Triplement climato-sceptique ! Stay tuned !

FlambubuNous avons vu, hier, que l’imbécile NKM s’est fait étriller par Benoît Ritaud. Au fait : pourquoi le sarkopithèque n’a-t-il pas tancé l’idiote pour avoir tenu un propos offensant toute une catégorie de citoyens ? On l’a récemment connu plus prompt à punir, et pour un motif futile.

Mais qu’est-ce qu’être « climato-sceptique » ?

Tout dépend de l’acception de l’expression « climato-sceptique ». Cela peut être un doute porté sur l’existence d’un réchauffement global. Soit : il n’y a pas assez de recul temporel pour en juger; en revanche, la paléo-climatologie montre que la Terre se réchauffe périodiquement (la période étant voisine de 11 000 ans), ce qui semble correspondre à la période de précession de l’axe de rotation planétaire. Donc on peut accepter l’hypothèse d’un réchauffement/refroidissement cyclique, un signal périodique de très, très basse fréquence. Mais un phénomène naturel, indubitablement.

Seconde acception : nous avons affaire à un système hétérogène, qui peut avoir plusieurs causes agissant sur son évolution, et qui peut prendre un régime chaotique parfois. On évoque par exemple l’activité solaire. Dans ce cas, il n’y a pas de véritable prédiction possible. Ce qui expliquerait l’énorme divergence entre les observations (température) faites en surface, en atmosphère moyenne, et par satellites, et les courbes de simulation informatiques (crosse de hockey de la courbe de Mann, par exemple).
Troisième acception : le réchauffement, s’il existe, n’est influencé par l’activité humaine que de manière insignifiante. On observe, par exemple, une fixation du dioxyde de carbone encore inexpliquée, qui « recycle » les émanations (on parle parfois de « puits de carbone »).

C’est cette troisième acception qui fait problème : les écologistes et probablement des magnats de l’industrie profitant de l’aubaine, tiennent dur comme fer, en dépit des résultats de l’observation, à fustiger l’humanité, à promouvoir pour les uns un anti-développement (alors que la planète est surpeuplée !), pour les autres des mesures anti-pollution leur permettant d vendre des appareils coûteux … et inutiles. Ceux-là montrent à l’évidence que l’hypothèse de l’origine anthropique du réchauffement relève de la politique et non de la science. Ils légitiment donc l’existence de la troisième catégorie de « climato-sceptiques », qui sont en même temps leurs opposants politiques (ceux que la stupide NKM, à bout d’arguments politiques et ignorante de la science traite de « connards »). Les scénari abracadabrants imaginés par les tenants de l’hypothèse de l’origine anthropique sont tellement stupides et propres à susciter la panique dans les populations pour mieux les spolier, qu’ils justifient pleinement le « climato-scepticisme » politique. Nous aurons sans doute à en reparler à l’occasion de la publication de tas de billevesées mensongères lors de la conférence de Paris.

Ma propre position est tierce : oui, il peut y avoir un réchauffement climatique, mais il est naturel, oui, le « climat » est un système hétérogène qui peut prendre parfois un régime chaotique, et non, s’il y a réchauffement, il n’est pas d’origine anthropique.
Concernant la second acception, pour finir, je pense que « le climat » n’est pas un objet scientifique, dans la mesure où, s’il ne peut y avoir qu’une seule science d’un même objet, ici trop de sciences concourent à traquer un objet hétérogène qui ne cesse de leur échapper.

Conclusion : je suis trois fois « climato-sceptique » et entends bien combattre les « climato-escrocs ».

Cependant, méfiance : le battage politico-médiatique sur le « réchauffement », consécutif à la conférence hollandesque de Paris, arrive à point nommé pour masquer le danger, bien réel, lui, représenté par l’invasion musulmane de l’Europe déclenchée par Merkel et ses caniches. Tapons donc sur les escrologistes, c’est très bien, mais restons attentifs à la violence faite à nos peuples. We are awake !

Sacha

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.