Mes respects, Mon Général !

macrontage-smallJe n’aime pas que les imbéciles me dérangent ; non que je sois sur une plage en train de rôtir ridiculement : au contraire, je cogite sec sur ce monde approximatif et souvent pervers que d’aucuns appellent « le numérique ». Mes amis de la Camorra ont eux aussi d’autres chats à fouetter, ce qui explique notre silence depuis plus d’un mois.

Mais pour le coup, j’apprends par hasard la démission du Général De Villiers. Là, c’est quelque chose. Motif : les salauds qui prétendent nous gouverner, malgré les macronneries électorales, veulent une fois de plus -une fois de trop ? – dépouiller notre Armée, déjà clochardisée à outrance, de 850 millions. Ben, Jupinet, tu ne parlais pas de remonter le budget de la Défense à 2% ? On voit ce qu’il en est. Les spoliateurs de Bercy font toujours la loi.  Le Général a protesté, remontrant au petit pupazzo de pacotille qu’on ne saurait aller plus loin dans les restrictions imposées à une Armée déployée sur trois champs de bataille en Afrique… et sur le territoire. Réaction : colère de l’énarque monopoliste, sale enfant gâté de la caste médiastrique.. Nous avons toujours pensé ici, et avons insisté là-dessus, que Jupinet est un trou-du-cul. Il l’a démontré en insultant l’Armée.

Petit rappel : l’équipement de nos soldats date d’une quarantaine d’années. Je me souviens de la rencontre de Giscard avec l’Armée au camp de Mourmelon ; on mettait en service les VAB (véhicules de l’Avant Blindés). Ce sont toujours les mêmes VAB qui servent, même pas protégés contre les mines ! L’amx 10 date de 1980. On ne sait même plus fabriquer de fusil d’assaut. Tout à l’avenant. J’ai souvent l’occasion d’en discuter avec des militaires d’active qui, connaissant mes idées, ne se gênent pas pour dire ce qu’ils pensent. Les politicards n’ont rien appris. Ce sont leurs atermoiements, leurs lâchetés, qui ont préparé l’abominable défaite de 1940 – échec et mat en dix jours et nous ne nous en sommes jamais remis ! – faute d’avoir procédé en temps et en heure à un réarmement massif. C’était bien la peine, Jupinet, d’être allé faire le zèbre à Oradour. Je dis, et je pèse mes mots : la Das Reich n’aurait pas brûlé Oradour si les vauriens de la caste politique avaient été balancés aux oubliettes et remplacés par des patriotes solides. La réplique d’Aletty, accusée de « collaboration horizontale », au juge : « il ne fallait pas les laisser entrer » s’impose. Nous en sommes toujours là. Ces ordures de politiques utilisent notre Armée comme « variable d’ajustement » budgétaire. Ignoble, traître, honteux ! Et attendez, quelque jour Jupinet-de-l’ena-et-des-monopoles bradera notre ultima ratio, l’arme nucléaire dont nous a doté le Général de Gaulle. Ça nous pend au nez.

Le pire, je crois, c’est d’apprendre en même temps que le Macron fait un cadeau de 1,4 milliards… pour construire le métro d’Abidjan. Je préfère ne pas commenter à propos de l’utilité du métro entre Le Plateau et Tricheville, ni faire des pronostics sur sa sécurité ni sur son état dans dix ans. C’est sûr, un pays ruiné par des guéguerres (notamment dues aux voyous musulmans descendus du nord) a ardemment besoin d’un métro ! Nom de Dieu ! Mais on comprend : Bouygues est maître d’œuvre, et Bouygues aime Macron qui renvoie l’ascenseur. Tout est là ! Bande de cochons !

Le Général De Villiers a pris la décision noble, celle qui sied à un grand Chef : partir, puisque le « chef » de l’État fait des conneries, persiste et signe dans des tentatives réitérées d’être le roi des cons. Depuis quelques années, c’est une avalanche de démissions. Bientôt, il n’y aura plus que quelques hauts gradés francs-maçons pour tenir un vestige d’armée. J’aimerais bien que l’on s’agite un peu dans les casernes, moi ! Et que l’immense majorité silencieuse qui n’a pas voté pour Macron et ses sbires commence par éteindre les écrans plats et à mener à la trique une campagne de reconquête.

En tous cas, mes respects, Mon Général !

Sacha

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.