Conseil restreint au Château

RVB de baseIls étaient là, à contempler un tableau du peintre marxiste Catalan Alfredo Maricón, La Vigen y Los Pies Niquelados . Le Chanoine de Latran entendait l’offrir au Pape en remerciement de son attention pontificale envers les migrants en en gage de bonne amitié. « C’est pas mal, comme cadeau, jubilait-il, il va adorer ! » Le vieux Le Brigand, diplomate en chef, hochait cependant la tête, l’air plus désapprobateur que dubitatif. « Quoi, Le Brigand, vous n’êtes pas d’accord ? » « Certes, Monseigneur, le Souverain Pompiste -pardon, Pontif, il est bien  à Rome mais dans un box… heu, à Rome et non à Ryad- le Pape, donc, même avec l’esprit large que nous lui connaissons, risque fort de ne pas apprécier ce tableau quelque peu… comment dirais-je ? Blasphématoire. » « Tiens donc ! Et pourquoi, je vous prie ? » rétorqua Jupinet. « Eh bien, ces trois personnages, escrocs notoires, travestis en angelots à fesses dodues… Et puis il n’est nulle part, dans les Évangiles, fait allusion aux Pieds-Nickelés ! » « Mais on s’en fout, brama le Prince, c’est de l’Art ! De l’Art, vous entendez ! Comme le rap de Médine ou des Chloé, Cézaire, Kiddy, Smile qui nous ont enchantés à l’Élysée. Vous êtes de l’ancien monde, Le Brigand ! » « Cependant, tenta le vieux ministre, nous risquons l’incident diplomatique. » « Taisez-vous ! hurla le Chanoine, vous n’y connaissez rien en diplomatie. Et d’ailleurs, François, comme vous l’avez précisé incidemment, n’est pas le Souverain Pompiste, donc… » Il se tut, pensif.

« À propos de pompistes, reprit-il, Castaner, il paraît que de sales lépreux veulent semer a big mess samedi 17 ? » « En effet, voilà plus d’un mois que ça mijote. Motif : le prix de l’essence. On essaie bien de les dégoûter… Mais ça n’a pas l’air de leur faire grand-chose. » répondit le policier en chef. « Eh quoi ! gronda Jupinet, une extension du nombre de bénéficiaires du chèque énergie et un doublement du nombre de primes à la conversion, ça ne leur suffit pas ? » « Ben non, faut croire, hélas, commenta l’Amer, kleptocrate en chef. Mais pas question de renoncer aux hausses, nous avons besoin de fric pour payer les banquiers prêteurs et recevoir les migrants. Et puis il faut bien faire payer la transition énergétique aux péquenots ! » « Alors, Castaner, que vas-tu faire si les Gilets Jaunes deviennent aussi teigneux que les Bonnets Rouges ? » demanda le Co-Prince d’Andorre & Chanoine de Latran. « Ben je vais castagner ! J’leur ai dit : si vous bloquez, on intervient. Partout où vous bloquerez ! » Là-dessus, notre ami La Conscience se matérialisa : « C’est tout ce que vous êtes capables de faire, tas de crétins ! Vous êtes plus à l’aise à cogner sur ceux que vous spoliez que sur les racailles, pauvres minables ! » La Conscience évita la chaussure que lui lança La Castagne puis s’assit derrière le Chanoine en lui faisant dans le dos des oreilles de lapin. « Mais supposons… supposons que la fronde soit a big case, songea Jupinet, t’auras assez de Mobiles et de CRS pour cogner partout ? » « Ben… D’abord, on a lancé un Tweet #sansmoile17, mais ça marche pas des masses ! Au contraire, on dirait que la grogne s’amplifie. On n’aura pas assez de monde pour cogner ! » « Merdre et côté Antifas ? » « Sont prêts, manque pas un bouton de guêtre, mais sont pas nombreux ! » « Ça sera toujours mieux que rien ! » dit le Co-Prince, désabusé. « En tous cas, la situasse n’est pas tip-top, bougonna Filou le premier sinistre, déjà qu’ils z’ont pas gobé mon 80 à l’heure, si maintenant y arrivent à tout bloquer, c’est la cata. On a intérêt à trouver une combine vite fait, sans ça on va morfler aux Européennes… » « Ben c’est votre boulot à tous, glapit Jupinet, moi je fais de la com’ en attendant, histoire de blouzer les locdus ! » La Conscience : « Ah ! On fait les malins mais on a les miquettes, hein ? Et ta com’, c’est du pipeau, les gens s’en foutent ! » Les ministres furibards tentèrent de s’emparer du petit spectre, qui les évitait en semant une belle pagaille.

