LUTTE CONTRE LE DJIHADISME : POKÉMON GO HOME !

Il n’est pas besoin de présenter ce jeu idiot ! Lorsque mon fiston était petit, après avoir suivi les séries Dragon Ball lesquelles, malgré leurs délires, avaient un vague air d’épopée, il s’enticha des Pokémons. J’étais consterné, car l’imbécillité du jeu m’apparaissait comme une nette régression intellectuelle.

Re-belote : les avides ont relancé la série, avec leur « Pokémon Go », jeu particulièrement stupide et qui fait l’objet de critiques acerbes chez les gens sensés, dans la mesure où il peut entraîner des abus dont la violation de propriété. Ce n’est en tous cas pas fait pour exercer les facultés mentales.

Pokékons

Nous sommes en guerre. Par conséquent, nous attendons de nos énergumènes de la caste politique qu’ils se consacrent à lutter contre l’islamo-salafisme tueur. Seulement voilà : ces oligophrènes sont retombés en enfance -l’ont-ils jamais quittée, du reste ? – et se mettent à chasser le pokémon. C’est effectivement moins dangereux que de chasser le djihadiste, de plus cela correspond bien à leur niveau intellectuel (proche du zéro absolu) et moral (la couardise).

Au palmarès (provisoire, hélas) :

Duflot : « La puissance rassurante de l’esprit d’enfance de la chasse au trésor J . » Ah ! Que ne fait-on un jeu de regressus ad uterum, ce serait si bien !

Le Maire : « + de 400 déplacements depuis 2015 & bcp d’autres à venir. Autant de chances d’en croiser quelques-uns ; » Au fait, l’énergumène n’est-il pas candidat à la primaire des primates de l’Herpès ? On frémit qu’un président puisse troquer le code de la force nucléaire contre un jeu de cartes Pokémon.

Rossignol (ministre en exercice) : « Chic ! Un nouveau jeu pour favoriser les échanges, la curiosité et l’attention à l’autre. » Les Pokémon au service des Bisounours débiles !

Arrêtons-là ! On comprend que l’islam, salafiste ou non, a de l’avenir dans un pays sans élites où les gens établis (financièrement et médiatiquement) exerçant ou voulant exercer des responsabilités en délégation de pouvoir sont attardés mentaux. Pincez-moi, réveillez-moi, c’est un cauchemar !

La Russie, elle, a un président joueur d’échecs : c’est tout de même d’un autre calibre ! Il est à des années-lumière de ces crétins !

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Allons-nous vers une interdiction de la vente et de la détention de lardons ?

citadelle (small)Allons-nous vers une interdiction de la vente et de la détention de lardons ? LesObservateurs.ch signalent une situation où le procureur de la  dhimmie « république » Française évoque de la prison ferme pour des lardons.

Les faits : « Mardi, au soir de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, (un) homme de 38 ans a déposé des lardons dans la boîte aux lettres de la mosquée de Tomblaine. » « Il ne faut pas suréagir à ces tentatives de déstabilisation ourdies par Daech qui veut semer la discorde, rompre l’unité nationale, monter les communautés les unes contre les autres », avance le procureur. « Tous les responsables de notre pays ont indiqué qu’il était hors de question de donner un caractère religieux à ce meurtre, qu’il ne fallait surtout pas entrer dans une guerre de religion. Ce serait faire le jeu de Daech » a ajouté l’Inquisiteur Général.

« Bien évidemment, le Président du Tribunal se fait le relais de la propagande du gouvernement en interdisant d’évoquer le caractère religieux de… l’état islamique. » Pire : la défense se retourne contre son client : « On n’évitera pas l’inversion de l’avocate de la défense qui présente les mensonges étatiques comme étant de la « sagesse ». » Si même les avocats de la défense s’y mettent, il n’y a plus de justice du tout. Plus besoin de procès, des lettres de cachet feront l’affaire. « Selon ce gouvernement, commente l’auteur de l’article, la raison serait d’accepter un dogme qui présente le non musulman comme un être inférieur, dont la religion peut être souillée, ses représentants décapités en pleine célébration : un blasphème qu’aucun musulman au monde ne tolérerait si la situation était inversée ! »

«  « Un geste plus que bête. Dangereux », dixit le président du tribunal. » « Tous les responsables de notre pays ont indiqué qu’il était hors de question de donner un caractère religieux à ce meurtre, qu’il ne fallait surtout pas entrer dans une guerre de religion. Ce serait faire le jeu de Daech ». Ouais, le meurtre rituel de Saint-Étienne du Rouvray est certainement dû à des Mormons ou des Bouddhistes, ou des athées, pas à des musulmans, oh ! Non !

Six mois avec sursis. Ben mon Collomb ! « Combien de temps la France peut-elle tenir face au déni ? » En effet : les (ir)responsable du pays protègent l’islam tant qu’ils peuvent. Quant à parler de « l’unité nationale », c’est de la pure foutaise : les gens se rendent bien compte, il n’y a plus besoin de leur faire un dessin, qu’il existe une colonisation islamique salafiste dont les terroristes sont le bras armé et que désormais nous sommes en guerre ouverte contre elle. S’il se refait une unité un jour, ce sera contre la caste LR-PS (Herpès), pour virer tous ces sagouins de traîtres dhimmis à la poubelle de l’Histoire.

AK47 aux lardonsD’ailleurs, dans sa grande, son immense sagesse dhimmie, le gouvernement prépare un projet de loi interdisant la vente de tout produit dérivé de la viande porcine, spécialement les lardons, depuis qu’une perquisition effectuée au domicile d’un membre du Front de Libération du Petit Salé aux Lentilles a permis de découvrir un véritable arsenal : plusieurs fusils automatiques  AK47 modifiés pour tirer des lardons en rafale contre les mosquées (voir photo). Terrible arme de « stigmatisation » !

