, privilège d’extra-territorialité datant du temps de François Villon et des sorbonagres. Oui, mais pourquoi les présidents ne demandent-ils pas au ministère de l’intérieur des compagnies de CRS pour évacuer les gauchistes qui souillent les bâtiments ? Mais parce que la plupart des présidents d’universités sont eux-mêmes gauchistes, donc complices de ceux qui dégradent les facultés. Mais alors, le gouvernement ? Eh bien ! Il s’en fout, parce qu’une « grève » universitaire ne gêne personne… sauf les étudiants sérieux qui investissent pour leur avenir. De plus, ce gouvernement étant de gauche, on ne le verrait pas prendre des mesures raisonnables. Cela ferait tâche sur sa réputation auprès des bobos, et imaginez qu’un gentil « invité » un peu agité prenne des coups : la bavure ! Et puis, de toute façon, les gauchistes et autres fascistes « antifas » sont utiles quand on veut casser une manif réellement civique, n’est-ce pas ?

Bon, donc, récapitulons : a) Macron doit perdre, b) mais les gauchistes ne doivent pas gagner pour autant. Nous sommes obligés, mes pauvres amis, de nous battre simultanément sur plusieurs fronts : Macron, le gauchisme, l’islamisme, l’eurocratie, le mondialisme, les pervers etc… Ben c’est comme ça ! Au fond, une société est perpétuellement en crise. L’ennui est que la nôtre est menacée de mort par son ultime crise. Bon gu ! On se remue et on cogne ! Haro & bastonnade !

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

La barque de Charon

Diablesse et angeletteAu fond… Nous sommes dans un piège mortel. De quoi s’agit-il ? Un coup d’État juridico-médiatique, probablement téléphoné depuis l’Élysée de Hollande, servi par une propagande éhontée et de prétendus magistrats prompts à regarder ailleurs lorsqu’il s’agissait d’examiner les turpitudes d’un candidat chouchou des médias achetés par des milliardaires, a porté l’homme des monopoles à la magistrature suprême. Il fut aidé en cela par l’imbécillité active de moins de 44% du corps électoral et l’imbécillité passive du reste. Le chef d’agence des monopoles pour leur succursale France sévit depuis plus d’un an, sans aucune opposition solide. L’union des Droites, seule capable de lui faire pièce, est bien en-deçà de l’horizon.

Il reste les objectifs à peine cachés de Macron. Les « réformes » intérieures ne sont que de la poudre aux yeux, destinées à la fois à asservir davantage -par exemple éliminer les véhicules Diesel, limiter la circulation à 80 Km/h, prétendre combattre les bobards- et à servir d’entonnoir pour mettre en boîte un nombre accru d’imbéciles. Notamment, l’idée de réduire le nombre de parlementaires : qui irait contre ? Et si le Sénat y met son veto, un référendum « utile » donnerait au petit pharaon une majorité à le rendre légitime. La manœuvre SNCF s’inscrit d’ailleurs dans ce plan : s’il parvient à persuader assez de gens ne voyant pas plus loin que le bout leur écran plat à se mettre contre les grévistes, il aura gagné son bras de fer contre les syndicats et pourra poursuivre ses dégâts en toute impunité.

C’est que l’élyséen a besoin de la complicité passive d’une majorité d’abrutis pour réussir son plan fondamental : asservir définitivement la France à une Europe des monopoles centralisatrice, jacobine, bureaucratique, multiculturelle, otanienne. Un continent de cons-sommateurs apatrides métissés et déracinés, un monde orwellien. Il FAUT qu’il perde.

Je n’ai aucune affinité avec les syndicats de cheminots. Je me moque du « statut » comme de ma première chaussette. Je ne suis intéressé secondairement que par la perspective de trains roulant régulièrement, en toute sécurité, partant et arrivant à l’heure, et ne desservant pas que les grandes métropoles immondes. Ce qui n’est plus le cas depuis longtemps. Je devrais donc être du côté de Macron. Eh bien ! Non ! je souhaite au contraire qu’il perde son bras de fer avec les syndicats. Suis-je en contradiction avec moi-même ?

Là est un aspect du piège : si les syndicats gagnent, la gabegie perdurera dans les transports ferroviaires. Si Macron gagne, il n’y aura pratiquement plus personne à s’opposer à ses desseins antinationaux. Mais si l’on fait passer la Nation souveraine avant des problèmes somme toute secondaires, alors il faut que le « président » perde.

Car Macron n’est pas aussi fort qu’il veut le faire croire. Voyez comment son gouvernement et lui-même sont embarrassés dans l’imbroglio de Mayotte ! Primo, l’île, département Français depuis 2011, est envahie par des énergumènes illégalement venus de Mayotte. Secundo, des femmes Comoriennes viennent déposer leurs fardeaux à la maternité de Mamoudzou : puisque la France est assez idiote pour pratiquer le droit du sol, cela fait autant de petits Français… de papiers. Tertio, les clandestins n’hésitent pas à sortir de la forêt pour piller et rapiner, engendrant un climat d’insécurité dans l’île. Quarto, les Mahorais en ont marre et se chargent eux-mêmes de capturer les illégaux et de les remettre à la Gendarmerie. Là, embarras encore plus fort : les Mahorais ne sont pas de « sales Blancs racistes », les aboyeurs habituels ne peuvent rien dire. Quinto, les énergumènes de Moroni refusent de récupérer leurs exportés et menacent.

Un gouvernement véritable, solide et déterminé aurait réglé la question par quelque action vigoureuse. Halte là ! On ne passe pas ! Mais la bande à Macron atermoie, comme (sauf sous le règne du Général) le font toutes les « républiques ». En somme : il est urgent d’attendre, ne faisons rien, laissons pourrir la situation inch’Allah. Macron, où est ta force ? On sait à quelles extrémités mène la politique velléitaire et laxiste.

