Faire face sur tous les fronts

La Manif pour Tous de dimanche a été un immense succès, et elle a permis de démasquer les socialistes : en interdisant la manifestation directe de la démocratie, en envoyant ses flics gazer une foule pacifique qui exigeait l’autonomie d’expression, le gouvernement des forbans a montré ce qu’il est. C’est-à-dire un ramassis de fascistes, ainsi que le sont tous les « instituteurs du genre humain » comme le disait Vautrin.

Cette affaire du mariage des homosexuels, et bien davantage celle de l’adoption d’enfants par des paires homosexuelles, est une sorte de laboratoire où s’éprouvent à la fois la tyrannie socialiste et la volonté du peuple. Nous avons eu tort de parler de « chiffon rouge » à ce propos, car si en apparence tout cela n’a rien à voir avec les problèmes économiques, l’islamisation galopante, la dictature européenne, en réalité cela fait partie d’un tout. Car il y a, malgré les incohérences apparentes, un véritable plan de destruction de la Nation, avec la dénégation concomitante de la souveraineté populaire. Les citoyens voient confisquer leur pouvoir par une caste dont le chef n’a été élu que par un peu plus de 38% d’entre eux, et les parlementaires par guère plus de 26%. Les forbans ne peuvent donc PAS s’abriter derrière le paravent-Potemkine de « la majorité » : ils sont archi-minoritaires, mais ils gouvernent, comme savent gouverner les tyrans.

Aussi n’existe-t-il AUCUN domaine dévasté par les socialistes qui doive être sacrifié pour défendre un autre. Nous sommes assaillis sur tous les fronts, et il serait stupide de ne pas les défendre tous, car céder sur un point, c’est ouvrir une brèche. Par conséquent, le combat de la Manif pour Tous est tout aussi nécessaire que ceux que l’on doit mener sur les fronts de l’économie et de la souveraineté. Ici on se bat pour le fondement même de la société, la famille, comme ailleurs bien trop peu se battent pour la laïcité et contre la charia.

Voilà ce que ne semble plus comprendre le responsable du site « Enquêtes et Débats » qui écrit : « Ce pays est de plus en plus désespérant. Les Français ne sont plus des veaux, comme au temps du Général, ils sont des moutons, ni plus ni moins. Devant (ou plutôt derrière) leur télévision, qui fait la pluie et le beau temps, ou écoutant le dernier gourou à la mode. Les religieux ne font pas exception, et au moment où le socialisme ruine le pays, ils ne trouvent rien de mieux que de manifester contre… le mariage gay !  Oskar Freysinger avait bien raison : ce pays est foutu. » (Jean Robin in « Opinion patriote et libérale sur la manif pour tous »). Qu’arrive-t-il à Jean Robin ? Depuis quelques mois, il s’acharne à détruire les gens qui combattent contre l’islam (affaire Soral), dénoncent l’ensauvagement de la France (affaire Obertone), et voilà qu’il attaque la Manif pour Tous. Il y a bien un virage à gauche de sa part. Est-ce parce qu’il subit des pressions ? Ou est-ce parce qu’il a réellement viré à gauche ? Ou tout simplement parce que, pratiquement seul à essayer de faire tourner son site de journalisme « libre », il est victime d’un « burn-out » ?

Nous ne saurions le dire. En tous cas, il est complètement à côté de la plaque lorsqu’il cite l’admirable Oskar Freysinger. Écoutez ce que dit Oskar dans la vidéo dont Robin indique le lien : il n’est question que de l’islamisation de la France -et de l’Europe-, de la confiscation de la volonté populaire face à cette invasion, au multiculturalisme. Oskar insiste sur le fait qu’un homme a des racines, défend sa culture. En même temps, il explique les avantages de la démocratie directe, la seule qui puisse selon nous être valable. Rien à voir avec la Manif et le mariage homo qui, en 2009 (date de l’interview) était bien dans les cartons des officines fascistes genre Terra Nova mais n’était pas encore à l’ordre du jour.

Guerre sur tous les fronts, donc, il n’y a pas un pan de la vie nationale qui ne soit violemment assailli par les forbans. Et si je parlais plus haut de « laboratoire », c’est parce que de toute évidence la clique fasciste de Soliveau le petit ne fera jamais machine arrière, si les citoyens ne la contraignent pas à la faire. Et cette contrainte ne peut PAS s’exercer par les voies de la « démocratie » de façade, par les urnes. Nous l’avons souvent répété : c’est par des millions de personnes dans la rue, voire par l’insurrection, que nous pourrons contraindre les tyrans. Ils le savent, d’ailleurs, et la charge de leurs flics contre des femmes et des enfants montre que, fondamentalement, ils ont peur.

Pour finir, j’aime à citer un article du site « Les observateurs.ch » qui met du baume au cœur :

Leur vrai visage

« L’heure est aux effets de manche, à la “communication”, Manuel Valls se congratule, Christine Boutin, qui a fini dans le gaz, demande sa démission; retour à la normale au pays du verbe haut et de la politique gesticulante. Cependant, quelque chose s’est brisé.

Les titulaires des vertus de tolérance et d’ouverture ont montré, l’espace d’une seconde, dans un réflexe, leur vrai visage; un masque est tombé. Depuis hier, la France n’est plus une République, c’est un régime. L’imagerie inspirée de la tolérance d’Etat, les députés au regard clair, les couples héroïques, main dans la main, à la Marche des Fiertés, tout cela a volé en éclat sous le coup des matraques; le vrai visage de ces “libertés” des uns qui ne laissent plus aux autres que l’espace vital qui les sépare d’un jet de gazeuse lacrymogène. Policiers agressés, vitres brisées, voitures incendiées ? Non ! Hier, en France, on a gazé un peuple venu demander le droit de voter. On a gazé des enfants.

L’Etat ne se relèvera pas, ne doit pas se relever, de ces images de gamins en larmes, sous assistance respiratoire. La force tranquille est bien morte ce jour-là, le vernis de respectabilité officielle a craqué sous l’effet de la réalité et la violence de l’Etat socialiste n’est plus que la preuve de sa peur. Or, s’il a peur, c’est qu’il peut tomber.

Depuis ce jour, le combat de la “Manif pour tous” n’est plus celui d’une improbable arrière-garde de cathos conservateurs contre une modernité en marche, c’est celui d’un peuple pour la démocratie, pour son sacro-saint “droit à l’autodétermination”. Depuis hier, la tutelle morale et politique de la gauche n’est plus supportable. Si les socialistes doivent  charger des femmes et des enfants à grands coups de CRS pour se maintenir au pouvoir, le constat est simple, ils doivent partir. Les manifestants, eux, doivent tenir, jusqu’au bout, sinon leur lutte est vaine et tout est perdu.

700 ans d’histoire suisse le démontrent, la démocratie c’est la paix, le contraire c’est la guerre. Nous autres Suisses avons ce devoir moral, non pas de faire la leçon aux autres, mais de soutenir tout homme qui cherche sa liberté comme s’il était de nos Confédérés.

Frère de France, nous sommes pour toujours avec toi ! »

Tout est dit. Le Nullissime va tenter une fois de plus de jeter de la poudre aux yeux des citoyens par le biais d’un minable talk-show télévisuel : comme d’habitude, rodomontades, mensonges, démagogie. J’espère que personne ne sera dupe.

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.