Bande de cons !

Raymond

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Œil pour œil, dent pour dent !

Flag219 mai 1940. « Les forces armées du Nord [Nos meilleures troupes imprudemment envoyées en Belgique, NDLR] sont en danger imminent d’être irrémédiablement coupées du gros des armées françaises dans le Sud », écrit Lord Gort, car un puissant corps blindé Allemand a traversé les Ardennes, passé la Meuse et fonce vers la mer. On peut dire que la France a perdu la guerre ; échec et mat en dix jours ! Pas de divisions cuirassées pour contre-attaquer, pas d’aviation pour soutenir les troupes. La dégringolade de la IIIe République est en route.

Que fait alors le gouvernement Raynaud ? Il réunit un conseil des ministres remanié, puis, écrit Benoist-Méchin : « À l’issue du Conseil, le gouvernement se rend en corps à Notre-Dame où une cérémonie religieuse a été organisée afin de prier Dieu pour qu’il accorde la victoire à la France. Le défilé est lugubre. (…) D’une façon générale le public parisien est surpris de voir tant de gens connus pour leur laïcisme militant se placer spontanément sous la protection du Sacré-Cœur. « Il faut vraiment que les choses aillent mal, dit-on sur le passage du cortège, pour qu’ils en soient arrivés là. ». »

27 juillet 2016 : déjà plus de 250 morts causés par les attentats islamiques depuis janvier 2015. Chaque ville, chaque village de France est désormais sous la menace des assassins musulmans, mis en place depuis des années dans les « territoires perdus de la république ». Le gouvernement persiste à refuser de promulguer les lois nécessaires à la contre-offensive et à appliquer celles, bien minimes, déjà votées avec « l’état d’urgence ». Il protège les musulmans en criant à cor et à cris qu’il ne faut pas faire d’amalgame.

Le gouvernement se rend en corps à Notre-Dame, prétendument pour honorer la mémoire du vieux prêtre massacré à Saint-Étienne du Rouvray. Soyons sûrs que ces gens-là ne demandent pas la protection du Sacré-Cœur, ils veulent seulement éviter que les chrétiens ne se mettent en colère. Le défilé est tout aussi lugubre que celui du 19 mai 1940. Et il est tout aussi vain : faute de réarmement technique et moral, la France est en danger de perdre la bataille séculaire contre l’islam. « Il faut vraiment que les choses aillent mal pour qu’ils en soient arrivés là. »

Après les simagrées de 1940 à Notre-Dame, il faudra trente-cinq jours avant que le gouvernement ne dépose les armes. Combien faudra-t-il de temps avant que le pays soit complètement submergé par l’ennemi civilisationnel après les simagrées de 2016 ?

Des bougies, des nounours, des fleurs, des marches blanches, des messes ! Et, selon l’excellente expression d’un député d’opposition, des safaris gouvernementaux sur les lieux des massacres, alors que la place de ces messieurs est à leurs postes pour diriger avec détermination la répression du terrorisme. Voilà tout ce que peut faire un gouvernement de rencontre, quand il faut des mitrailleuses et des chevaux de frise pour isoler les Molembeeks français et des opérations de guerre comparables à celles de la 10e DP à Alger en 1956 ? L’idéologie mortifère, ce millénarisme des « droits-de-l’homme » a pourri le pays jusqu’aux racines.

Puisque le gouvernement ne fait rien de sérieux, puisque les autres prétendants aux ors de la république (les « républicains ») ne valent guère mieux, c’est au Peuple de se réveiller et d’organiser lui-même sa défense. Dussé-je encourir les foudres de la police politique et des juges rouges, je tiens à dire que l’exemple vient de nous être donné par le FNLC. Suivant le génie irrédentiste du peuple Corse, cette organisation a prévenu les salafistes que tout attentat perpétré sur l’Ile de Beauté serait suivi d’une riposte vigoureuse. Soyons sûrs que ce n’est pas une rodomontade. Nous devons en prendre de la graine et rendre la mâchoire pour une dent, les deux yeux pour un œil, « terroriser les terroristes », selon l’expression de Charles Pasqua. C’est au gouvernement d’agir et de donner les ordres pour qu’il en aille ainsi. Faute de quoi, nous le ferons nous-mêmes et chasserons les politiques interlopes.

Ah ! Comme il est regrettable que nous n’ayions pas un premier ministre Corse !

Raymond

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

LA SAGA DES FÉLONS.

TOUCHE PAS Á MON ISLAM (4)Massacre + massacre = guerre. Ce n’est pas une question d’arithmétique : cent trente, quatre-vingt-quatre ou deux, le crime musulman demeure le crime musulman. On aura beau clabauder qu’à Nice il y eut aussi des victimes musulmanes (en très petit nombre, mais bénéficiant de l’attention orientée des médias du Propaganda Staffel), à Saint-Étienne du Rouvray, ce sont encore des musulmans qui ont ignominieusement égorgé des chrétiens. Le djihad musulman frappe désormais où il veut, et quand il veut. Ceci malgré les rodomontades, mensonges, manipulations de ce que l’on ne peut pas appeler sérieusement un « gouvernement ».

 Rappelons que constitutionnellement, un gouvernement doit faire en sorte que l’État remplisse ses devoirs régaliens : défense du territoire, sécurité intérieure, diplomatie. Tout le reste ou presque de l’action d’État n’étant que littérature et abus de pouvoir. Eh bien ! La bande d’énergumènes sidaïques mentaux qui plastronne stupidement à l’Élysée, Matignon, place Beauvau, est parfaitement incapable de faire autre chose que de distribuer des prébendes inouïes, notamment aux oisifs, fainéants et envahisseurs, tandis qu’elle empêche l’État d’accomplir ses tâches régaliennes. Pourtant, nous sommes écrasés d’impôts (directs et indirects, car les taxes sont bel et bien des impôts), les Français productifs n’ont commencé à travailler pour eux seuls qu’hier, 27 juillet, après avoir trimé 207 jours pour l’État. Et pour rien, puisqu’on égorge !