Autre exemple, dont j’ai parlé récemment : on roule verbalement les mécaniques contre le terrorisme, on fait des lois, on promet de la rigueur. Mais on ne fait rien, rien de rien. De peur de la réaction des bobèches de la bien-pensance, de la CEDH, des anthropophages siégeant à l’ONU. Padamalgam ! On ne ferme pas les frontières, on n’embastille pas préventivement les candidats au terrorisme, on laisse les frères musulmans tenir congrès et louer le Tarik Ramdam, prêcheur de haine. Le plan est simple : islamisation, métissage, subversion par le barbare. Ah ! Il est plus facile de taper sur les patriotes, avec l’aide de juges politiquement fanatiques !

 Je crois que maintenant vous ressentez le piège. « Réduit au triste choix ou de trahir ma flamme/ Ou de vivre en infâme/Des deux côtés mon mal est infini. » disait le Rodrigue de Racine. Sauf que le Cid ne pouvait que choisir l’Honneur, el sentido de la Hónra, et que les stances, c’est pour faire beau. Le choix est simple : Macron DOIT perdre, il en va de l’avenir du pays.

Je relisais récemment, pour la quatrième ou cinquième fois, D’un Château l’Autre de L-F Céline. J’y vois une terrible leçon : dans l’atmosphère de crise, les gagnants comme les perdants sont assoiffés de vengeance et de massacre. Des boucs-émissaires sont livrés à la fureur qui des « fifis » qui des « collabos ». Triste humanité. Je me dis parfois que si Dieu existait, il ferait bien d’envoyer un gros méchant Déluge pour noyer l’engeance anthropoïde. Vlouf ! Gloub ! Fin de partie.

J’ai noté aussi une remarque intéressante : « la sensibilité française s’émeut que pour tout ce qu’est bien anti-elle !… ennemis avérés : tout son cœur ! masochisse à mort ! » Vérifiez, s’il vous plaît ! Consultez les canards Pigasse, Lagarde, …, et vos écrans plats ! Regardez sur Face de Bouc et Tweeter-Jacassin ! Ça dégouline de haine de soi et de pas soi, et d’amour pervers pour l’Autre Suprême, sauvage venu des terres de cailloux et scorpions.

Mais au fond, ce qui m’inspire en ce moment dans le bouquin de Céline, c’est Caron (ou Charon), le nocher des Enfers. Céline délire, l’accès de palu. Il voit un rafiot, bateau-mouche, amarré au quai près de la place ex-Faidherbe. Il s’appelle La Publique. Joli nom, qui en dit long. « La Publique, la barque à Caron ? je demande pas mieux, moi !… je veux bien !… » On y montera tous, il faut quand-même douiller le prix de la balade. Et alors : « Tu le verras !… sa rame dans ta gueule !… tu le verras ». il me le promet. » Il leur fend le crâne à l’aviron !…dis ! » -Ah ? Comme surpris je fais… l’aviron de Caron, qu’il veut dire…  « Tous ceux qui montent, il les arrange, tiens !… hein La Vigue ?… il leur rame dedans…dans la chapeau ! en plein ! il leur godille dedans je te dis !… » J’y passerai comme les autres, mais avant, j’aimerais bien voir Caron arranger des tas de néfastes, gouvernementaux, bien-pensants, sycophantes des « zassoc’s », ONGistes trafiquants d’envahisseurs, magistrats rouges, antifas, bobos, gauchistes, rombières fanatiques, théoriciens du genre, avorteurs, européâstres. Tiens ! le Macron, le Junkers, la Merkel, le Moscou-Vichy, le Drahi, le Draghi, le Dradlit, le Dahu, des tas d’autres malfaisants. Vlan ! Paf ! Raouf !… le grand jeu, qu’il leur serve, le Caron. Après, il fera de moi ce qu’il voudra : je m’en fous, j’aurai bien rigolé.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Bourre-pif aux cuistres & autres racailles

Oh maisNous aimons Patrice Quarteron. Champion de boxe, il est aussi Patriote. Ce qui lui vaut, bien entendu, des offenses ignobles de la part d’une bande de trous-du-cul et autres cuistres qui n’hésitent pas à le traiter de « facho », « traître » et « bounty ». C’est, en somme un hommage involontaire du vice à la Vertu. Nous pensons que Patrice, dont le profil rappelle celui de personnages nobles dessinés par Hugo Pratt, appartient à l’ordre des gens bien nés, aristocrates au meilleur sens du terme.

 Fatiah Boudjahlat, dans le Figarovox écrit des vérités premières en défense du champion, et a raison. Car, ainsi que nous le soulignons, dans le caillou que certains énergumènes ont entre les deux oreilles, tourne une ritournelle infecte que décrit très exactement l’auteur : « La violence se déchaîne parce qu’il est noir. Et un bon noir, un vrai noir digne, qui s’assume, ou un bon arabe n’est pas censé aimer la France sauf à avoir une mentalité d’esclave. Il est question d’authenticité. On est un vrai arabe, un vrai musulman, un vrai enfant d’immigré etc… quand on vante le bled et que l’on cultive l’indifférence voire le mépris à l’endroit de la France. » Plus loin, Fatiah Boudjahlat remarque avec justesse : « Refuser l’allégeance au pays dans lequel on est né, dans lequel on vit et dans le même temps la réserver à celui dans lequel on ne va qu’en vacances, avec un pouvoir d’achat européen, c’est faire de la France un simple guichet de services. » Au contraire, Patrice Quarteron se drape dans le drapeau de SON pays : La France. Voilà qui fait rager la racaille.

Le site Les ObservateursCh relaie un « Poing Final » de Patrice Quarteron, paru initialement dans ValeursActuelles.com. Titre : « Derrière Arnaud Beltrame, c’est notre peuple qui va vous dire “stop”. » J’estime qu’il est de notre devoir de diffuser ce coup de poing, ce bourre-pif asséné sur le museau de l’anti-France.

