À bâtons rompus (sur le dos de la tyrannie)

Oh maisHollandouille est un génie ignoré ! Il veut faire des économies étatiques sans toucher aux prébendes et plaçous de son électorat. Donc lui et son Moscou-Vichy entendent bien ne pas tenir compte des timides pistes que  leur suggère la Cour des Comptes ; pensez ! S’ils les suivaient, ils auraient sur le dos les copains mussolanchoniens, pères verts, pervers, et toute la caste fonctionnaire. Donc on fait dans les petites réformettes, par toutes petites touches.

Hollandouille et ses imbéciles décident donc que les grands éclairages des villes (réclames lumineuses, éclairage des monuments zé ponts) seraient éteints à partir de 23h.30. Voilà les villes rendues à la nuit ; belle affaire pour les larrons, tire-laines, coupe-jarrets, chourineurs, monte-en-l’air et autres chevaliers d’industrie. Quelle magnifique mesure, peut-être inspirée par les tapétolâtres verdâtres d’EELV ! Un calcul simple montre que cette mesure idiote n’aura pratiquement pas d’impact sur la production d’électricité, mais, attendez : les punaises brâment -je ne sais pas comment s’appelle le cri de la punaise, en fait – que c’est génial et que ça va diminuer les émissions ce CO2. Ouais, l’ennui est que 78% de l’électricité vient de centrales nukes, le reste des centrales hydro et seulement de quelques centrales à carbone restantes.

Les imbéciles de fascistes gouvernementaux continuent à surfer sur la vague polluée du GIEC qui couine au réchauffement catastrophique à cause d’un supposé « effet de serre » dû, selon les traficoteurs onusiens, aux rejets atmosphériques de CO2 de l’industrie. Chez l’Obama, y a même des cons pour avoir classé le CO2 dans la catégorie des « polluants », alors que c’est vital pour les plantes. C’est de la masturbation intellectuelle (« pollution » ayant, à l’origine, le sens de pratique onaniste).Mais quand-même, depuis deux ans, des climatologues, et non des moindres, s’inscrivent en faux contre ces conneries. On cherchait un « hot-point » du côté de l’équateur : zut ! On ne le trouve pas ! Et voilà que les mesures faites par les ballons-sondes et les satellites tracent des courbes qui ne collent pas du tout avec celles des hockeyeurs :

hotspot2013(Source) (Plus d’infos sur le site « Pensée Unique »)

Ce graphique est facile à lire. Les résultats des 73 modèles sont indiqués par des courbes dont les couleurs font référence à la liste des modèles, tandis que les cercles sont les résultats des mesures par ballons sondes et les carrés ceux des satellites. Le moins que l’on puisse dire est que les mesures réelles ne collent pas du tout avec les délires informatiques des adorateurs de Mann et de sa crosse de hockey. N’empêche : les abrutis du gouvernement font « comme si » et travaillent sur… une nouvelle mouture de l’ignoble et injustifiable « taxe-carbone ».

Braves gens, les fascistes vous enfument. Et lorsqu’ils sont au pied du mur, ils trouvent toujours une pirouette dialectique pour s’exonérer de responsabilité. Exemple : Nicolas est devenu le premier prisonnier politique d’Hollandouille. Il s’est trouvé des voix pour protester du jugement inique, et du fait que l’on a deux poids deux mesures selon qu’il s’agit d’un opposant pacifique ou de sales petites crevures fascistes soutenant la « gôche » qui cassent tout sur leur passage. Mais on entend une Bitaura déclarer tranquillement que Nicolas a été victime d’une procédure de punition de la récidive mise en place par… l’administration Sarkozy. Il faut un aplomb de cannibale pour proférer une telle monstruosité.

Enfin, il y a quelques motifs de rigoler, sous le ciel miteux de l’actualité. D’abord, du fiasco du salon de la déviance perverse, qui n’a eu que 150 visiteurs, militants compris. Ensuite, de la gueule triste des folles de la gaypride, vous savez, ces dégénérés avec des plumes dans le fion. Quelque chose me dit que les homos, dans leur majorité préfèreraient qu’on leur foute la paix, plutôt que d’être ridiculisés par des tafioles en chaleur complètement déjantées. En tous cas, les gaypridistes n’ont pas pu rater les « Homen » qui leur ont rappelé, du haut d’un balcon, qu’un enfant a besoin d’un papa et d’une maman de sexes bien différenciés. Bravo les « Homen » ! Ben mes vieux, Flamby et Bitaura, je crois que vous n’avez pas fini d’entendre le peuple protester contre votre loi perverse !

