L’emprise Bilderberg

Diablesse et angeletteJe mijotais depuis quelques temps un article fulminant à propos des impétrants foireux à la présidence de la République. Présidence Potemkine, en quelque sorte, puisque de toute façon, après des décennies d’abandon et de trahison, nous avons perdu toute souveraineté. Nos lois se font chez les européâstres, à Bruxelles et -pour la forme- à Strasbourg. Le pouvoir n’est plus depuis longtemps ni à l’Élysée ni à Matignon, il n’est même pas vraiment chez les européâstres : il est celui des monopoles apatrides, des banksters qui ruinent les pays en les asservissant, grands pourvoyeurs de monnaie de singe, cleptomanes, ploutocrates, et dévoreurs de peuples.

Ce qui donne un éclairage singulier à la mascarade présidentielle de 2017. Pour des criminels comme les crocodiles du groupe Bilderberg ou de la Trilatérale, pour les Pieds-Nickelés de Davos, le problème est simplement de faire placer, sous couvert de « démocratie », l’un ou l’autre de leurs valets : Valls, Farid Fillon, Macron, tous cooptés par les brigands du Bilderberg. Une élection Potemkine, vous dis-je.

J’en étais donc à coucher sur le papier quelques arguments percutants, lorsque je tombai sur une vidéo du sympathique Boris Le Lay, animateur du site Breizh-Info. Et là, heureuse surprise, je trouvai absolument tous les arguments que j’entendais développer, exposés avec bien plus de talent que je ne l’aurais fait. Alors, écoutez-le, ne vous en privez pas : c’est une excellente analyse politique et ce que dit Boris est vrai.

C’est clair : une fois de plus le Peuple sera dupé par le grand barnum de la pestilentielle -j’avais déjà employé le terme en 2012- et sera une fois de plus cocu. Pire : le processus d’asservissement est en voie d’achèvement. Nous avons vu comment les classes moyennes ont été laminées en dix ans, pour le plus grand profit des monopoles : leur prolétarisation est en phase terminale, avec toutes les spoliations qui se préparent. Quant au « petit peuple », il finira dans la grande misère. Ainsi le veulent les banksters de Wall-Street et d’ailleurs.

J’insiste d’ailleurs sur un point : les demi-habiles prétendront que c’est la faute du « libéralisme » qu’ils baptisent stupidement « d’hyper-libéralisme ». Eh bien ! Ce que nous concoctent les Bilderberg et consorts, les criminels apatrides, cela n’a RIEN à voir avec le libéralisme tel que le définissait Bastiat. C’en est exactement l’inverse : là où devraient régner la libre-entreprise, la prise de risque et la responsabilité, nous voyons au contraire la complicité des États avec les monopoles (qui n’existeraient pas sans cette complicité !), la spoliation fiscale -voyez le hold-up sur l’assurance-vie, c’est très récent !

Le problème est que nous ne sommes que trop peu nombreux, dispersés, sans grands moyens pour expliquer cela autour de nous. Ce qui veut dire que les matins clairs ne sont pas pour demain, nous entrons dans une période très sombre d’appauvrissement, de ruine et de sujétion. Il faudra donc du temps pour que les petites lucioles dont Soljenitsyne parlait à Philippe de Villiers s’allument dans les ténèbres, pour que s’amplifie la Dissidence. Il y aura peut-être deux ou trois générations sacrifiées, à moins que le système pervers des monopoles ne s’écroule, dans un formidable burn-out et face à la concurrence des puissances émergentes.

Il est tout de même dommage pour nous, aujourd’hui, que l’espoir d’une insurrection populaire soit anéanti par ceux qui ont pendant des années porté l’espoir, n’est-ce pas madame Marine, sieur Philippot ? Ne perdons pas espoir, toutefois . Oui, c’est fichu pour 2017, peut-être même pour ce siècle. Mais la dynamique anthropologique ne s’arrêtera pas pour autant : il y aura toujours des gens pour dire « non » et remettre en question les contrats sociaux et les tyrannies. Les empires finissent pas s’effondrer, comme le granit se délite en tuf.

Vive la Dissidence !

Sacha

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.