Humeur massacrante

Djahidou-11-janvier-animLe 25 août 2015, à l’occasion de la conférence annuelle des ambassadeurs, le sire de Tulle, squatter de l’Élysée, a tout simplement appelé à «la neutralisation» de Bachar El-Assad, le chef d’état syrien. Un vrai crétin ! Certes, Bachar n’est pas un bisounours, mais Mimolette ne voit pas que son régime –qui, au passage, défend les chrétiens de Syrie- est une pièce maîtresse dans la lutte contre l’ « état » nazislamique ; ce qu’ont compris Poutine et … les Iraniens (malheureusement). Les Américains, débarrassés de l’Obama et s’ils n’élisent pas la vieille catin Clinton, finiront peut-être eux aussi à comprendre qu’il vaut mieux un Bachar que la pagaille. Le cas Khadafi en est l’exemple a contrario. Mais ni Hollande ni son vieillissant ministre des Affaires Étrangères ne peuvent aller jusque-là : ils sont en retard de trois guerres, au moins.

Hollande illustre parfaitement ce qu’est devenue la fonction présidentielle en France : un navet creux. Comme il n’y a plus d’État -je veux dire plus de superstructure capable d’accomplir les trois tâches régaliennes de diplomatie, défense, sécurité intérieure- et que nous avons stupidement transféré le pouvoir à une entité transnationale, le président de la république ne sert à rien. Il n’a plus le rôle de garant de la souveraineté populaire. Tout au pire peut-il avoir une action négative sur la vie des citoyens (spoliation fiscale, mariage pour tous, protection de l’islam…). À moins d’une révolution, désormais aucun président ne pourra faire autrement.
Donc le problème se complique de l’imbécillité foncière du sire de Tulle, de son laxisme, de son nombrilisme, de son incontinence sexuelle etc… et de sa totale incompétence dans les relations internationales comme dans tout. Il n’est pas capable d’analyse en ce domaine, non plus, il est vrai, dans d’autres domaines politiques. C’est un « narvalo », comme disent les Manouches.

Le Figaro annonce un « trou » de 100 millions de dollars dans la caisse de l’agence onusienne qui subventionne les Palestiniens. Le sieur Ban Ki-moon a lancé hier un appel « pressant » (comme un presse-citron) aux donateurs pour combler ce déficit, « afin que les enfants de Palestine puissent commencer leur année scolaire 2015-2016 sans retard». Qu’en avons-nous à faire ? « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Il y aura bientôt 70 ans que les milliards affluent au profit des Palestiniens. Quel est le résultat ? Ils n’ont même pas d’État digne de ce nom, et au lieu de développer leur pays, ils gaspillent l’argent de la communauté internationale à se pourvoir en armes pour détruire Israël. Voir les beaux exploits du Hamas, par exemple. À cela il faut ajouter la prévarication et la concussion (souvenons-nous : la fortune d’Arafat !) de leurs dirigeants. De fait, la manne de l’aide constitue une rente de situation pour une bande de féroces fainéants. Dans cette mystification, le machin onusien joue un rôle important, fondamental même. Cela amène l’observateur à se demander à quoi sert le machin, sinon à autoriser, voire ordonner des expéditions très douteuses (Serbie, Libye, au hasard). Je reprendrais volontiers la boutade de Viallat à propos de l’UNESCO : « un promenoir d’anthropophages ». Rien d’étonnant, alors, que l’on note ici et là des trous dans la caisse : on fait bon marché de l’argent extorqué aux peuples par le machin. Le plus logique serait d’en finir avec lui : plus un sou et qu’il crève d’inanition. Sortons de l’ONU !

Lu dans Le Parisien : « Une fête était organisée vendredi après-midi pour souhaiter la bienvenue aux demandeurs d’asile hébergés dans le foyer de Heidenau, une petite ville de 16 000 habitants de l’est de l’Allemagne, où des heurts entre policiers et extrême droite avaient eu lieu le week-end passé faisant une trentaine de blessés. » Une fête ! Nom de Dieu !

Deutschland, wache auf ! Nous sommes en plein cauchemar : de peur panique d’être déclarés « nazis », des Allemands accueillent l’ennemi en fanfare. « Bienvenue à nos chers envahisseurs ! ». On ne m’enlèvera pas de l’idée, néanmoins, que les lopettes fêtant les envahisseurs n’ignorent pas qu’ils introduisent le cheval de Troie du nazislamisme dans leurs murs. Mais elles font comme si cela n’était pas vrai. Très probablement cela répond-il à leurs vœux de grand remplacement de population. L’Allemagne a tourné la page du nazisme : elle ne doit pas payer éternellement pour les malfaisances d’Hitler et de sa bande de ruffians. Les salauds qui continuent à semer la culpabilité sont des démovores, mangeurs de peuples. Et des salauds de cet acabit, l’Europe en regorge, singulièrement chez nous. Redisons-leur l’avertissement lancé hier à Hollande : « Et intra urbem, et extra urbem, populi ira crescit » : dans la ville et hors de la ville la colère populaire s’accroît. Il suffit de laisser traîner l’oreille dans la rue, aux files des caisses des supermarchés, partout : les gens se lâchent désormais, et en ont assez de l’invasion et de la criminelle stupidité des gouvernants.

À La Rochelle, les béjaunes socialistes –éclos d’œufs de dinosaures- ont conspué Macron sur l’affaire des trent’tsint’s heures : « Macron démission ». Voici un morceau de bravitude de ces petits oligophrènes : «Les 35h on s’est battu pour les avoir on se battra pour les garder».

Ils ne se sont pas battus pour les avoir, leurs trent’tsint’s heures, ils les doivent à l’imbécillité de Chirac qui s’est séparé d’une majorité au profit des gredins de la « gôche plurielle », et à la fourberie de Jospin comme à l’aveuglement idéologique de la mère Delille. Oh, certes, ils s’accrocheront comme morpions pour conserver cet obstacle à la reprise économique, mais ils seront battus, je vous le dis, même si c’est par l’LRPS de Sarkozy. Car personne de sensé n’oserait garder une telle épine dans le pied. Le pire : on a entendu «Taubira présidente». On voit bien ce qu’est devenu le PS, contraint de se référer à une abomination raciste anti-française comme Taubira. Espérons que Valls n’arrivera pas à « booster », comme il le dit, le Parti Spoliateur. Je souhaite, tout au contraire, que la fusée ridicule de cette engeance arrive rapidement à l’état de « burn-out » et qu’elle s’écrase.

Nous vivons une époque formidable, et c’est ainsi qu’Allah est grand !

Sacha

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.