Bilan d’un coup d’État tourné en farce

Donc voilà le rapport réel des forces tel qu’il s’est révélé au second tour de cette grotesque farce appelée « élection présidentielle » :

 rapportdesforces

(Source : Ministère de l’Intérieur)

Le quorum a été atteint et l’énergumène télévangéliste a bien reçu la majorité qualifiée au second tour. Soit. Mais si l’on cumule les abstentions (24,66%, en hausse par rapport au premier tour), les votes blancs, les votes nuls et les votes Le Pen, on constate que le golem médiatique n’a PAS reçu l’onction de la part de 56,25% du corps électoral. Ce qui fait qu’avec ses 43,75%, il est minoritaire. S’il n’était d’autres turpitudes à lui reprocher, cela suffirait à le déclarer illégitime.

Tout de même, 43,75%, voilà un pourcentage inquiétant. Son mentor, le ci-devant Flamby, se traînait à 38,9%. Nul doute que le Justin Trudeau néo-Élyséen se situe dans la droite ligne de la malfaisance de Flamby. Le bilan catastrophique de cette politique est connu, et paradoxalement la cote de masochisme dans la population civique a augmenté de 4,25% entre 2012 et 2017. Il est évident que l’artillerie lourde des médias aux mains d’une poignée de milliardaires, l’action des lobbies pervers, le coup d’État ourdi de longue date dans les cabinets noirs élyséens ont joué à plein, avec succès. Paradoxe, si l’on admet que près de 80% des Français se méfient des médias. Diversion, donc, à franc succès, mais cela n’est probablement pas la raison fondamentale.

Cette cause fondamentale, nous ne la connaissons pas, et les sociologues de comptoir officiels ne la connaissent pas davantage que les commentateurs, de quelque bord qu’ils soient. Il y a là un mystère. Certes, Le Pen n’a pas été à la hauteur des vœux des patriotes ; nous avons ici-même maintes fois évoqué les points de son programme qui justifiaient notre vote en sa faveur (outre la détestations que nous portons au Golem des monopoles), mais aussi nos réticences à l’encontre de son programme économique démagogique et ruineux (voir ici). C’est évidemment là-dessus que MicronMéga l’a attaquée, paraît-il, lors du débat télévoyeur du 3 mai. Devant le banquier, elle ne faisait pas le poids. Mais on a jeté le bébé avec l’eau du bain ; regrettable, un si joli bébé : identité, indépendance nationale, souveraineté. Ces trois valeurs restent à concrétiser, et c’est la raison de notre combat contre le Paphlagonien et ses maîtres mondialistes.

Quant à la suite à court terme… Bavards et Pythonisses s’en donnent à cœur-joie pour élucubrer des scénarios. Quid des législatives ? Majorité absolue ou pas pour Macron afin qu’il mal fasse ? Cohabitation ? Combinazioni style IVe république ? Nous autres avons choisi de ne pas suivre le fil des divagations. Car personne ne sait rien ni du sort des deux vieux partis qui nous pourrissent la vie depuis trente ans et ont connu la déconfiture, ni des intentions réelles des électeurs ; les commentateurs les moins stupides le reconnaissent. Nous irons voter tout de même, pour les candidats susceptibles d’emm ennuyer le béjaune élu des mosquées, des pervers et des banksters. En nous demandant toutefois s’il ne vaudrait pas mieux le laisser dévaster ce qu’il reste, afin de provoquer une colère insurrectionnelle encore très en-deçà de l’horizon. J’ai tout de même une grave inquiétude : et si, dans on hubris mondialiste, le banquier décidait de nous priver de l’ultima ratio Francorum, du dernier bastion de notre pays, la force nucléaire ? Il en serait bien capable ! Quoi qu’il en soit, nous ne voulons pas être complices du vandalisme macronien qui s’annonce.

Wait and see… and vote. La réponse à quelques questions viendra après le 18 juin, date anniversaire d’un appel historique. Mais c’est clair : il n’est ni sauveur ni tribun pour nous sortir de la mouise, nous, patriotes, ne devons compter que sur nous-mêmes et désobéir.

Raymond

NDLR : Nous nous réjouissons que ce traître imbécile de Bayrou soit le premier cocu du quinquennat !

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.