Vol, mensonge, impuissance, telle est la devise de la « république » socialiste. Mais il y a pire : les malfaiteurs de Paris retiennent leurs coups contre l’ennemi et, craignant une (hélas) bien improbable fureur vengeresse du Peuple, ils protègent les musulmans.

Témoin ce « tweet » d’un énergumène particulièrement représentatif de la caste politico-boboïque, le dénommé Klugman, avocat des perverses fémen et comme par hasard « adjoint à la mairie de Paris, « en charge » (ah ! les anglicismes !) et de la francophonie ». Cet oligophrène ose même prendre pour devise une ânerie du vieil hypocrite pompeux Hugo : « le genre humain a des droits sur Paris ». Bref : le débile intégral, pourri d’idéologie droits-de-l’hommiste, le type même de courtisan de l’Hidalgo. Ce zoïle cagot (j’ai lu Hugo, moi aussi !) de la religion laïque des « droits-de-l’homme » ose écrire : « ils peuvent profaner nos églises et égorger nos prêtres, nous combattrons le terrorisme en protégeant (les) musulmans, car telle est la République ». Alors là, bravo ! Plus fort que le Padamalgam et le Sépaçalislam !

Klugman

Vous avez bien lu : « ils » (les musulmans) peuvent profaner nos églises et égorger nos prêtres, nous combattrons le terrorisme en protégeant les musulmans. Autrement dit : nous protégerons les assassins. Nous : les socialistes et toutes les sectes antinationales et idolâtres des guerriers bédouins. Il est clair qu’une telle profession de foi est digne d’un Doriot ou d’un Darnand. En d’autres époques moins pourries, avec l’état de guerre, cela vaudrait à l’énergumène de finir devant un peloton d’exécution au fort de Châtillon. Ou au moins perpète. Ouiche ! Ce bacille continuera à prospérer et à sécréter ses toxines à Paris et ailleurs. Si c’est ça, la république (femme sans tête, disait Maurras), alors : « à bas la république ! »

Du côté non des Chrétiens -il y a des patriotes parmi eux- mais de l’épiscopat Français, ce n’est pas mieux. Il est vrai que l’exemple vient du monsieur tout blanc, du jésuite étrangement élevé au pontificat presque par acclamation en remplacement du clairvoyant Benoît XVI poussé à la démission par on ne sait quel complot de chapelle. Le jésuite fait les gros yeux à la Pologne qui ne veut pas de « réfugiés » musulmans sur son territoire, et il favorise (au nom de la stupide idéologie de l’œcuménisme, peut-être) sans cesse ces musulmans, oubliant que depuis des siècles l’islam est l’ennemi mortel de la chrétienté.

Donc, on égorge un prêtre et un paroissien au milieu de l’office qui pour un Chrétien est sacré. Mais « padamalgam », hurlent les curaillons mitrés. Pontier, archevêque de Marseille (Alger-la-Neuve, Bouches-du-Rhône) : « un drame impensable ». Ah oui ? N’était-il pas au contraire complètement supputable au vu des crimes des musulmans salafistes au Moyen-Orient ?  Ah, on parle bien de « terrorisme », comme Vingt-Trois, mais on évite surtout de nommer la religion qui sécrète ce terrorisme. Le pompon appartient peut-être à Lebrun, la tête mitrée mais pas chercheuse de Rouen : « cette attaque a fait trois victimes, le prêtre (…), et les auteurs de l’assassinat ». Ben mon colon ! À Rouen, on dirait qu’il y a une vieille tradition épiscopale de collaboration avec l’envahisseur ! Les musulmans salafistes descendus par les forces d’intervention, des victimes ? Mais il est honteux de tenir un tel propos ! Des gredins terroristes se mettent hors du genre humain, ce sont des sous-hommes, ils ne méritent aucune compassion. Les terroristes ont eu ce qu’ils méritaient : la mort. Il faut être curé détraqué pour en faire des victimes.

Il est vrai qu’une partie du clergé a réagi de manière plus acceptable. Il n’empêche ! Si l’on fait le bilan : le « gouvernement » et ses soutiens socialistes et autres bobos, les médiastres, une importante fraction du clergé épiscopal protègent la religion meurtrière : l’islam. Cela s’appelle « trahison », « félonie », et mérite sanction, puisque nous sommes en état de guerre ouverte. C’en est assez ! Nous devons débarrasser le pays de cette racaille que l’on appelle « classe politique » par euphémisme. Écoutant Marion dans une capture d’interview sur la chaîne de propagande BFM, j’entends que notre blonde passionaria dit des choses extrêmement sensées et sait éviter les pièges tendus par la venimeuse interrogatrice du Propaganda Staffel (ne fréquentant pas les médias, je ne sais qui c’est). Marion nous dit que la solution est d’ordre politique. J’en suis d’accord.

Toutefois, je doute qu’une solution politique puisse se faire jour dans l’imbroglio suscité par un système qui n’a rien de démocratique. Tout est conçu ubuesquement pour que la France soit en proie à un Hollande II (Pas Doué, le Retour !) ou un Sarko II (Iago, le Retour !) ou un Ali Juppé (grand Mamamouchi de l’islam). Et quand bien même par extraordinaire un parti patriote l’emporterait au premier tour en position de gagner au second, comme l’a annoncé le sieur Valls, « nous annulerions l’élection ». C’est-à-dire que la caste a manifestement un coup d’État tout prêt dans ses cartons : peut-être pas militaire, mais par une manœuvre juridique en violation de la Constitution. Ce n’est pas de la politique-fiction, on le sait : en Suède, pays lui aussi rongé par l’envahisseur, on a tout simplement annulé les élections jusqu’en 2022  sans que les européâstres hurlent à la dictature. Tant il est vrai que les castes européâstres se soutiennent entre elles et craignent infiniment plus la colère des peuples que l’ennemi musulman.

