Les monstres

Pas de confusion des sexesVautrin a raison : si la nature a donné la beauté aux femmes, si la culture, par son industrie, a encore sophistiqué cette beauté, ce n’est pas à des fanatiques perverses de tout foutre en l’air avec  les délires du gender.

Notre ami évoquait le regard fanatique de trois furies. Une petite recherche m’a permis de vérifier qu’effectivement, on lit dans leurs yeux la folie, le fanatisme et la haine. Haine de cette réalité qui résiste à leurs idées tordues. Jugez-en :

 Regards fanatiques

Pour le moment, elles détiennent les leviers de la tyrannie socio-fasciste, et sont en mesure de nuire. Quelqu’un d’entre nous a déniché une image anticipant le résultat de trente années d’application de la politique du gender : un monstrueux hermaphrodite, symbole du monde hideux que ces malades voudraient fabriquer :

 gender theroy

Mais qu’elles prennent garde : il y aura toujours de jolies femmes et de braves matous miaulant au clair de lune. Car la nature est ainsi faite que même si le politique essaie de la tordre, elle revient au galop. La perversion, c’est l’exception pathologique. Pas la règle.

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.