(Citation : )

« Encore un attentat. Encore un représentant de notre pays lâchement assassiné.

Encore les mêmes discours, les mêmes sermons de ces grands prêtres du politiquement correct. Aujourd’hui, ils soutiennent les gendarmes, ils sont “Arnaud Beltrame”. Mais hier ? Et demain ?

A chaque attentat, on me félicite quand je soutiens la police, on m’invite dans les médias, on me propulse homme de l’année. Mais deux jours plus tard, quand l’émotion est retombée et que je tiens les mêmes discours, on me traite de tout. De « fasciste ». De « vendu ». De « raciste » même.

Vendu de quoi ?! Ces gens nous assassinent, ils nous tirent dessus, ils nous tuent. Ils égorgent nos gendarmes et prennent la vie de nos compatriotes. Ils jouissent et rigolent quand ils nous voient mourir.

Tous ces gens qui font de grands discours, qui pensent pouvoir décider ce qu’on peut dire ou ne pas dire, ce qu’on peut penser ou ne pas penser, sont complices des monstres qui veulent nous détruire. Ce sont des politiques, des journalistes, des associations antiracistes.

Aujourd’hui, quand je dénonce ceux qui haïssent la France, les Mennel et compagnie, ou l’autre Benzema qui crache pendant la Marseillaise en l’honneur des attentats, on m’insulte ! Je vois un homme qui s’est présenté aux élections législatives pour la France insoumise et qui n’a pas honte d’applaudir la mort d’un gendarme… Ma parole d’honneur, on est dans un pays de fous ! La liberté d’expression a dépassé les limites. Et on me dit que je parle trop !

Mais là, aujourd’hui, vous la fermez tous. Votre silence est complice, car pendant tout ce temps, vous n’avez rien entendu.

Allez dans les banlieues. Vous croiserez ces regards haineux, ces jeunes qui détestent notre pays et son drapeau, ces gens qui ne disent rien mais qui n’en pensent pas moins.

La compagne du terroriste de Trèbes vous glace le sang, quand elle traite les Français de « mécréants », quand elle dit que Daech ne fait que venger ses « frères » en tuant des Français au hasard ? Elle vous terrifie, quand elle regrette qu’il n’y ait pas eu plus de morts dans le Super U ?

Ils sont des milliers comme elle, dans certains quartiers français, à vouloir notre mort à tous.

Et nous, les pigeons, on continue à l’accepter. Comme des abrutis. Les lois ne changent pas, on n’a toujours pas le droit de parler du problème. On va nous faire faire un hommage national pour notre gendarme, notre héros. Et dans deux jours, on l’aura oublié.

Moi, je vous jure que je ne l’oublierai pas. Je le jure devant Dieu, je n’oublierai jamais le Colonel. Et je jure qu’à chaque fois que vous m’insulterez parce que je soutiendrai les forces de l’ordre, je serai encore plus véhément. J’ouvrirai toujours plus grand ma gueule.

Vous tous qui refusez de voir la réalité, vous tous qui détestez votre pays, qui contemplez sa destruction sans bouger, qui participez à sa chute en vous taisant ou faisant taire les autres, vous êtes des traîtres. Des apatrides. Vous n’avez aucune face. Aucune fierté. Aucune reconnaissance. Vous êtes tous des hypocrites.

La vérité, c’est que la fête va bientôt se terminer. Sachez-le : les Français n’en peuvent plus. Ils n’accepteront plus ça éternellement. Aujourd’hui, la France nous a donné un héros. Un exemple. Pour la première fois depuis 2015, au lieu d’être une simple victime, le pays célèbre un homme qui a résisté aux terroristes. Derrière Arnaud Beltrame, c’est tout notre peuple qui va vous dire « stop ».

Mais pour l’instant, aucun politique n’a les couilles de faire changer les choses. Au lieu de rectifier le tir, coûte que coûte, on continue à chercher le problème, comme si on n’était pas au courant.

Arrêtez de faire de la pédagogie, de la psychologie du dimanche, de traiter les gens de « fachos », de soutenir des associations bidon qui sont les premiers racistes sur terre. Arrêtez de soutenir les traîtres qui nous crachent à la gueule, de nier. Arrêtez de faire semblant.

Sachez le bien, on ne vous lâchera pas.

Sachez-le bien, les Français ne vous laisseront plus rien passer.

Sachez le bien, jusqu’à ma mort, je vous dirai vos quatre vérités. »

(Fin de citation.)

Voilà, tout est dit, sans « correction politique » dégradante. Bravo, Patrice !

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Lettre d’un Européen de l’ouest aux dirigeants et aux peuples de l’Europe de Visegrad

de-charretteNous nous faisons un devoir de relayer cette lettre du rédacteur en chef de Breiz-Info aux peuples du groupe de Visegrad.

-0-0-0-0-

Citation :

« Le journal conservateur hongrois Magyar Idök a publié cette semaine une lettre ouverte adressée par Yann Vallerie, notre rédacteur en chef, à destination des dirigeants et des peuples de l’Europe de Visegrad. Une lettre ouverte – publiée à quelques jours d’élections majeures en Hongrie, le 8 avril – dans laquelle ce dernier alerte sur la situation des Européens de l’Ouest, sur les menaces qui pèsent sur eux, et sur l’espoir que suscite le réveil des nations de Visegrad chez des millions de gens, à l’Ouest.

Nous publions cette lettre ci-dessous :

Lettre d’un Européen de l’ouest aux dirigeants et aux peuples de l’Europe de Visegrad.

Messieurs,

Ceci est à la fois la lettre et l’appel à l’aide d’un Européen aux dirigeants et aux peuples de l’Europe de Visegrad.