Hollandouille respire : la courbe du chômage stagnerait. En fait, c’est purement du pipeau : il y a des gens en fin de droits, d’autres qui s’effacent, des petits jobs d’été… Cela donne une fausse bouffée d’oxygène au psalmodieur du mantra « je vais inverser la courbe du chômedu ». En fait, c’est de l’habillage politique, tout comme les 100 000 faux emplois parfaitement inutiles économiquement et financés, mes amis, par l’argent qu’on nous extorque. Je rejoins parfaitement Nicolas Doze lorsqu’il note que la chômage s’accroit de 500 personnes par jour, et qu’économiquement il ne peut pas y avoir, vu les mesures aberrantes prises par les socialistes, de ralentissement du chômage. Et avec lui je dis que malgré cela, le médiocre tyran pourrait réussir un enfumage politique de première grandeur. AU jeu du truquage, les socialistes sont passés maîtres.

Nous vivons donc dans une tyrannie, c’est-à-dire dans un système absurde ; et aucune alternative ne se fait jour, car l’étatisme et le refus du libéralisme sont tellement dans les cervelles de piafs que le libéralisme n’a aucune chance. Surtout pas avec les lopettes de l’UMP, comme l’explique Ivan Rioufol. Là est le problème : il n’y a aucune alternative libérale pour le moment. C’est le résultat de plus de deux siècles de jacobinisme. Les communistes avaient inventé, sans rire, le « centralisme démocratique » ! C’est-à-dire la démocratie sans le peuple.

Bien sûr, on peut laisser l’Enfumeur et sa bande précipiter la catastrophe. Il n’est pas sûr, cependant, qu’il n’arrive pas, grâce à la dialectique tordue des socialistes, à se dédouaner aux yeux de l’opinion (il fabrique déjà une pseudo-stagnation du chômage !) et à rester cinq pestueuses années de plus au pouvoir. Et même, il peut indûment bénéficier d’une embellie de l’économie internationale, comme en a bénéficié Jospin malgré des mesures typiquement socialistes. Enfin, la catastrophe, si elle arrive, n’entraînera pas nécessairement un rejet libéral de l’étatisme. Pire : nous pourrions tomber dans un régime encore plus totalitaire.

De la part des libéraux, l’attentisme serait la politique de Gribouille. Il nous faut une politique plus incisive, expliquer et expliquer encore que l’État n’est pas la solution, mais le problème. Faire une arithmétique simple, compréhensible. L’énorme problème est d’aider les gens à surmonter cet état d’irresponsabilité infantile, ces angoisses d’esclaves qui leur font préférer l’asservissement peinard procuré par l’État-nounou au risque et à la responsabilité, c’est-à-dire à l’autonomie.

Dernière minute : les fascistes du « parlement » uropéen ont levé l’immunité de Marine Le Pen, au prétexte d’incitation à la haine raciale. Elle n’avait fait que dire ce que tout le monde pense, à savoir que les prières chamelières dans les rues, ça ressemblait à l’Occupation « occupation, sans « blindés (ni) soldats, mais occupation tout de même » Ben oui… Les sectateurs de Mein Korampf sont des envahisseurs. Mais, que je sache, la religion chamelière n’est pas une race, ou alors on a une drôle d’idée de ce qu’est une race. Le Pen n’a pas baissé les bras, et a réitéré ses dires et a conclu : « je suis une dissidente » et quant aux poursuites des islamolâtres : « je m’en moque ». Je pense que les chats-fourrés vont travailler à faire encore progresser la cote du rassemblement bleu-marine, car les gens en ont marre aussi des simagrées et de l’arrogance des barbus. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose à court terme, car il faut bien se débarrasser des zélotes islamistes et de leurs complices UMPS.

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.