S’il n’y a pas de solution politique, force sera de recourir à l’insurrection, voire à la guerre civile. Cela peut paraître absurde, mais hélas ce n’est pas une impossibilité : nous devons nous y préparer. Avec détermination, et activement.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Un sondage intéressant

PewResearch Global publie une enquête : « Est-ce que vous (approuvez/désapprouvez) la manière dont l’Union Européenne gère le problème des réfugiés ».

La réponse est claire : « Une écrasante majorité mécontente ». Même en Allemagne et en France où, pourtant, le Propaganda Staffel se démène pour faire accepter l’invasion.

Désapprobation de la politique européenne des réfugiés

Voilà qui inquiète les européastres, brigands ayant peur des peuples.

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Les socialistes refusent que l’État accomplisse son rôle régalien de protection des citoyens !

DjahidouTVIl est patent que le pouvoir socialiste ment et trahit. Ce n’est pas nouveau. Les récents massacres font l’objet d’enquêtes, c’est la moindre des choses, mais à cette occasion le citoyen réinformé peut mesurer la duplicité criminelle des margoulins de l’Élysée, Matignon et Beauvau.

Il est, notamment, fait état sur la réinfosphère, de plusieurs tentatives de camouflage. Prenons par exemple la tuerie du Bataclan. La commission d’enquête parlementaire présidée par le député Fenech a entendu la déposition d’un policier faisant état de tortures et mutilations sur les victimes (voir ici). On essaie d’occulter en hurlant à l’intox par l’extrême-droite. Mais alors… Pourquoi avoir interdit la publication de photos du carnage ? Autre exemple récent : « Une réquisition judiciaire, datée du 20 juillet et émanant des magistrats chargés de l’enquête sur l’attentat perpétré à Nice le soir du 14 juillet donne l’ordre au centre de supervision urbain niçois de « procéder à l’effacement complet des enregistrements de vidéosurveillance de l’ensemble des caméras desservant la promenade des Anglais filmant pour la plupart d’entre-elles l’action terroriste.« (Nice-Matin). La Mairie ne s’en laisse pas conter et demande à un procureur de faire placer ses images sous séquestre. S’il se trouve un procureur assez courageux pour résister aux pressions et menaces de sa hiérarchie et de la police politique, il sera fait droit à cette demande ; mais, allez savoir pourquoi ? J’en doute !

Le prétexte est ridicule : ne pas donner d’idées à d’autres terroristes, comme si ces énergumènes n’étaient pas capables de concocter tout seuls de vilaines idées salopardes ! La vérité est que le sieur Cazeneuve, loin de présenter sa démission comme l’exige l’honneur, cherche à se protéger et à protéger ses complices du gouvernement. À protéger, surtout, les musulmans contre « l’amalgame », car, la chose est impossible à cacher, même en invoquant stupidement la démence supposée des criminels, les terroristes sont musulmans. Il y a derrière cette manœuvre indigne d’une part l’idéologie millénariste des « droits de l’homme », selon laquelle nous devons oublier notre identité, notre culture, nos mœurs, voire notre sexuation et notre altérité pour ne plus nous différencier de « l’autre »  allochtone. Cet « autre » par ailleurs inassimilable et malfaisant. D’autre part, c’est aussi une mesure clientéliste, préconisée par Terra Nova, officine fasciste : n’oublions pas que Hollande a été élu grâce à l’apport d’une immense majorité de musulmans ayant écouté les prêches de sept-cents imams dans autant de mosquées. Les bougres savaient où était leur intérêt en votant Hollande !

Tout cela -le millénarisme, l’islamophilie impudemment exhibée, le clientélisme- explique que ce gouvernement de rencontre n’a aucune volonté de lutter réellement contre le terrorisme musulman. On épuise les forces de Police, de Gendarmerie, on fait patrouiller des Soldats pour faire illusion, mais ce n’est que de la frime. Il suffit de constater la pétaudière qu’est devenue le Renseignement pour s’en convaincre. On en sera encore mieux informé si l’on se réfère au réquisitoire du député LR Yves Nicolin, énonçant les mesures certes minimales, mais utiles tout de même, refusées par les socialistes :

1-Refus d’autoriser le contrôle d’identité par les polices municipales.
2-Refus de permettre aux policiers municipaux de disposer des mêmes armements que la Police Nationale.
3-Refus de mettre en place des centres de détention pour les fichés « S ».
4-Refus d’expulser les étrangers condamnés.
5-Refus de supprimer les prestations sociales aux terroristes et à leurs familles.
6-Refus d’autoriser la fouille des véhicules suspects sans autorisation préalable.
7-Refus d’interdire le financement des mosquées par des puissances étrangères (Arabie, Qatar, au hasard).
8-Refus de revoir la loi sur la légitime défense des policiers et gendarmes.
9-Refus de fermer les mosquées salafistes et/ou prêchant la haine.
10-Refus d’allonger la durée d’assignation à résidence.
11-Refus d’interdire le retour sur le territoire de djihadistes partis en guerre à l’étranger.
12-Refus de supprimer l’automaticité de la réduction de peine pour les terroristes.
13-Refus de réorienter notre politique étrangère pour lutter aux côtés de la Russie contre l’« état » islamique.

