un CRAN en dessous.

Nous aurions pu l’oublier, mais comme rien ne nous échappe, nous accusons le dénommé Tin, Louis-Georges, d’incitation à la haine raciale. Cet oligophrène est tellement raciste (anti-blanc !) qu’il a probablement dû angliciser son nom en Tinplate – en abrégé « Tin » – pour ne pas s’appeler « Fer Blanc ». C’est du moins mon hypothèse. Il dirige une officine fasciste appelée CRAN (Comité Raciste d’Adulation des Noirs) dont la principale occupation est de travailler à conforter la discrimination « positive » dont bénéficient pourtant très largement les enfants de l’argent-braguette dispensé aux frais du cochon de contribuable.

L’olibrius n’est pas à son coup d’essai, mais cette fois il commence à sérieusement nous courir sur les haricots. A l’occasion de la nomination de Miss France, splendide bourguignonne, il a tout benoîtement déclaré : « Je regrette qu’elle soit aussi blanche que la neige. »  Bien sûr, il n’y a qu’à comparer le joli minois de la miss avec celui de son pourfendeur pour deviner qu’il y a là une once de jalousie. Maintenant, une histoire : supposons qu’à Limoges le jury ait choisi une beauté exotique : sans aucune doute notre ferblantier eût jubilé « On a pleinement rendu justice aux minorités visibles… » Etc… Qu’un malpensant eût alors proféré « Je regrette qu’elle soit aussi noire que le charbon », il eût in petto été traîné dans la boue par la bien-pensance et les anti-racistes professionnels. Tant il est vrai que, n’est-ce pas, le racisme est strictement le fait du seul homme blanc. Tribunal, XVIIe Chambre à coucher avec les islamistes, condamnation immédiate pour incitation à la haine raciale et toutim.

Ce n’est pas nous qui cherchons après Tin- Tin, c’est lui qui nous cherche. C’est lui qui déteste ceux qui ont apporté l’écriture, la médecine, la technicité à des populations arriérées et en voie d’extinction par l’épidémie, la famine et la guerre tribale. « Mais l’esclavagisme ? » couinera-t-il. Eh bien, mon bonhomme, c’est nous qui y avons mis fin dans le monde occidental. Il persiste toujours, et il fut infiniment plus virulent et génocidaire, dans le monde musulman. Et l’esclavagisme était nourri par les tribus côtières d’Afrique qui allaient dans les terres razzier des esclaves pour les vendre aux négriers. Ce sont des faits historiques. C’est justement cette vérité qu’occultent Bitaura et pas mal d’autres, dont les habituels idiots utiles, hystériquement xénophiles et islamophiles. Le mensonge par omission, ça sert. Ça sert à ne rien foutre, en extorquant de l’argent aux peuples civilisés, en jouant sur le sentiment de culpabilité que seuls peuvent éprouver des décervelés matraqués dès l’école de propagande infâme.

Eh bien, Tin, tu peux faire tintin : non seulement nous n’avons rien à faire de toutes ces conneries, CRAN-de-piaf, mais nous en avons ras-le-bol des bandes fascistes style indigestes de la république, assocs’ racistes se proclamant antiracistes, des Bouteldja, Sopo et consorts, tous gibier de potence et protégés par des gens de sac et de corde : gôsh bien-pensante, bobos tarés, gouvernement de rencontre. C’est assez ! Surtout quand on songe que les socialistes nous écrasent d’impôts dont une grosse part est redistribuée aux gens sans aveu, fainéants et vagabonds, teneurs de murailles et j’en passe.  Que l’on me montre des entreprises viables montées par les couinants revendicateurs, alors peut-être changerai-je d’avis… Mais alors, monsieur le ferblantier, vous auriez perdu votre fonds de commerce immoral, basé sur le misérabilisme auto-entretenu. Il y a certainement dans vos « minorités visibles » des gens sérieux et travailleurs, mais justement : ils sont invisibles, donc ne militent pas au CRAN, ni aux indigestes, ni à sos-racisme, ni au mrap. Ceux-là travaillent, et nous les respectons.

Il est temps maintenant que les Français, les vrais, pas ceux de papier, nettoient les écuries d’Augias.

Raymond

 

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.