Des chèvres et des citoyens

Macron et Orwell« Tout est consommé », aurait dit Viandox en son temps. Une caricature de démocratie a donné le pouvoir absolu à un énergumène créé par les médiastres obéissant aux monopoles financiers apatrides, porté par un coup d’État ourdi par les énarques élyséens. C’est la victoire des mondialistes mæstrichiens, des pervers, des envahisseurs. Inutile de pérorer sur « ce qui va se passer », il n’y a pas besoin d’être Pythonisse pour le prévoir, c’est inscrit dans l’ADN du macronisme, facile à décrypter.

Caricature de démocratie, car si d’une part l’énergumène a bien été élu dans les règles (43,75% du corps électoral, mais tout de même 56,25% ne l’ont pas élu !), d’autre part son troupeau rafle la mise avec seulement 13,43% des voix du corps électoral au premier tour. Le vice du système de scrutin uninominal à deux tours a produit cette aberration, de même que la constitution d’un groupe mélanchonique alors qu’il n’y a que huit députés frontistes. N’espérons rien, ce système profite trop à Jupinet pour qu’il le change !

Le troupeau macronique ? 50% de chevaux de retour issus des partis du système, socialistes mondialistes et « droiches » aussi mondialistes, et 50% de chèvres qui, selon le mot de Mélanchon, ont pu être élues parce qu’elles avaient l’onction macronique. Ce qui ne laisse pas d’être inquiétant, c’est le nombre de chèvres, dont maintes « gourdasses » (l’appellation vient de Mme Tasin) quasi-illettrées au point d’avoir peine à lire leur « profession de foi ». Bah ! Il suffira de leur dire : tu appuies sur le bouton « oui », là sur ton pupitre. Tu ne sais pas lire ? Pas grave ! C’est celui de droite (ou de gauche, peu importe).

Les chèvres macroniques ont inspiré à un poète de notre Camorra ces vers de mirliton, que l’on chante sur l’air de la Chèvre (qui revenait d’Espagne et parlait Allemand), appris à l’École Primaire il y a longtemps, avant les cours de tam-tam en guise d’éducation musicale :

1
Il était une Chèvre,
Bobo évidemment,
Qui voulait faire campagne
et être au Parlement

Refrain :
Ballotant de la queue
et grignotant des dents
ballotant de la queue
et grignotant des dents

2
Par un beau soir de mai
Passant près d’un ruisseau
Elle fut ensorcelée
Par le chant d’un pipeau
(au refrain)

3
S’avançant sans façon
Au joli bord de l’eau
Elle reconnut Macron
Jouant au pastoureau
(au refrain)

4
Elle adressa ces mots
Au maître réputé :
« Prends-moi dans le troupeau
Pour être députée »
(au refrain)

5
« Eh bien, Caprinidée,
Tu viens à point nommé
Tu seras nominée
Pour me représenter
(au refrain)

6
Le boulot est léger
Au sein de l’Assemblée
Et pour légiférer
Tu n’auras qu’à bêler
(au refrain)

7
Voter béni-oui-oui
Dispense de QI
Les règlements tout cuits
C’est moi qui les fournis
(au refrain)

8
Topons-là je te dis,
Cochon qui s’en dédit. »
Biquette bien nourrie
Vota tous les édits
(au refrain)

Messieurs les Jurés apprécieront. Mais ce que l’on cherche à occulter, c’est le formidable pourcentage de l’abstention, encore plus impressionnant qu’au premier tour. Les bavards, hélas également dans les rangs des patriotes, incriminent qui la lassitude au bout d’un barnum de presque une année, d’autres le désintérêt pour la politique, les moins bêtes pensent avec quelque raison que les citoyens sont écœurés par cette démocratie-Potemkine faite de faux-semblants et, comme le dirait Vautrin, de théâtres d’ombres. On se dépêche de contourner, d’ignorer l’obstacle pour s’adonner au dithyrambe Elkriefien genre Banksters For Macron-TV.

Mais ce n’est pas parce qu’on oublie la réalité que celle-ci ne cherche pas à se venger. Il va falloir analyser anthropologiquement, en profondeur, cet extraordinaire phénomène d’abstention, qui pourrait bien recéler en ses flancs une insurrection future. Gare à tes côtes, Jupinet, tu as voulu être roi, tu as une chambre d’enregistrement, maintenant démerde-toi ; si tu foires, il t’en cuira !

Raymond

 ps : Au fait, à la place d la girouette Bayrou, je me ferais du mauvais sang, on n’a plus besoin d’elle chez Macron !

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.