Voilà donc une belle brochette de refus, témoignant de la volonté des socialistes de NE PAS mettre en œuvre des mesures somme toute assez bénignes, mais adoptées par d’autres pays réputés « démocratiques », et constituant le minimum du minimum de l’action contre le terrorisme musulman. Une autre preuve indirecte de cette trahison est donnée par le sieur Valls nous répétant que nous devrions nous habituer au terrorisme pour longtemps. Autrement dit : « laissez-vous tuer, nous ne ferons rien pour empêcher le terrorisme ». En attendant, on va désigner « l’extrême-droite » comme l’ennemi !

Ce gouvernement multiplie les forfaitures, et je n’admettrais pas qu’Hollande et sa clique soient, par voie de manipulation du genre « front républicain », reconduits en 2017. Ils doivent être jugés pour haute trahison. Pour en revenir à des mesures efficaces, disons qu’il faut rompre avec l’idéologie mortifère des « droits de l’homme », qui se retourne contre les peuples, et consentir à commettre des injustices, voire des violences. « Quand les blés sont sous la grêle, fou est celui qui fait le délicat. » Notamment, consentir à :

1-Fermer les frontières, réinstaurer des contrôles sévères, donc abandonner le désastreux traité de Schengen.
2-Stopper immédiatement toute immigration d’origine musulmane.
3-Instituer l’îlotage dans les « territoires perdus », avec quadrillage de ces lieux par des patrouilles et implantation de réseaux de renseignement.
4-Instituer des gardes armées composées de volontaires, comme le voulait R. Ménard à Béziers.
5-Encadrer sévèrement la pratique de l’islam et interdire le prosélytisme.
6-Organiser l’expulsion d’individus convaincus de complicité active ou passive avec le terrorisme islamique.
7- À terme, organiser une remigration massive vers les pays d’origine.

Les « droits de l’homme » à la manière millénariste, on s’en fout, notre peuple a le droit de se défendre et de vivre !

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Pour les socialistes, l’ennemi ce sont les Patriotes

citadelle (small)LUTTE CONTRE LE TERRORISME ISLAMIQUE :

LE FASCISTE COLLOMB FAIT EMBASTILLER DEUX MILITANTS IDENTITAIRES.

L’énergumène Gérard Collomb, vous connaissez ? Si vous n’êtes pas du Dauphiné, il y a des chances pour que son nom vous échappe. Voilà : c’est le maire socialiste de Lyon, DONC dhimmi et collabo, rêvant sans doute de remplacer la primature des Gaules par un califat des Frangaouis. Entre autres hauts faits, signalons qu’il a nourri en son sérail le pire des ministres de l’éducation que nous ayions eus (et Dieu sait combien nous en eûmes d’abominables !) : Belkassine. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit ici.

Sidi Collomb adore l’islam, et fait preuve de servilité active envers la religion des terroristes. Depuis 2009, il s’entête à fabriquer un gigantesque complexe islamique à grand renfort d’argent public. En juin dernier, ses copains gouvernementaux lui ont octroyé une subvention d’État d’1 million d’euros. La mairie et la métropole de Lyon ont voté deux subventions d’un même montant. Voilà, Citoyens, où passent vos impôts : à édifier des lieux de subversion musulmane pour mieux vous couper la gorge ensuite.

Contrastant avec l’apathie bovine des braves gens, les militants de Génération Identitaire ont tâché d’informer les Lyonnais de ce scandale, vraie trahison, grâce à la diffusion d’un tract dans toute la ville et en publiant des vidéos dénonçant la forfaiture. Le 4 juillet dernier, ils ont interpelé directement le maire collabo à la sortie du conseil municipal, après que celui-ci ait fait voter une subvention d’1 million d’euros. Courageux, mais pas téméraire, l’édile indigne s’est sauvé en voiture. Qu’à cela ne tienne, la semaine suivante les Identitaires récidivent en interrompant bruyamment le conseil de la Métropole du Grand Lyon avec une banderole déployée dans le public et en jetant des tracts dans l’hémicycle. Mais ils n’ont pas pu empêcher la majorité collabo de voter de la deuxième subvention.

Le lendemain, les militants ont déployé une banderole sur le toit d’un immeuble « 2 millions d’euros, pour le Centre Islamique, en marche vers l’islamisation avec Gérard Collomb ». Crime de lèse-socialisme, que dis-je ? Blasphème !  Collomb, qui a comme on s’en doute des accointances avec la police politique du sieur Cazevide, va utiliser tout son réseau mafieux pour faire taire ses opposants. Ne l’oublions pas : pour les collabos, le danger n’est PAS l’islam et le terrorisme qu’il engendre, mais bien « l’extrême-drwââââte » qui n’a commis aucun crime ni attentat. Par conséquent, quelques heures plus tard, deux militants de Génération Identitaire sont arrêtés, perquisitionnés et placés en garde à vue. Ils seront présentés au procureur ce mercredi matin après avoir passé deux nuits derrière les barreaux.

Voilà, Citoyens, comment les socialistes combattent le djihadisme ! On embastille des patriotes. Nul doute que cette pratique, devenue ordinaire sous le règne pouilleux du naufrageur Hollande, rejoint très exactement la ligne politique énoncée par le sieur Valls : nous devons nous habituer au terrorisme ; comprenez : laissez-vous massacrer sans vous défendre, car nous ne ferons rien pour arrêter les assassins musulmans. Le danger est à l’extrême-drwââââte, qu’on vous dit ! Si ce n’est pas de la haute trahison, justifiable du châtiment suprême, qu’est-ce donc ?

Commentaire des Identitaires : « Au lendemain d’un attentat islamiste qui a fait 84 morts, le maire socialiste de Lyon monopolise donc des effectifs de police et de justice pour enquêter, interroger et perquisitionner des citoyens qui dénoncent pacifiquement l’utilisation d’argent public pour le financement d’un centre islamique. Mais ces intimidations ne feront que renforcer notre détermination et celle de tous les opposants au projet ». Collomb-Estrosi, même combat contre la France. Cela va sans dire, nous soutenons à fond les Identitaires.

