La gosh glapit

Pour sûr, la gosh, celle du champagne-caviar et de l’immobilier en norafrique, mais tout aussi le petit peuple de gauche -enfin, ce qu’il en reste depuis que nombre d’entre eux ont rallié Marine Le Pen- glapit comme renard la queue prise dans la porte du poulailler. Et volailles de caqueter. Quoi ! Un homme « si intelligent », un vrai génie de la phynance, le messie qu’on prenait pour une lanterne, ce présumé grand homme élyséen est maintenu dans les ergastules de la justice américaine ! Fi, madâââme !

Cambadélis n’y croit pas, et Valls dénonce des « images d’une cruauté insoutenable« . Rien que ça ! La même chose arriverait à un petit malfrat, il n’y aurait rien de cruel, allez ! Et imaginons un instant que cela arrivât à un politicien de droite ! Alors là, nous entendrions probablement, hurlé depuis Solférino Street :  »des images d’une justice implacable !« . Car il est bien clair qu’en dépit de l’évidence, un homme de gosh ne saurait être coupable !

La droite observe, peut-être selon les consignes de Morfalou, un silence prudent. Pourtant, l’affaire est en or, car Strauβ-Kahn hors jeu, les appétits féroces vont se réveiller au PS, les socios vont tourner au vorace, et c’est très bon pour déglinguer encore davantage l’image de ce parti de crétins. Mais cette réserve contraste singulièrement avec les hurlements rageurs que l’on entendait à gosh lorsqu’un politique de droite se trouvait rattrapé par les affaires. La chère gosh n’a-t-elle pas lynché Eric Woerthe avant même qu’une information ne soit ouverte ? N’-a-t-elle pas déchiré Alliot-Marie ? La gosh d’indignation est comme ça : faute d’arguments politique, elle a systématiquement pratiqué l’attaque ad hominem. C’est bas, très bas, la gosh

Alors, bien sûr, sur le Net se développe la théorie purement française et essentiellement gauchiste (exception à droite, la mère Boutin) du complot : un militant UMP embusqué à NY révèle l’affaire sur Tweeter un peu trop vite, paraît-il. Sarko avait promis à Strauβ-Kahn une campagne à couteaux tirés etc.. Donc c’est un coup de la droite ! Variante : les ricains ont voulu nous jouer un sale tour etc.. Personne ne songe à un coup monté par la dinde du Poitou, ou Mimolette ? Ou Martine-des-piscines ? Peu importe : un homme de gosh ne saurait être coupable !

Oui, mais.. Je me marrais en écoutant ce matin Zemmour parler d’une double personnalité : Dr Strauβ et Mr Kahn. D’un côté, un cerveau de génie, de l’autre un cerveau tout entier en proie aux pulsions. Oui, c’est amusant. Mais celui qui prétend gouverner, donc veiller au salut de l’empire, doit maîtriser son désir : « je suis maître de moi comme de l’univers » (Cinna ou la clémence d’Auguste). Ce que ne sait pas faire DSK, et il n’est pas le seul. Quant au cerveau génial, il a inspiré les trent’sint’tseures, et c’est loin d’être la trouvaille du millénaire ! Bref : l’incontinence du prétendant nous a évité un mauvais président. Ce qui ne veut pas dire que le futur gagnant de la course en sac sera meilleur !

Car, si l’image de la France n’en est pas plus dégradée pour autant -il y a belle lurette que nous passons pour des crétins aux yeux du monde, et les exentricités de nos footballeurs en sudafrique n’y sont pas pour rien- celle de la caste politique en prend un sacré coup. Singulièrement celle d’un parti socialiste qui, depuis dimanche, défend son Dr Strauβ ungibus et rostro et banalise le comportement de Mr. Kahn en le ramenant à un banal droit de cuissage féodal. En tous cas, cela avère ce que nous écrivons depuis longtemps : personne, dans la caste politique, ne mérite de recevoir notre pouvoir en délégation.

Alors : Marine, ou la rébellion ?

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.