Vaine manif’

Bien sûr… La marche contre le fascislamisme, animée le 10 novembre par Riposte Laïque a connu un certain succès. Bien sûr, la presse à la botte de l’ennemi a pudiquement tu l’affaire, sauf l’Alsace qui a, en bon cireur de babouche, couiné à « l’extrêêêême droite », idem une chaînicule de télévoyeurisme (I-Télé), idem l’AFP, organisme source des âneries et mensonges de la bien-pensance.

Il n’y a rien de nouveau sous le ciel de plomb du socialisme. Aussi est-il vain de protester contre l’étouffoir merdiatique : il joue le rôle pour lequel les traîtres qui nous gouvernent l’ont adoubé. Comme il est vain de manifester à 1000 ou 2500 en braillant « résistance à l’islamisation », car le pouvoir illégitime s’en fout comme de l’an quarante : « cause toujours ! » est la devise de la « démocratie » à la française. Ce ne sont pas là les vrais moyens d’action, ce n’est qu’une petite parade tenant lieu de stratégie globale.

Il y a une assise populaire solide au rejet de l’islamisation rampante – voire galopante – ainsi que le montre le dernier sondage IFOP- Le Figaro : 43% pensent que c’est une menace pour l’identité du pays, mais 40% n’ont pas d’idée sur la question. En revanche, 67% pensent que les islamiques ne sont pas bien intégrés, dont 68% pensent que c’est par refus d’intégration. 63% constatent que les islamiques rejettent les valeurs occidentales, 57% qu’ils sont fanatiques. 60% pensent que l’influence et la visibilité de l’islam sont trop importantes (je dirais excessives !). Mais seulement 43% sont opposés à l’édification de mosquées dans le pays, 34% s’en fichant complètement. 63% sont opposés au port du torchon islamique dans les lieux publics.

Bref : une forte majorité se défie de la religion chamelière. Mais il ne suffit pas d’avoir une assise populaire. Si ce rejet était mobilisateur, c’est un million de personnes qui aurait défilé le 10 novembre, pas 2500. Il y a plusieurs raisons au fait qu’un tout petit nombre de citoyens aient manifesté. La première est que les gens sont certes agacés, parfois courroucés par les musulmans, quand ils ne sont pas agressés, mais que fondamentalement ils ne savent rien des principes antidémocratiques d’une religion qui ne fait jamais le départ entre le « spirituel » (soumission à une idole inventée de toutes pièces, comme spiritualité on fait mieux) et le « temporel » (loi de la charia). Le peuple ignore les textes et pratiques de l’ennemi. La seconde est que les brigands au pouvoir font tout pour vendre une « religion d’amour de tolérance et de paix », exactement le contraire de ce qu’est réellement l’islam. La troisième est qu’ils ignorent le poids croissant de la démographie – les musulmans pratiquent le lapinisme militant – conjugué à la volonté politique de remplacement de population mise en actes par les traîtres. La quatrième est que la gauche vomitive ne cesse de faire peur avec un fantoche, vrai épouvantail à étourneaux : « l’extrêêêême droiââââte » qui n’existe qu’à l’état de groupuscules mais dont elle fait un monstre en tous points semblable aux dragons du Moyen Age.

En bref, les gens éprouvent le choc civilisationnel, réprouvent les empiètements, mais sont incapables d’analyser le danger mortel qui menace leur autonomie. Les citoyens bougeront d’autant moins qu’ils ont peur. Peur d’un pouvoir totalitaire que la fraction la moins intelligente de la population a installé dans les communes, les départements, les régions, au parlement, au gouvernement et qui pratique la politique fasciste de poursuite de la libre expression au moyen d’un appareil judiciaire entièrement couché devant l’exécutif. Peur de remettre en question le caporalisme étatique dans lequel ils ont été élevés – déformés, meurtris sans le savoir.

Car tout est lié. Il est bien évident qu’il existe une volonté de détruire et d’asservir, qu’elle se lit dans les textes des officines fascistes qui inspirent les socialistes (voir notre tête de Turc Terra Nova, mais il y en a une poignée d’autres), qu’elle inspire les politiques religieuse, sociale, économique des brigands au pouvoir. Mais tout a été fait, et tout est fait pour émasculer le peuple.

Nous, nous disons : « Ayez plutôt peur du sort qui vous est promis, si vous ne réagissez pas. Ayez peur de la barbarie, ayez peur de l’esclavage, mais n’ayez pas peur des vauriens qui vous asservissent. Vous êtes la Foule, vous êtes la Masse, vous êtes le Peuple ! Vous ne légitimez pas ceux qui vous pressurent d’impôts, qui vous assurent que leur règne est le couronnement de la démocratie, mais qui sont en réalité d’abominables totalitaires. Vous ne pouvez pas légitimer ceux qui vous privent de votre Patrie et de votre culture. Mais paradoxalement vous les légalisez en ne les jetant pas au caniveau. Si vous avez peur de la révolte individuelle, sachez que le soulèvement populaire, violent, irrésistible, est la seule solution. Ce n’est pas dans des votes truqués, par le choix entre la peste et le choléra, que vous trouverez votre salut. C’est dans l’insurrection. Qu’avez-vous à perdre ? Votre reste de confort ? Vos téléviseurs à écrans géants ? Vos vaines espérances de toucher le gros lot à l’euromillion ? Foutaises : ce sont quelques unes de vos chaînes.

Les tyrans vous condamnent à la mort lente par le socialisme. Les tyrans vous condamnent à la charia. Êtes-vous abrutis au point de les laisser faire ? DEBOUT ! Nom de dieu !

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.