Maintenant, citoyens, quelles perspectives s’offrent à nous pour nous débarrasser de cette caste politique putride, je veux dire l’LR-PS, l’Herpès ? Si l’on en juge par les déclarations de Mme Le Pen à Valeurs Actuelles (édition du 7 au 13 juillet), il ne faut plus compter sur un Front National emphilippoté, devenu mou sur les questions fondamentales de l’identité, de l’islam, de l’immigration, de la souveraineté, de l’euro, et dont -répétons-le- le programme économique est un ersatz de celui de la gauche et des étatistes. Il n’y a pas à en douter, aujourd’hui : 2017 se jouera entre les deux partis de margoulins du système. Au mieux pourrait-on souhaiter une révolution interne au FN menée par Marion, qui n’a pas oublié les principes fondateurs de son parti. Mme Le Pen Marine s’obstine à vouloir faire cavalier seul, sans tenir compte des propositions faites à Béziers, Dupont-Aignant est pareillement enfermé dans un refus schizophrénique des alliances. La présidentielle ? Ce sera un barnum de sinistres clowns dont la fausse droite (la « droiche ») nous donne un exemple lamentable avec sa ridicule « primaire » entre gens décidément très primaires.

Alors ? Le pays est ensanglanté par l’islam conquérant, l’État, faute d’un gouvernement digne de ce nom pour en actionner les forces, ne joue plus son rôle régalien de protection des biens et des personnes. On emprisonne le patriote, on laisse l’assassin islamique libre de s’esbaudir en liberté jusqu’à son prochain méfait. Le suffrage est du même système que si le Père Ubu l’avait conçu lui-même : il n’y a pas de possibilité de s’en sortir par des votes. Je ne vois qu’une solution : l’insurrection. Pas vous ?

Raymond

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

La Marseillaise, chant de guerre pour l’Armée du Rhin

Flag2Voici ce que Robert Ménard a dit aux Biterrois.

Inutile de préciser que nous sommes totalement d’accord.

Discours de Robert Ménard, maire de Béziers, prononcé lors du rassemblement en mémoire des victimes de l’attentat de Nice

Mesdames, Messieurs,
Mes amis, mes chers compatriotes,
Voici dix-huit mois, un soir de janvier, nous étions sur cette même place afin de rendre hommage aux victimes de Charlie-Hebdo.
Voici huit mois, un soir de novembre, nous nous retrouvions devant le monument aux morts du Plateau des poètes en mémoire des victimes du Bataclan et des autres attentats de Paris.
Et nous voici ce soir de nouveau rassemblés pour un hommage aux morts de Nice.
Combien dérisoires sont ces rassemblements, le nôtre comme les autres, un peu partout en France. Dérisoires en ce qu’ils disent de notre impuissance, de notre colère contenue. Et, pourtant, il faut ces hommages, il faut ces rassemblements, il faut ces gestes de deuil. Car ceux qui sont morts méritent nos pensées et, pour ceux qui croient, nos prières.
Mais les pensées et les prières ne sont pas tout. Il faut aussi regarder la vérité en face. Il faut être fort et pour être fort, il faut être lucide. Il faut dire ce qui est. Il faut nommer les choses. C’est-à-dire l’exact contraire des paroles officielles, des paroles médiatiques.
Depuis des mois, et encore aujourd’hui, on ne cesse de nous parler de « menaces terroristes ». Or, nous ne sommes plus au stade des menaces, ces menaces sont des réalités, et cette réalité a un nom : le terrorisme islamiste.
Ce terrorisme islamiste est implanté chez nous, dans nos villes, dans nos quartiers, dans nos cités. Le tueur de Nice habitait la ville. Partout, et en nombre, ces terroristes ont des sympathisants. Dans nos prisons, chaque attentat est accueilli par des cris de joie.
On nous dit souvent que ces terroristes sont Français. C’est presque toujours vrai. Mais, pour la plupart, ils ont une double nationalité, la nôtre et celle de leur pays d’origine. La nôtre pour pouvoir aller et venir sur notre sol, vivre de la France, de sa générosité qu’ils prennent pour de la faiblesse et, peut-être même, pour de la bêtise. Et puis l’autre nationalité, celle de leur cœur. En réalité, ce ne sont que des Français de papier, des Français d’apparence… de faux Français !
L’assassin de Nice n’avait qu’une seule nationalité, il était tunisien. Depuis 2010, il était connu pour des menaces, des vols et des violences. En janvier dernier, il avait été placé sous contrôle judiciaire pour des faits de violence avec armes. Puis, en mars, condamné à de la prison avec sursis. Eh bien, malgré six années de violences, malgré cette condamnation, ce titulaire d’une simple carte de séjour était toujours sur notre sol.
Tous ces faits, depuis janvier 2015, convergent vers les mêmes questions auxquelles il serait temps qu’on apporte des réponses appropriées, des réponses d’un État digne de ce nom, capable de défendre les Français.
Combien de temps allons-nous encore attendre avant d’expulser les délinquants étrangers ?
Combien de temps allons-nous accepter ces doubles nationalités, je ne parle pas évidemment des Européens ?
Combien de temps allons-nous encore attendre avant de retirer notre nationalité à des gens qui la méprisent ?
Combien de réfugiés, vrais ou faux, et plus souvent faux que vrai, l’Europe va-t-elle encore laisser entrer sur son territoire ?
Combien de temps encore laisserons-nous en liberté les islamistes fichés S ?
Combien de temps accepterons-nous le retour de Syrie de combattants de l’Etat islamique ?
Qu’on ne m’accuse pas de faire de la politique ou de la récupération. On nous dit que nous sommes en guerre ? Alors, il faut tout dire pour tout prévenir. Il faut en finir avec les illusions et affronter la réalité avant qu’elle ne nous détruise.
Quand on est en danger, on expulse les intrus et l’on ferme sa porte. Ou alors, on s’apprête à d’autres deuils, à d’autres larmes. Parce que si on ne fait pas tout le nécessaire pour qu’il n’y ait pas d’autres massacres, on est un hypocrite ou un lâche.
Le tueur de Nice se prenait sans doute pour un héros. Mais comme ceux de Charlie hebdo ou du Bataclan, il n’était qu’un minable, juste capable d’attaquer par surprise des femmes, des enfants et des hommes désarmés. Il faut le dire : ces terroristes sont la lie, la boue de l’humanité. Ils n’ont pas une once de vrai courage. Ce serait faire offense aux bêtes que de les comparer à eux. Ni hommes ni bêtes, ces terroristes ne sont rien. Il faut les mépriser. Mais il faut aussi les combattre et les écraser sans le moindre scrupule, sans la moindre hésitation morale. Et pour cela, il faut de vraies décisions, de vrais actes. A quoi sert un état d’urgence, alors que nous sommes en état de guerre ?
Mesdames et messieurs, nous allons terminer en chantant notre hymne national. Nous allons le chanter en songeant à ses paroles. Nous ne sommes pas dans un stade de foot et ce n’est pas du sport. Ce sont les paroles d’un chant de guerre. Il est chanté par les Français depuis plus de deux siècles. Le meilleur hommage que nous puissions rendre aux morts d’hier est de le chanter comme un chant de combat, un chant de victoire.
Vive la France