J’ai 34 ans, je suis Breton et citoyen français, journaliste indépendant de profession. Je vous adresse cet appel à l’aide au nom, je le sais, de nombreux citoyens d’Europe de l’Ouest, qui voient tous les jours leurs pays, leurs régions, se transformer en profondeur, pour bientôt sans doute ne plus ressembler à ce à quoi ont toujours ressemblé les nations qui forment la civilisation européenne à laquelle nous appartenons tous.

Quand je parle de transformations profondes, je parle bien évidemment de l’immigration, et de l’islamisation de nos sociétés de l’Ouest. Je sais que vous aussi, hongrois, tchèques, slovaques, autrichiens, polonais, peuples de l’Europe du Centre et de l’Est, vous voyagez, vous regardez la télévision, et vous vous interrogez.

Pourquoi les rues de Paris sont-elles chaque jour qui passe un peu plus remplies d’immigrés africains, arabes, qui pour une partie grandissante ont désormais des papiers d’identité et qui sont considérés par nos élites comme des Français ?

Pourquoi des musulmans qui appellent à la mort de l’Europe et au règne d’Allah sur tout notre continent peuvent-ils s’exprimer en public, dans les rues de Londres ?

Pourquoi des jeunes femmes blanches d’Angleterre sont depuis des années réduites en esclavage par des gangs d’immigrés pakistanais sans que les autorités n’aient jamais levé le petit doigt ?

Pourquoi un maire arabe est aujourd’hui maire de la ville de Rotterdam, et un Pakistanais de Londres ?

Pourquoi les femmes allemandes, françaises, anglaises, belges, n’osent plus sortir le soir dans les rues de certains quartiers de nos pays sous peine d’être agressées, violées même parfois ?

Pourquoi nos pays d’Europe de l’Ouest, qui furent sans doute par le passé des moteurs de la civilisation européenne, sont-ils aujourd’hui en train de s’éteindre démographiquement et de se transformer ethniquement ?

Vous vous posez, vous aussi, toutes ces questions que, comme beaucoup de mes compatriotes, je me pose.

Aujourd’hui, nos dirigeants nous ont abandonné. Plus redoutable encore, toute une partie de nos peuples de l’Ouest semble avoir accepté cette disparition à venir, cet ébranlement de notre Civilisation, appuyé lourdement et financièrement par la galaxie Soros notamment.

Chaque jour, ces forces obscures s’emploient à tout détruire ; notre identité européenne, nos valeurs, nos traditions. Nous vivons dans des villes où vous pouvez croiser aujourd’hui un transsexuel possédant un enfant et un islamiste tout juste revenu du Front en Syrie, tous les deux défendus par des individus dangereux qui font l’apologie de l’indifférenciation des sexes, de l’immigration sans aucun contrôle, et qui montrent du doigt tous les jours, qui stigmatisent, qui condamnent les hommes blancs hétérosexuels, autochtones et attachés à nos racines.

Nos sociétés d’Europe de l’Ouest marchent sur la tête. Elles ont perdu toute raison, tout en se permettant, en plus, concernant nos médias officiels et nos dirigeants, de vous montrer du doigt vous, les Hongrois, les Tchèques, les Slovaques, les Polonais, qui portez au pouvoir des dirigeants qui veulent pourtant votre bien, et le salut à la fois de votre nation et de notre civilisation commune.

Je ne suis pas Hongrois, je ne suis pas Tchèque, je ne suis pas Slovaque, ni Polonais : je possède une carte d’identité française, mais aujourd’hui, je me sens mille fois plus proches de vous, qui appartenez à ces nations d’Europe, que le migrant du Ghana ou du Nigeria ou de Turquie qui possède pourtant la même citoyenneté que moi. J’échangerai d’ailleurs ma carte d’identité française contre n’importe quelle autre du moment qu’elle incarne ce que je suis avant tout, c’est-à-dire un citoyen blanc d’Europe et de tradition chrétienne.

Aujourd’hui, peuples amis d’Europe centrale, cousins, appartenant à la même civilisation que nous autres à l’Ouest, sachez que nous avons besoin de vous et que notre destin est clairement, désormais, entre vos mains, tant la machine à détruire l’Europe semble s’être emballée depuis ces dernières années.

Sachez qu’ici, nos espoirs, nos aspirations, reposent désormais en partie sur vous, il faut que vous en ayez conscience. Nous nous savons condamnés à disparaître ethniquement, à disparaître culturellement, si vous, Européens de Visegrad et de l’Est, ne prenez pas conscience de l’immense mission qui vous revient aujourd’hui et à laquelle nous vous aiderons par tous les moyens : sauver l’Europe, sauver notre civilisation.

Vous avez cette chance de vivre dans des pays ethniquement homogènes, où les femmes possèdent une liberté qu’elles ont de moins en moins ici. Des pays où l’on apprend dès le plus jeune âge aux citoyens à être fiers de ce qu’ils sont, d’où ils viennent. Des pays où le mot nation, ou le mot patrie, où le mot racine, ne sont pas des insultes. Des pays dont les identités se transmettent par le sang et par l’histoire.

Des pays où le mariage consacre un homme et une femme, et où l’étranger vous doit humilité et respect pour être, éventuellement, accepté. Des pays où l’on incite les hommes et les femmes à faire des enfants, à les élever, à les chérir et à leur offrir une stabilité, une continuité, des racines, et un destin.

C’est ce même destin, un destin européen, que je souhaite pouvoir offrir, comme beaucoup de mes compatriotes, à mes enfants demain. C’est ce même avenir, sécurisé, paisible, joyeux, enraciné, que nous souhaitons pouvoir leur transmettre.

C’est pourquoi nous remettons notre destin entre vos mains, et que nous avons besoin de vous pour nous aider à nous battre, pour sauver l’Europe d’une disparition certaine si vous laissez demain des millions d’Européens aux mains de fous dangereux qui voudraient en faire une terre multiculturelle, multiethnique, indifférenciée, et au final, africaine si l’on en croit la démographie mondiale

Prenez conscience de cette mission que nous vous confions et de l’espoir que nous mettons en vous. Nous ne voulons pas subir demain le sort des Blancs en Afrique du Sud. Nous sommes des millions à ne pas vouloir voir nos églises souillées, nos drapeaux brûlés, nos enfants tués et nos femmes agressés, ou tuées.