Lorsque revint un semblant d’ordre, le Chanoine passa à un autre point de l’order of business : « Ouais… Bon, le 11 novembre, ce n’était pas la gloire ! » « Certes, il y a eu des couacs. » commenta Le Brigand. « Et lesquels, Môssieur le Ministre du Dehors ? » « Des tas, par exemple avoir invité Thaçi, le Kossovar… » « Eh quoi, notre Europe a bien reconnu d’indépendance de cette contrée, non ? » « Peut-être, mais Thaçi a une réputation de gangster assassin. Et puis le Serbe, lui, a été quasiment méprisé… » « Bah ! ricana Jupinet, If we despised ce mec-là, pas d’importance ! Bon, ensuite, Le Brigand ? » « Quant à Trump… » « Ah, çui-là, hurla le béjaune, çui-là ! Je lui parlais de défense européenne, he backfired me ! Le salaud ! Et pis et pis et pis… il nous a pollués, Gigitte et moi, avec un nuage de gazole ! Chuis sûr qu’il avait monté le coup avec son chauffeur ! » « Et puis il y a les tweets !  lança rageusement la pulpeuse Marlène ! Je cite : « The problem is that Emmanuel suffers from a very low Approval Rating in France, 26%, and an unemployment rate of almost 10%. » Et ça, qui est très macho : « ……MAKE FRANCE GREAT AGAIN ! » « Bon, ça suffit, Marlène ! piaffa Jupinet, pourquoi y m’en veut ? Je suis atlantiste, moi ! » « Mais, avança Le Brigand, entre autres erreurs diplomatiques, vous avez fait chanter Angelique Kidjo, une de ses pires ennemies démocrates, devant son nez. Ça ne se fait pas, c’est une faute diplomatique ! » « ASSEZ ! hurla l’histrion, maintenant, Le Brigant, fermez-là, sinon… »

Un ange (à moins que ce ne soit La Conscience) passa sur l’assemblée, puis la Pulpeuse Marlène proféra une eurêquassion : « J’ai trouvé ! Nous devrions déclarer la guerre aux States ! » « T’es pas louffe, Marlène ? » s’écria Filou. « Attendez, dit la Pulpeuse, je vais sous womansplainiguer l’affaire : Si on leur fait la guerre, comme c’est de sales gros machos, ils vont la gagner, d’accord ? » Tous opinèrent. « Mais qu’est-ce qu’ils font quand ils ont gagné ? Ils refilent de l’argent aux vaincus pour la reconstruction. Rappelez-vous le Plan du Maréchal… » « Vous voulez dire le Plan Marsahall ? » hasarda Le Brigand. « Oui, mais d’abord vous, vous n’avez pas à me reprendre parce que je suis une femme, c’est misogyne et mansplaining à fond. Bon… ils font pareil partout en Afghanistan, en Irak… Donc, s’ils nous filent la pile, après ils vont affurer, on sera riches. CQFD ! » Tous applaudirent, sauf le Chanoine : « D’accord, Marlène, mais… suppose que la guerre, nous la gagnions ? »

Là-dessus, La Conscience fit un clin d’œil à la caméra, tandis que nous nous étouffions de rire devant l’écran, Alonzo Tromondada et moi. « C’est égal, commenta le psy, c’est réellement une bande d’aliénés ! » J’opine, comme dirait ma copine. En attendant, #avecmoile17, qu’on se fritte un bon coup avec les sbires du squatter élyséen ! A samedi, les aminches !

Alfred 

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.