                                             ———————————–

L’heure de la vengeance a sonné !

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Les carnages continuent

Djahidou-11-janvier-animDonc un de plus… Octante victimes. Que dire de plus que tout ce que nous avons dit jusqu’ici ? « Daech » ou pas, le djihad est un pilier de l’islam et il ne manque pas de bras séculiers pour accomplir l’œuvre de mort de son infernal chamelier de prophète. Et il ne manque pas de trouver, dans les communautés musulmanes, des complices actifs ou passifs, comme plus personne, excepté les fous, les hypocrites et les traîtres, ne peut l’ignorer. Alors que l’on ne vienne pas trouver des excuses aux assassins, à leur oumma, en disant que les musulmans sont les premières victimes du djihad et que nous serions responsables des crimes de ces gueux. Le premier qui me dira cela en face prendra mon poing sur son groin de taupe dhimmie.

Posons une question technique, très judicieusement suggérée par un mien voisin, ancien routier : le camion de la mort est un quarante tonnes dont la semi-remorque est un plateau bâché. Or ce type de véhicule est interdit de circulation le quatorze juillet. Qui plus est, la Promenade était interdite à ce genre de poids lourd ce soir-là. Alors comment se fait-il qu’aucune force de police ou de gendarmerie ne l’ait intercepté avant qu’il n’accomplisse sa sinistre besogne ? Il y a eu manifestement, alors que règne encore l’état d’urgence, une énorme faille de sécurité. Les prétendues « autorités » ont à en rendre compte.

De fait, l’état d’urgence n’a servi à rien, ni à empêcher les fanatiques cégétistes de manifester contre une loi « travail » qui ne résout rien, ni retenir les pollueurs de nuit de boue et les zadistes, ni empêcher d’autres attentats musulmans : le gouvernement a failli sur toute la ligne. On comprend pourquoi en rappelant ce que raconte le patron de la DGSI : « nous surveillons aussi des groupes extrémistes à l’opposé du spectre, qui n’attendent que de nouveaux actes terroristes pour engager une confrontation violente. ». Sauf que la prétendue extrême-droite, quelques groupuscules agités, ne tue pas. Ah ! L’on craint des représailles contre les protégés musulmans, électeurs des socialistes, davantage que les djihadistes. Tout est dit.

Il est donc clair que ce n’est par l’État lui-même qui a failli. Les superstructures existent toujours : Armée, Gendarmerie, Police. Si concernant la première, grâce à la combattivité du Ministre Le Drian (saluons-le au passage, c’est le seul bon ministre de ce gouvernement) et du chef d’État-Major, le Général DeVilliers, la situation est en voie d’amélioration après les saccages sarkozystes, les deux autres sont en sous-effectif et ne peuvent accomplir leur tâche. Mais ces superstructures ne peuvent vraiment jouer que si un gouvernement courageux et volontaire les actionne. Or tout le monde sait que les instructions gouvernementales brident totalement leur action. Le gouvernement, et en premier lieu Hollande, portent une entière responsabilité dans le drame. C’est à cause des socialistes, et plus généralement de la caste politique, que le sang coule chez nous.

C’est également, ne l’oublions pas, à cause de l’asservissement à l’Europe germano-américaine. Il est évident que l’invasion a apporté des fous d’allah sur nos sols. Il est évident aussi que toute velléité d’action vigoureuse se heurte à l’idéologie perverse des « droits de l’homme ». Quel paradoxe ! Cette idéologie, initialement pensée pour libérer les peuples d’une prétendue oppression, a été reprise et amplifiée, servant à la fois de couverture à des ingérences inouïes dans les affaires intérieures de plusieurs pays -que l’on se souvienne de la Serbie, de la Lybie, du soutien aux djihadistes d’Al-Nosra contre El Assad- mais empêche toute réaction salutaire contre les bras armés de l’islam sur nos terres. Ainsi, un chef terroriste responsable d’une tuerie atroce bénéficie-t-il d’un confort cinq étoiles dans sa prison. Ainsi essaie-t-on d’empêcher les peuples de prendre les mesures d’interdiction et d’expulsion sous prétextes de « droits de l’homme ». Mais un terroriste, en s’en prenant aux populations civiles désarmées, se met de facto hors-humanité : il doit être traité comme un non-humain. L’idéologie des « droits de l’homme » est une ignominie délétère.

