Mort à l’escroc-taxe !

Marie-Anne de Bretagne SmallLes socio-fascistes auront beau dire : la colère populaire contre l’escroc-taxe est parfaitement légitime. Ils peuvent toujours faire publier un sondage mensonger par l’officine gauchiste BVA et prétendre, après avoir « interrogé 1040 « représentatifs » (de quoi ? De la gauche bobo-socialo-écolo ???), que 57% des Français souhaiteraient que les Bretons arrêtent leur mouvement sous prétexte que les fascistes au pouvoir auraient reculé la date d’application. Si c’est vrai, il y a toujours une majorité de cons dans ce pays. Cependant, tout au contraire, on constate que la colère se répand dans le pays.

Car il est bien vrai que la reculade socialiste n’est qu’un atermoiement provisoire et que les punaises vertes, mais aussi les Bercy-pirates, sont prêts à trouver de nouvelles magouilles pour imposer cette gabelle ruineuse pour toute l’économie et les produits made in France. Les citoyens ne s’y trompent pas : je lis avec délectation dans le Figaro que les Bretons continuent et qu’à « l’autre bout du pays, des chauffeurs routiers ont mené une opération escargot puis manifesté ce matin sur l’autoroute A55 près d’un portique écotaxe près de Martigues (Bouches-du-Rhône). «Stop au racket», «non à l’écotaxe», «escroc’mouv veut ma peau», pouvait-on lire sur leurs banderoles. Même action près de Lyon où des mouvements spontanés de routiers ont eu lieu sur les autoroutes A46 et A43. Deux opérations escargot menées par des transporteurs routiers ont encore eu lieu entre 9 heures et 11 heures, sur l’A1 entre Paris et Lille et sur l’A25 entre Dunkerque et Lille, provoquant d’importants bouchons. »

Mieux : « En marge de ces rassemblements, plusieurs installations écotaxe ont subi des dégradations. Deux bornes écotaxes ont ainsi été endommagées dans la nuit de vendredi à samedi dans le Gard. Les deux bornes, situées d’un côté et de l’autre d’une route départementale sur la commune de Saint-Gilles, ont été incendiée pour l’une et dégradée pour l’autre. » et « Idem en Charente où deux bornes ont été incendiées, l’une située sur la RN 141 à une cinquantaine de km au nord-est d’Angoulême et l’autre installée à Brossac sur la D731. Des pneus brûlés ont été retrouvés au pied des deux dispositifs. Et pour la première fois, un portique écotaxe a été attaqué en Ile-de-France, sur le périphérique parisien entre La Muette et Dauphine. »

Cependant la propagande fasciste est insidieuse : « on » ne manque pas de dire que d’une part ces portiques détruits, c’est de l’argent public gaspillé et que, d’autre part, l’abandon de l’escroc-taxe coûterait trop cher à l’État et même (suprême hypocrisie !) que cela pénaliserait « une » société privée, en l’occurrence Eco’Mouv. Arguments fallacieux. Car :

Premièrement, cette gabelle a été inventée par le gouvernement de Morfalou, à l’occasion du délirant « Grenelle de l’environnement » piloté par Borloo-le-clown -vous savez, ce pitre qui vient de se pacser avec un autre abruti du marais coassant – et qu’elle a été approuvée comme un seul homme par les députassiers UMP, verdâtres, PS. On fait plaisir à ces cons d’écolos qui ne représentent même pas 2% du corps électoral : où est l’équité, là dedans ??? Quand on parle d’UMPS, il n’y a plus de doute. Vous pensez bien que les hollandiens, prompts à détricoter le peu de mesures positives prises par l’administration Morfalou se sont bien gardés de supprimer la nouvelle gabelle.

Deuxièmement, cette foutue taxe s’ajoute à quelques dizaines d’autres qui sans cesse plombent l’économie française, provoquant des faillites en chaîne, ruinant production et consommation, réduisant le pays à l’état d’épave. Les éleveurs Bretons ont fort bien expliqué que leurs produits allaient être au moins trois fois taxés par l’escroc-taxe : du producteur à l’abattoir, de l’abattoir au grossiste, du grossiste au distributeur. Et après on ose nous faire croire que c’est une « bonne taxe » alors qu’elle contribuera à augmenter l’inflation cachée et à tout massacrer ?

Troisièmement, cette taxe est basée sur un mensonge original, nous ne cesserons de le dire. Ce mensonge est celui d’une prétendue origine anthropique du réchauffement climatique, dû aux émissions de gaz à effet de serre, principalement du CO2, alors que TOUTES les observations de terrain montrent que bizarrement ce CO2 (indispensable à la végétation) ne varie qu’en d’infimes proportions. Et que l’on sait, par la paléo-climatologie, que le réchauffement est un phénomène naturel, cyclique (alternance de périodes chaudes et de périodes glaciaires) sur une période d’environ 11000 ans et dû, pense-t-on, à l’activité solaire et à la précession de l’axe de rotation de la Terre. Pourquoi prend-on alors pour argent comptant les délires informatiques du GIEC ? Parce qu’il existe d’une part l’hystérie des microcéphales escrologistes, sur-représentés et rescapés des asiles d’aliénés, d’autre part parce que c’est, justement, de « l’argent comptant », c’est-à-dire une histoire de gros sous pour des margoulins prompts à vendre des compères-loriots genres éoliennes, épurateurs, panneaux solaires etc… tout aussi pollueurs dans leur processus de production que n’importe quelle autre industrie.

Quatrièmement, nous ne cesserons de dire que pour sauver sa dame, le joueur avisé n’hésitera pas à sacrifier son fou. Que, donc, il vaut mieux perdre immédiatement 800 millions pour dédommager les escrocs d’Éco-mouv’ et foutre en l’air les gibets de la gabelle, plutôt que d’introduire un ferment durable et probablement mortel de taxation qui ne peut avoir que des conséquences désastreuses sur l’ensemble de l’économie. Non, les gens en colère n’ont pas tort de détruire les gibets de la gabelle ! On a bien détruit la Bastille !

Le seul problème, Vautrin l’a souvent évoqué ici, c’est que la colère n’est qu’immédiate et qu’il est à craindre qu’elle vise le retour à un statu quo ante, à l’État providence, alors qu’en réalité il n’y a aucun autre remède que de ramener ce monstre à la portion congrue : défense, diplomatie, sécurité intérieur. On est loin du compte. Aussi ne suis-je pas surpris de lire que 35% des jeunes gens souhaitent quitter ce pays perdu d’étatisme.

Néanmoins, il n’y a plus de consentement à l’impôt. Allez, les Tondus ! Mort aux gabelous !

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.