Qu’ils prennent garde à la colère des patriotes !

Macron et OrwellTout de même, que nous sommes tombés bas ! Cinq ans d’un règne à la fois ridicule, malfaisant et délétère ; chez un peuple raisonnable, le jugement serait sans appel : dehors la gauche. Nonobstant, voilà que se reconstitue une gauche camouflée mais bien réelle, sous l’égide d’un bibelot de marketing co-produit par les européâstres, les monopoles apatrides et les médiastres, j’ai nommé la gouape Macron. Le recyclage des déchets politiques des Trente Miteuses fonctionne à plein, chaque jour on entend que tel ou tel concussionnaire, escroc, démagogue, traître, se rallie sous la bannière du blanc-bec François Macron, clone spirituel d’Emmanuel Hollande. Dans la bande des morfalous, on trouve même des ali-juppéistes se prétendant gaullistes. Or c’est précisément cette faune interlope que le 13 mai 1958 l’Armée, lasse de la politique d’abandon, a évacuée en appelant De Gaulle. La situation est tout aussi pourrie, sinon davantage, qu’à cette époque ; mais il n’y a plus de prétoriens pour chasser cette vermine infernale.

Pire : on dirait bien qu’une partie du peuple est envoûtée par le son du pipeau macronique, comme les rats de Hamelin. Chez ces gens-là, le pli est pris, ils semblent obsédés par Paris, Bruxelles et Berlin, leurs truqueurs, leurs combinards, leurs peintres abstraits, leurs faisans, leurs pédérastes, leurs bateleurs télévisuels, leurs fausses élites. Tout ça, c’est du vent. Ah ! Les monopoles ont compris qu’il fallait parquer ces pseudo-intellectuels comme des veaux, les châtrer, les engraisser ; ils savent que les beaux principes pervers de ce marais coassant leur permettront toujours d’être dégueulasses à souhait, de s’enrichir d’un nouveau servage, tout en restant en accord avec leur conscience élastique. Car c’est cela, la nouvelle alliance d’En Marche ! Une infecte copulation sodomique en couronne entre progressistes et banksters.

Il n’est pas difficile de prévoir ce qui se passerait si la gouape s’emparait de l’Élysée. Les patriotes ont détesté Flamby, ils haïront Macron. Nous le haïssons déjà. La décomposition finira de détruire toutes les structures de la France. Au bout : la charia mahométante ou l’asservissement de plus en plus grand à nos « alliés » qui joueront de la France comme d’une marionnette. Je prévois même que la gouape liquidera nos forces nucléaires, privant à tout jamais le pays de son ultima ratio en cas de conflit avec les européâstres. Déjà, il n’y a plus rien en face de l’ennemi, ni police ni partis, rien qu’une immense veulerie. Bientôt, les djihadistes pourront venir camper sous les tours de Notre-Dame et les bobos hédonistes leur apporteront des nounours, en attendant d’être égorgés.

Mais qu’ils fassent gaffe !  Nos faiblesses, nos hésitations, nos crises de conscience étaient les meilleures armes qu’ils pouvaient utiliser contre nous ; elles ne jouent plus. Nous nous fichons complètement d’être traités de racistes, homophobes, islamophobes, populistes, nationalistes ; au contraire, nous avons transformé en emblèmes ce qu’ils croient être des flétrissures. Être noté d’infamie par des énergumènes suprêmement pervers est une volupté de fins gourmets. Ce n’est pas nous qui avons à rendre des comptes, c’est eux, et l’addition est salée. Alors la gouape pourra toujours se pavaner, trébucher dans ses phrases creuses, ses aboyeurs stipendiés et sa magistrature couchée chasser en meutes hurlantes, nous les attendrons en embuscade au coin du bois. Et ce sera saignant !

Raymond

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.