Hollande a failli dès son entrée à l’Élysée. Il est inutile de demander sa démission, il s’accroche au pouvoir comme un morpion. Il lui reste encore quelques mois à nous faire du mal. Le pire serait qu’un peuple dupé et imbécile le réélise ! Il est roué : peut-être sera-t-il tenté de dissoudre l’Assemblée, sachant qu’il perdrait l’élection sans être constitutionnellement obligé de démissionner. Alors il laisserait la fausse droite LR, clone du PS, échouer à faire un petit peu de ce qu’il considère comme la « sale besogne », lui gardant les mains propres pour une honteuse réélection. C’est l’un des pièges possibles.

Alors ? Les coups, une fois de plus, vont être retenus contre l’ennemi véritable et violents contre les patriotes. On va, comme avant, mobiliser le marais coassant des bisounours, faire des marches blanches, jeter des fleurs, allumer des bougies, crayonner des lamentations, déposer des ours en peluche, déchaîner les mensonges et commentaires infâmes du Propaganda Staffel médiatique, alors qu’au contraire une contre-offensive vigoureuse et violente contre l’ennemi civilisationnel est vitale.

Des peuples, pourtant, nous montrent la voie : l’Angleterre, les quatre pays de Visegrád, la Russie… Quand donc cesserons-nous de laisser nos gouvernements prendre leurs consignes à Bruxelles, Berlin, Washington ? Quand allons-nous prendre en main notre propre devenir et répondre aux assassins de manière appropriée ? Ce n’est pas pour tout de suite : un tribunal administratif donne tort à Ménard qui voulait constituer une garde à Béziers, et trop de crétins font la crêpe sur les plages.

Peut-être ne sommes jamais descendus si bas depuis le honteux traité de Troyes (1420).

Je termine en republiant ici cette photo prise la nuit dernière à Nice, et parue chez Riposte Laïque :

 Nicebebe

Elle est certainement aussi bouleversante que celle, mise en scène, du corps du malheureux petit Aylan qui a servi à ouvrir les vannes à l’invasion. Le djihadiste de Nice a tué des enfants, comme l’abominable Merah à Toulouse. Sans doute les vidéos et photos du carnage de Nice seront-elles interdites par les gougnafiers qui nous gouvernent : je ne la retirerai pas quoi qu’il puisse m’en coûter. Car c’en est assez !

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés

Bien fait !

pouletgrippeDonc : le pays d’Henri Le Navigateur a triomphé du Pédaloland. Bien fait ! « Mauvais Français ! » me dira-t-on. Mais enfin, je ne vois pas en quoi j’aurais été concerné par le show-business d’une équipe de mercenaires de Françafrique, certes revêtue du maillot bleu, mais si peu Française. En outre, je déteste la balle-au-pied et méprise les supporter : hooligans, braillards de tribunes, ahuris des écrans plats. Enfin, le squatter de l’Élysée ne méritait pas la satisfaction de voir triompher son camp. Dans le cas contraire, nous eussions dû subir le discours lénifiant du « black-blanc » (il n’y avait pas de beur dans l’équipe), du « vivre ensemble » et de l’immigration « chance pour la France » même si les joueurs ont été achetés au mercato international. Heureuse désillusion, donc.

Cette défaite symbolique ne remet pas en cause la doctrine du panem et circenses destinée à détourner les Français des problèmes colossaux qui se posent au pays. Il y a de tout pour faire un monde d’abrutis : les championnats de tennis, le Tour, les vacances à kroum avec leurs bronze-culs, et bientôt les jeux olympiques, cette fiction de paix. Pendant ce temps, on en profite pour faire voter en catimini des lois sans quorum parlementaire : interdiction de la fessée, taxe (donc impôt) supplémentaire ajoutée à la taxe foncière et tutti quanti.

Pendant ce temps, il y a toujours ces déjections de sous-humanité qui zadent du côté de Notre-Dame des Landes, qui agitent la jungle de Calais, qui remuent des brumes place de la République, qui se battent sur les Champs-Élysées un soir de finale, et j’en passe. Personne n’ose les déloger, leur rentrer dans le chou. Lorsqu’un pays en est à ce point de laxisme, il n’y a plus d’État et, si les citoyens ne prennent pas eux-mêmes les choses en main, le pays est condamné à disparaître soit par phagocytose soit par démembrement.

Pendant ce temps, il y a eu une caste politique véreuse, célébrant le ramadan (période de goinfrerie musulmane) et organisant des iftars aux frais des cochons de contribuables, n’est-ce pas señora Hidalgo ? Pendant ce temps, craignant un grand coup de balai en 2017, on place les copains et coquins socialistes dans des plaçous tranquilles en attendant des temps meilleurs pour eux, pires pour nous. Pendant ce temps, on concocte sous l’égide de l’Otan de vilaines choses salopardes, on mitonne sous la direction du Groβ Deutschland  des coups fourrés contre les peuples, notamment en cherchant à les priver de référendum.

Pendant ce temps, le chômage ne baisse pas, ni les impôts malgré les pinocchiades du capitaine Naufrage. Alors, le retour à la réalité en septembre, lorsque tomberont les feuilles des « contributions », risque d’être plutôt douloureux. Et là encore, je dis : « bien fait ! » Car les « mauvais Français », les vrais mauvais, sont ceux qui préfèrent l’abrutissement des circenses à la veille politique et au combat. Mais, insoucieux, ces mauvais Français oublieront vite leurs douleurs avec les goinfreries de fin d’année. Finalement, n’attendons pas de miracle en 2017 : le pays continuera à s’enfoncer, poursuivant une politique désastreuse commencée en 1919, il y a près d’un siècle, à Versailles.

Sacha

Share
Publié dans A la Une | Commentaires fermés