Marlène Galilée, ou éloge de l’ignorance

Donc Marlène va co-animer une émission avec Hanouna. Naturellement, je ne regarderai pas car (a) je ne supporte pas les pédants du gouvernement, (b) je n’ai pas de télévision, (c) de toute façon sur le fond cela ne présente aucun intérêt étant donné que cela fait partie d’un Barnum concocté par la bande de flibustiers de Macron. En revanche, j’attends avec impatience les relevés de la mal-pensance qui ne manqueront pas de pointer les imbécillités de Marlène.

Impression

Je me suis tout de même intéressé au pedigree de ce sous-secrétaire d’un sous-secrétariat parfaitement inutile, donc budgétivore. Ça ne vole pas haut. Toutefois, ayant regardé sur le Tube-Vous des échanges entre Marlène et le Sénat, j’avais constaté que la donzelle a du bagout : serait-elle énarque ? Pas même : son cursus ne va guère plus loin qu’une licence de « communication » obtenue par validation d’activités. Précisons : ce que les abrutis appellent « communication » ou « info-com » n’a rien à voir avec une modélisation scientifique ni de l’information ni de la communication. Dans le cas contraire, il faudrait avoir des notions de mathématique et de psychologie, ce qui n’est pratiquement jamais le cas. La com’, c’est du débagoulage de faux littéraire creux lorsque ce n’est pas purement et simplement de la propagande. J’apprends qu’elle est féministe, ce qui n’est guère étonnant puisqu’elle incarne assez bien le niveau intellectuel moyen des harpies du style De Haas et femen, et, selon Wikipédia, qu’elle est « écrivaine » (sic), ce qui veut dire qu’elle produit des écrits vains, que je ne lirai donc jamais, et considérés comme carrément pornographiques par la mal-pensance.

C’est donc du haut de son ignorance qu’à je ne sais quelle occasion elle aurait proféré verbatim : « Je vous rappelle que Galilée était tout seul face à la majorité pour dire que la Terre était ronde et qu’elle tournait. La majorité pensait qu’elle était plate et statique. » Alors là, bravo, Marlène !  Dans le De Revolutionibus, édition faite par son disciple Rheticus en 1543, Copernic écrivait au chapitre II : « La Terre également est sphérique, car de tous les côtés elle s’appuie sur son centre. » Mieux : elle tourne autour du soleil -tel était l’apport essentiel de Copernic : l’héliocentrisme plutôt que la rotondité de la Terre. Car depuis la démonstration apportée par Eratosthène de Syrène (vers 247- vers 194 av. JC), le monde savant connaissait la rotondité de la Terre dont Eratosthène avait évalué la circonférence à quelque 39 375 de nos kilomètres. Strabon (58-23 av. JC) le répétait en considérant l’effacement progressif d’un bateau en raison de la courbure terrestre.

Au fond, Galilée n’a fait que reprendre les travaux de Copernic sur l’héliocentrisme, mais en langue vulgaire ce qui lui valut des ennuis dès 1610 et une condamnation en 1633. Mais, dépité, il a dit : « eppur si muove » (et pourtant elle tourne) et non « eppur è rotonda » (et pourtant elle est ronde). Voyons, Marlène, ce n’est pas sérieux, tu te montres à la hauteur de la plupart des hommes politiques d’aujourd’hui, dont l’inculture est abyssale !

Mais le fond de la querelle est évident. En comparant les adversaires politiques de son cher président Macron, auquel elle semble dévouée corps et âme, à de vieux sorbonagres prêchant la cosmologie de Ptolémée, elle ne fait que reprendre la sotte distinction faite entre « l’ancien monde » des Nations et le « nouveau monde » euro-mondialiste. Les néo-mondialistes sont galiléens, ergo ont raison. Ben voyons ! A-t-elle trouvé seule cette rhétorique spécieuse, ou quelque scribouillard de son secrétariat, voire de l’Élysée, la lui a-t-il soufflée, mystère ! Quoi qu’il en soit, elle s’imagine incarner le Savoir Politique face à l’ignorance crasse des vilains adversaires du Président, avec en sus l’auréole du martyre (même si personne n’a brûlé ni même emprisonné Galilée).

Attendons-nous donc à d’autres cuistreries de cet acabit dans les prochains jours, et je m’en régale par avance. Marlène est maître ès loufoqueries. Cependant, elle et son maître ne devraient pas tant s’inquiéter des menaces à court terme que semblait faire peser le mouvement de révolte des Gilets Jaunes sur les funestes projets du gouvernement. La récupération est en marche : Drouet s’acoquine avec les gauchistes du NPA et les cégétistes en appelant à une grève nationale le 5 février, et Ludowsky voudrait que samedi nous défilions en soutien des Dom-Tom. Je suppose que, si quelques imbéciles les suivaient, la majorité des Gilets Jaunes les bouderait. Je soupçonne Drouet, entendu par la police, d’avoir été dûment chapitré et d’être le coin enfoncé dans le mouvement par le gouvernement. Qu’on me démontre le contraire ! « L’acte XI » de samedi prochain pourrait bien être un fiasco. Il faudra que le mouvement se structure et se trouve d’autres chefs, et cela demandera du temps.

Un temps suffisant pour que Macron enlève 25% des voix pour sa clique aux Européennes et fasse un tintamarre infernal à propos d’une « victoire » très relative. Par contre, les motifs de la révolte demeurent, rien n’est réglé, et la rupture entre le peuple et les pseudo-élites est désormais consacrée : la donne politique a changé. Il restera dans le vécu et la conscience populaires la revendication démocratique du R.I.C, la défiance envers les corps intermédiaires et l’abaissement des impôts et taxes. Par-dessus le marché, la caste ne manquera pas de jeter l’huile sur le feu par ses provocations hautaines et ses erreurs. Rien n’est fini, et le pire serait de céder au découragement.

Patience et longueur de temps, on les aura !

Sacha

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.