Une semaine en tyrannie

StatocratieSmallSoliveau sort de son trou : on ne voit plus que sa bobine sur les lucarnes télévoyeuses. Un attentat à Boston ? Vite, on va soi-même inspecter les défenses de Roissy, crogneugneu ! Un clebs écrasé ? Illico le petit roi se fend d’un commentaire compassé. Pour un peu, vous allez le trouver au guichet de la Poste à vous vendre des timbres. Ce n’est pas ce qui ranime sa cote, car le sondage IFOP-Journal du Dimanche ne lui donne plus que 25% de satisfaction contre 74% de grogne : record de Morfalou 2011 battu, après moins d’un an de tyrannie. Chapeau, monsieur l’Administrateur de la Corrèze !

IfopJdDavril13

Il est vrai que la grogne est dans la rue, aussi les Royco de la tyrannie socialiste s’en donnent à cœur-joie pour matraquer les gars de la Manif’ pour Tous qui s’insurgent contre l’infâme loi Bitaura, vrai déni de démocratie et sabotage civilisationnel. Qu’importe : le peuple aboie, la caravane socialo-fasciste passe ! Moment d’humour : eXtrême-Centre, à propos d’un crêpage de chignon entre l’idéologue de Lesbos, Fourest, et une opposante au « mariage pour tous », titre « Fourest perd les pédales » :) Oh oui, alors ! Mais la palme de la connerie fasciste revient à une complice de Bitaura, une dénommée Silhem Souid (prononcer « sous-vide ») qui tweet – c’est très socialiste, tweeter- « Pour les avoir vu (sic) devant l’assemblée nationale, la plupart des manifestants de la manif pour tous ont une tête de nazi (re-sic) ». Ben dis-donc, la Sous-vide chargée de mission chez le garde des sots ! Elle qui est carrément pro-islamiste, donc islamo-fasciste, ferait bien de se regarder ! Les tyrans sont au pouvoir, pas dans la rue.

Mais il est vrai que la calamiteuse Bitaura, si elle fait cogner les manifestants défendant la famille par ses sbires, témoigne d’une immense mansuétude pour les racailles qui attaquent les trains de banlieue et pillent les voyageurs : « On a gagné ! » ont bramé les racailles lorsque le prénommé Mohamed, le seul prévenu « adulte » dans l’attaque du RER D à Grigny a été relaxé « au bénéfice du doute ». Elle en témoigne aussi, de la mansuétude, -socialo-fascisme oblige- envers les syndicrasseux casseurs pour qui elle a concocté une loi d’amnistie. Ce qui ne plaît pas du tout aux citoyens, si l’on en juge par un sondage en ligne du Figaro :

Loi d_amnistie

Mais ces exactions ne doivent pas faire oublier l’essentiel, à savoir l’organisation du désastre économique par les socialistes. Voici un exemple : On se souvient que les forbans ont inventé la « Banque Publique d’Investissement » ou BPI. C’est une banque publique (ce qui est déjà une aberration étatique, mais on n’est plus à ça près) qui accorde des prêts aux entreprises, et peut aussi prendre des participations en investissant des fonds propres (ce qui n’est qu’une nationalisation déguisée). Bon, on a placé un président, Nicolas Dufourcq, à la tête de cet organisme. Ce président doit bien s’y connaître un peu en économie, car il vient du privé. Cependant, le socialisme, dont l’ignorance en matière économique est encyclopédique, a jugé bon d’insérer dans la BIP un « politique ». Ou plutôt « une » politique : la Dinde du Poitou. Rappel : la volaille caquetait après avoir été évincée du perchoir de l’Assemblée, et on lui a donné un lot de consolation : la vice-présidence de la BIP. Rien de mieux pour faire rater la mayonnaise, on va le voir.

gogodindeAdoncques, concernant Pétroplus et les aciéries de Florange, N. Dufourcq a estimé que renflouer ces canards boiteux n’était pas « bon business » ; ce qui est très vrai et témoigne d’une analyse lucide. La BIP perdrait beaucoup d’artiche – NOTRE oseille à nous citoyens – dans l’affaire. Oh mais ! Cela n’a pas plu au Rodomontambour qui se vante d’avoir « réprimandé » N. Dufourcq. Quant à la Dinde, elle a gloussé que Dufourcq aurait fait un « grââââve dérapââââge ». Nous voilà devant ce que la politicaillerie des forbans socio-fascistes a de plus répugnant, un mélange de croyances superstitieuses, d’ignorance et de dogmatisme marxo-keynésien. Rien d’étonnant de la part d’une énarque, socialiste étant une circonstance aggravante. Pour ces vauriens, la BIP n’est qu’un moyen supplémentaire de subventionner les canards boiteux, les maintenir sous perfusion par acharnement thérapeutique, à des fins strictement électoralistes. Autrement dit : les socialistes s’en foutent de l’efficacité économique, leur seul but est de se tenir au pouvoir, malgré leurs méfaits. Et, ce AVEC L’ARGENT DES CONTRIBUABLES. La BIP   est, pour Rodomontambour et la Dinde poitevine, un simple joujou démagogique.

Chaque jour qui passe montre davantage la malfaisance des socio-fascistes. Répétons-le : nous avons jusqu’à la fin mai pour virer ces vauriens criminels. Au-delà, ce sera trop tard.

Raymond.

 

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.