L’heure est grave — et je le sais d’autant plus qu’en tant que journaliste indépendant, je vois ce qui est à l’œuvre aujourd’hui en France, en Allemagne, ou au Royaume-Uni. Les voix dissidentes sont baillonnées, la liberté d’expression n’existe plus et se règle devant des tribunaux aux ordres des politiques qui dirigent au gré des élections influencées par des médias aux mains d’oligarques anti-nationaux.

Le mot démocratie ne veut plus rien dire dans des pays où l’abstention électorale est majoritaire et où des gouvernants non élus, comme ceux de Bruxelles, imposent des lois scélérates, visant à achever la destruction de l’Europe.

Citoyens d’Europe, que vous soyez Hongrois, Tchèques, Slovaques, Autrichiens, Polonais ou de toute autre nationalité fière de son histoire et de ses racines, vous qui savez ce que c’est que l’oppression, que l’invasion, que la menace de disparaître comme vous l’avez parfois connu tout au long de vos histoires respectives, aidez-nous !

Et faites que nos destins soient unis dans la diversité de notre civilisation, pour des siècles et des siècles, pour que l’Europe vive !

Yann Vallerie

Rédacteur en chef de Breizh-info.com »

(Fin de citation)

Nous en sommes là, nous autres peuples de l’ouest avilis, peuples asservis, peuples en voie de disparition par un ethnocide programmé. Il est vrai que le salut pourrait venir de l’Est. Il demeure cependant chez nous des minorités encore capables de se soulever, de prendre les armes dans un combat certes disproportionné mais pas nécessairement sans espoir. Nous savons qu’il nous faudra briser l’apathie et la veulerie méprisables de la majorité frileuse de nos concitoyens ouest-européens Blancs -et de quelques autres venus d’ailleurs mais vraiment assimilés- pour que cette guerre qui se profile ait des chances d’aboutir selon nos vœux. Une rébellion soutenue par un peuple et aidée par des alliés étrangers est invincible, l’Histoire au cours des Siècles l’a montré. Le salut ne viendra pas seul, si serviables et amicaux que pourraient l’être les grands Peuples est-européens. Nous aurons besoin d’armes, d’appuis diplomatiques, mais c’est à nous de fournir les poitrines, le sang, la sueur et les larmes. Aide-toi, le Ciel t’aidera. Gardarem lo païs ! Bafometans, sorosastres, defòra !

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Malfaisances en tous genres : Stop !

MG42bisDonc… Après une nouvelle malfaisance criminelle d’un mésel, non loin de la cité de Roger-Raymond Trencavel, rien ne change. Parce qu’après les méfaits de Merah, les assassinats et massacres divers dont la chronique s’est nourrie au fil des mois, rien n’a changé. Et malgré les « lois » proposées par des gouvernements de pleutres et votées par des assemblées d’imbéciles, rien ne change. Et rien ne changera : les mésels sont incrusté dans notre terre comme le chiendent. Aucun gouvernement de lopettes ne se décidera à utiliser du RoundUp pour éradiquer cette saleté. Idéologie ortho- (ou recto-) humaniste, CEDH, mondialisme, intérêts des grands monopoles obligent. Pour ces traîtres ethnocidaires, le mésel est l’Avenir d’une race hybridée. Sauf que l’on a vu, que l’on voit, que l’on verra les résultats de la religion des mésels : la ruine, la tyrannie, le sous-développement.

Bien sûr, on a légèrement condamné une vermine gauchiste qui avait fait l’apologie du terroriste ayant massacré un héroïque Officier Supérieur. Du temps où l’on savait vivre, l’énergumène gauchiste aurait été convaincu d’intelligence avec l’ennemi et passé par les armes. Tel devrait être le sort des traîtres… mais les traîtres sont au pouvoir ! Alors les foudres des chats-fourrés rouges et des cognes de Beauvau, protecteurs du mésel, sont brandies contre les Patriotes, tous ceux qui refusent l’asservissement et l’ethnocide des Blancs européens consécutifs à une invasion programmée. Une preuve :

djihadistes-toulouse-jpg_5116172_660x281-600x255

Novopress écrit : « Une enquête a été ouverte après la découverte de sept panneaux de signalisation aux abords de Toulouse, portant l’inscription « djihadistes » barrée d’un trait rouge.

La direction départementale de la sécurité publique de Haute-Garonne a immédiatement ouvert une enquête pour incitation à la haine raciale. A travers cette action, le groupe Génération Identitaire souhaite lancer une alerte pour demander à Jean-Luc Moudenc, le maire LR de Toulouse, de s’opposer au retour des djihadistes partis combattre en Irak et en Syrie.

Depuis plusieurs jours, ils multiplient les actions pour dénoncer le risque d’attentats que représente ces individus.

La dénonciation du djihadisme semble donc être devenue aujourd’hui une forme d’incitation à la haine. »

Exactement ! Et c’est à la lumière glauque de telles réactions de la part des « zautorités » que l’on peut prendre conscience de la trahison des « gouvernants » et de « l’administration ». Alors nous devons nous protéger nous-mêmes, créer des réseaux de renseignement et des unités d’action contre le djihadisme. Il y a tellement de malfaisants mésels sur nos terres que, même avec la meilleure volonté du monde, nos employés (c’est nous qui les rétribuons !) des services officiels sont débordés. Et puisque l’État n’a rien de plus pressé que de s’attaquer à la Résistance, c’est à nous de faire le travail d’auto-protection, quitte à rentrer dans le lard des étatiques s’ils se mettent en travers de nos actions. Car jamais rien de bon ne sortira des votes : l’avenir est compromis de ce côté-là.

 J’en veux pour preuve les récentes déclarations de Robert Ménard qui dit ne plus vouloir travailler avec le FN parce que lui-même est contre le retour à la souveraineté puisqu’il est pour l’Europe. Robert Ménard est sans doute un excellent maire de Béziers, il a incontestablement conscience des méfaits de l’invasion, mais il oublie de préciser quelle Europe est appelée de ses vœux : l’actuelle, dominée par la commission de Bruxelles, centralisatrice, à la solde des grands monopoles financiers, destructrice des Nations, ou bien une Europe des Nations encore en-deçà de l’horizon ? Il faudra qu’il s’explique. Et qu’il n’oublie pas que « le principe de toute souveraineté réside essentiellement en la Nation. » Alors son « appel d’Angers » ne vaut pas tripette. Dans l’imbroglio des sectarismes, du tout-à-l’Ego, le bloc des Droites Unies dont nous aurions besoin pour vaincre les valets de la finance transnationale n’est pas près de voir le jour. Nous n’avons pas pour le moment, et pour longtemps encore, d’autre choix qu’un activisme, raisonné mais musclé.

Nous devons combattre sur tous les fronts, car l’ennemi (et pas seulement le mésel) nous attaque de toutes parts. Parmi les malfaisances en préparation : la « loi » contre les fausses nouvelles (Fake-news comme dirait l’énergumène élyséen, fuck-news plus justement) avec -là, on de frotte les yeux de stupéfaction- l’idée de confier la vérification des nouvelles à l’AFP. Rappelons que cet organisme est en soi une officine de concoction de bobards (on l’a récompensé pour cela d’un Bobard d’Or) soit par omission, soit par publication hâtive et rectification tardive, soit tout simplement par mensonge. AFP, c’est l’Agence Française de Propagande. Et c’est à cette officine fasciste que Macron a dévolu le rôle de « décodeur » (comme on dit à l’Immonde). Ce qui veut dire : l’Élysée veut s’arroger le monopole des fausses nouvelles, aux fins que l’on devine. L’intox, comme un maudit tambour, bat son plein.

Autre malfaisance : rendre l’école obligatoire dès trois ans. Belkassine en rêvait, Macron va le faire. Il ne s’agit rien de moins que de l’entreprise fasciste d’enlever les enfants à l’influence des familles. Bien entendu, il y a des cas où les enfants sont biberonnés au coran et bercés près du mur : cela fait des djihadistes. À l’inverse, les familles autochtones européennes, à quelques exceptions près, ne se conduisent pas de cette manière. Mais les monopoles veulent « socialiser » les enfants, c’est-à-dire les dresser comme des chiens à répondre aux sollicitations de l’État et de la propagande : « antiracisme », « vivre-ensemble », « Europe », « citoyen du monde » etc… Cette imprégnation, espère-t-on, jouera au moment où, accédant à la Personne, le tout jeune adulte commencera à trouver ridicules, voire infames, certaines structures et idées en cours. Il faudra bien quelque jour imposer à tous ces tyranneaux l’idée que les citoyens veulent être maîtres chez eux et que l’éducation est strictement le monopole des familles.

Que dire de plus, sinon vous offrir, comme Churchill en son temps « blood and sweat and tears », du sang, de la sueur et des larmes ? Nous n’avons pas d’autre choix. Il faut y consentir, ou disparaître dans la soumission et la honte.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Thérapie par le bourre-pif

Flag2On n’avait pas vu ça depuis ma jeunesse à l’Université (ce qui doit bien faire dans les 45-50 ans) : des étudiants décidés donnant l’assaut et virant manu militari la vermine gauchiste qui bloque une fac. Le fait mérite d’être souligné et chaudement approuvé. J’ai eu moi-même naguère à refuser l’entrée d’un « amphi » à des racailles gauchistes lors des troubles occasionnés par la loi Pécresse, ce qui me valut alors le qualificatif (dont je suis très fier, venant du vice c’est un hommage à la vertu) de « vieux fasciste acariâtre » ; n’empêche, je suis resté maître du terrain. Ce qui prouve que dès que cette boue trouve à qui parler, elle finit par se dégonfler. Et qu’elle a intérêt à s’écraser !

Nous sommes un certain nombre de citoyens à récapituler toutes ces années de méfaits gauchistes, depuis le calamiteux « mai 68 ». J’ai jadis écrit que cette date-là marquait une catastrophe aussi grave que celle de mai 1940. La ruée des Panzerdivisionen a fait s’écrouler l’édifice vermoulu de la IIIe république, et malgré le talent de prestidigitateur du Général, nous ne nous en sommes jamais remis : songez que nos « libérateurs » nous ont fait province du Mickeyland et que la IVe bouclait ses fins de mois avec l’argent US concédé par Eisenhower. Les républiques n’ont jamais été profitables au pays : ce sont au contraire des facteurs de ruine. Les débordements ridicules de « mai 68 » ont porté un coup d’arrêt fatal au redressement de la France entrepris par De Gaulle. Nous en voyons, atterrés, les tristes résultats aujourd’hui.

Pour en revenir aux universités, je ne sais pas exactement quel est le décompte de celles en proie aux vermines rouges immigrophiles. Paris VIII (normal, c’est en territoire ennemi), Toulouse le Mirail, fleuron des universités gauchistes, Rennes 2, Nantes, Bordeaux III etc… Dans ces lieux transformés en cloaques de « nuits de boue », le racisme anti-Blancs (leucophobie) des gauchistes « antifas », mélanchoniens, indigestes de la république, Diallo, Obonno, envahisseurs, s’exhibe impunément. On tague, on casse, on souille. Or les présidents de ces établissements publics ont tous la possibilité de faire appel à la police pour déloger les criminels ; ils ne le font pas soit par agrément idéologique avec ces racailles, soit par lâcheté : peur d’être taxés de « fascistes », de « racistes » etc… Une bonne part de cette pleutrerie tient en effet à la pesanteur de l’idéologie. Je ne dirais pas « de l’idéologie dominante », car pour sûr ces délires et fantasmes ne sont en aucune part partagés par la majorité de la population. Il s’agit plutôt de l’idéologie « déversée » par des groupuscules de pression et par le pouvoir, qui bénéficie d’une formidable caisse de résonnance dans les médias de propagande -le Propagandastaffel.

Alors, puisque l’État et ses employés ne jouent pas leur rôle, il est sain, bénéfique, que des citoyens s’organisent. À Montpellier, une dizaine de volontaires (évidemment qualifiés par le Propagandastaffel de « nervis » alors que les « antifas » sont simplement appelés « contestataires ») a réussi à chasser une cinquantaine de trublions trotskystes anti-France. Bien, bravo ! Il faudrait que le mouvement de résistance s’amplifie. Et, franchement, ce n’est pas avec des contre-manifestations qu’on doit lutter, mais par des actions musclées. Nous en sommes là, c’est regrettable, mais puisque l’État ne joue plus depuis longtemps son rôle régalien de sécurité intérieur, il perd le monopole de la violence, et ce monopole revient de facto au Peuple. Nous appelons donc à la mobilisation, et sommes décidés à prêter main forte partout où ce sera nécessaire.

Car il est temps de réagir. Les votes populaires ont été confisqués par un coup d’État en 2017. On s’apprête à défigurer, une fois de plus, la Constitution (M Larcher, s’il vous plaît, persuadez le Sénat de faire obstacle !) et à entasser de prétendues « lois » tyranniques. Et l’attentat islamique d’hier à Trèbes montre l’incohérence de la politique gouvernementale ; ce qui ne nous étonne nullement. Nous rendons hommage à la conduite sacrificielle du Lieutenant-Colonel Beltrame. C’est un sacrifice très chrétien, nul doute. Mais le fait est que cette offrande d’une vie n’aurait jamais dû avoir lieu. D’une part, nous sommes en guerre, une guerre « dyssymétrique » comme disent les stratèges, et il faut que les Français sachent qu’ils sont sur la ligne de front et qu’ils doivent s’attendre à rencontrer l’ennemi n’importe où et n’importe quand. Ils doivent par conséquent s’organiser pour se défendre par tous les moyens. On ne discute pas avec les terroristes, on les abat. D’autre part, les responsables politiques sont coupables. Je ne ferai pas ici la litanie de leurs culpabilités, allant du refus de fermeture des frontières à l’incroyable bienveillance témoignée à l’ennemi civilisationnel. On veut encore faire des lois criminelles contre « le racisme ». C’est bien là le témoignage d’une complicité qui prend ailleurs l’aspect de l’aide aux « bons » (???) terroristes et des compromissions avec les monarchies musulmanes de l’Arabie.

En l’occurrence, le terroriste « franco-marocain » (!!!) était connu des polices et fiché au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste). Il aurait dû être mis préventivement hors d’état de nuire. Mais ce sont les patriotes que l’on met en préventive !  Le SAIP (système d’alerte et d’information des populations) n’a pas été actionné. Bref : on se demande si « la gouvernance » est composée d’une bande de cons ou… si elle le fait exprès. Je ne doute pas que la police et les services de renseignement fassent consciencieusement leur travail, mais il est clair qu’ils sont tenus en laisse par « la gouvernance ». Et c’est le cas presque partout en cette Europe des monopoles.

Alors ? Eh bien retroussons nos manches. Organisons des réseaux de quadrillage et de surveillance, partout, sur l’internet, dans les rues, dans les entreprises, dans les établissements d’enseignement, et préparons des unités d’action. Je sais que cela est « illégal », mais la « gouvernance » n’est-elle pas constamment en train de violer les lois ? Il n’y a plus « d’état de droit », c’est au Peuple de le rétablir.

Les Anciens prétendaient que les Dieux rendaient fous ceux qu’ils voulaient détruire. À contempler et analyser la situation actuelle, cet adage s’applique pleinement à la caste politico-médiatique sous influence des grands monopoles transnationaux mondialistes. Les ennemis de la Nation nous appellent « fachosphère » (ce qui, là encore, est l’hommage du vice à la vertu), mais eux constituent une morosphère (du grec ancien  moros, fou) : la sphère des fous embarquée sur le moroscaphe, la Nef des Fous. Cette sphère des fous, il faut se la représenter comme le système cosmique des Anciens, fait de sphères emboitées comme des poupées Russes (attention ! V. Poutine n’y est pour rien !). Car la « bien-pensance » criminelle nous enferme dans un monde totalitaire sublunaire, sous les sphères des « droits-de-l’homme », du « politiquement correct », de la lévosphère (sphère gauchiste), de la perversion elle-même renfermant les fémino-lesbiennes fanatiques, les généristes et autres. Bref, si le cœur vous en dit, vous pourrez facilement dessiner cette morocratie qui nous opprime et dont nous devons de toute urgence nous débarrasser. Enfin, peut-être pas si facilement, car les ciels de la Folie sont bien plus complexes que l’astronomie antique ne l’imaginait pour les planètes et les étoiles. Peu importe. Ce qu’il faut bien comprendre : nous subissons la tyrannie de ces énergumènes pathologiques, et l’urgence, la grande urgence à peine de mort, est de nous en débarrasser. De leur passer la camisole et de les traiter par rhabdothérapie, la thérapie par la baguette.

Car, une fois de plus, la solution n’est PAS dans les urnes.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

L’insurrection urgente

MG42bisJe ne vous ferai pas l’injure de penser que vous ne savez rien de l’abominable affaire de viols et prostitution à Telford qui secoue le Royaume Uni. Le fait est que les criminels sont des importés pakistanais musulmans. Le fait est que des années durant les lanceurs d’alerte se sont heurtés à la police et aux services sociaux qui n’ont strictement rien fait de crainte d’être accusés de « racisme ». Vous savez aussi qu’à Rotherham, plus de 1400 jeunes Blancs ont subi un sort semblable (1510 selon The Guardian).

Ces monstruosités ne semblent pas gêner les salopards gauchistes de l’Obs(-édé et aidé), dont les propriétaires sont pour 66 % Bergé-Niel-Pigasse et pour 34 % Groupe Perdriel. Non, ce qui ennuie ces tristes sires de plumitifs, c’est ceci : « Le scandale de pédophilie de Telford fait le miel de la fachosphère. » Ordures ! Il est vrai qu’un tel scandale est une pierre énorme dans le jardin des islamolâtres immigrophiles sectateurs du dieu Vivrensemble. Alors ils se débattent comme ils peuvent en traitant tous ceux qui ont raison de « fascistes ». Mais qui sont les fascistes ? Les véritables fascistes ?

Vous avez un élément de réponse. Prenez par exemple Philippe-le-Barbu, premier sinistre du petit tyran Jupinet : il veut mettre en place un dispositif plus sophistiqué que ceux, vraiment bricolés en leur temps, de la Gestapo et de la Stasi, afin de traquer sur la toile les gens qui tiendraient des propos « haineux » contre … les mahométans haineux. Dispositif qui mettra en jeu plein de délateurs, « l’enquête sous pseudonyme »: en s’invitant dans des espaces de discussion en ligne, les cyberenquêteurs pourront plus facilement identifier les auteurs de propos haineux. » ; « De même, des personnes condamnées à des travaux d’intérêt général pourraient être affectées, dans des associations, à des tâches de modération et de signalement de propos haineux. » Vous avez bien lu : ce gouvernement de brigands va tout simplement instituer des « kapos », comme dans les camps nazis. Mais attendez : « L’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) étudiera la possibilité de permettre à un plaignant de qualifier lui-même le mobile raciste ou antisémite de son agression, comme c’est le cas au Royaume-Uni. »

Aucun problème : quand on en est là, il n’y a plus d’état de droit. Nous sommes en plein nazisme, en plein communisme, bref : sous une tyrannie totalitaire. Et c’est nous, les patriotes, qui sommes traités de « fascistes » par cette vermine-là ? Et au profit de qui ? Mais de l’envahisseur, bien entendu ! Ne nous faisons pas d’illusions : il faut s’attendre, dès qu’on voudra lancer une alerte ou discuter d’une des multiples malfaisances de l’ennemi, à être traité comme l’a été -et comme l’est toujours et le sera encore- Tommy Robinson au Royaume Uni. Regardez son interview par la journaliste Américaine Brittany Pettybone :

On a peine à le croire. On se dit que c’est du polard genre « thriller ». Mais curieusement, les flics British ont empêché Brittany Pettybone d’entrer sur l’île, et l’interview a eu lieu en Autriche. Que craignent donc les « zautorités » du Royaume-Uni ? On peut penser que (1) Tommy Robinson et son avocat ont des preuves de l’infect traitement qui a été réservé au militant anti-islamique, (2) on sait aussi que des « États » de l’Europe de l’Ouest protègent activement les musulmans et n’hésitent devant rien pour cela, (3) on a vu, avec les abominables affaires de viols et de prostitution de jeunes filles Blanches organisés par des musulmans, dont l’affaire de Telford est la plus récente, les prétendues « autorités » pratiquer une dissimulation coupable. Alors on se dit qu’il y a trop de faisceaux de faits convergents pour oser nier que la Grande-Bretagne, mais aussi les pays envahis (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas et j’en passe…) ont une caste politique et une administration sous influence islamique, à la suite des délires des « droits-de-l’homme » et des pressions des monopoles apatrides. On en conclut donc que tout ce qui vient des « officiels » n’est que mensonge et manipulation. Ce qui, à vrai dire, n’est pas une révélation ! Les « droits de l’homme » se retournent contre les peuples, et les « gouvernants » n’ont aucun scrupule à les employer pour asservir leurs citoyens.

Et il faut poser franchement la question : pourquoi les gens honnêtes, clairvoyants, détestent-ils l’islam ? Tout de même il faut être hypocrite, fou, aveugle, idiot, traître, pour ne pas admettre que c’est à cause des djihadistes, des attentats, de la quérulence arrogante de ces gens-là, sectateurs du chamelier infernal. Qui ont envahi la basilique de Saint-Denis à l’heure de la messe. Sans arrestations, d’ailleurs, alors que les Identitaires qui avaient occupé le toit d’une mosquée en construction ont écopé du maximum.

Donc les brigands qui prétendent « gouverner », et tous ceux qui prônent le mondialisme, le métissage, le déracinement, l’open society sorosienne, sont les vrais fascistes, les vrais racistes. Des racistes anti-Blancs, il faut le hurler haut et fort. Des racistes qui s’appuient sur la délirante pétition de principes qu’ils appellent « droits-de-l’homme », habiles qu’ils sont à la retourner contre les peuples.

Il nous ne nous reste que très peu de temps : si dans les mois qui viennent nous ne parvenons pas à nous débarrasser de cette caste mortifère, nous devrons nous préparer à des décennies de Goulag et à notre disparition ethnique. Je n’hésite pas à le dire : armons-nous et passons à l’attaque ! Dans toute l’Europe ! C’est d’une urgence tragique.

Raymond

PS : lisez ce que disait Oriana Falacci, décédée en 2006. Depuis, la situation est devenue bien pire !

Lisez également chez Dreuz le discours de  Martin Sellner lu par Tommy Robinson à Hyde Park.

Nous atteignons le point de non-retour : ou nous acceptons de nous soumettre, ou nous prenons les armes. L’Honneur n’a jamais été dans la soumission !

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés