Deux et deux font quatre

Fou« Des ramifications internationales en Europe et aux Etats-Unis. » Plus d’une tonne d’armes, dont du matériel de guerre, et un atelier de reconditionnement ont été découverts dans la région de Carcassonne, ont annoncé Gérald Darmanin et le procureur de Marseille dans un communiqué publié lundi 4 mars. Ben mon colon ! J’aimerais connaître le pedigree des trois Pieds-Nickelés interpellés -dont l’un batifole dehors « sous contrôle judiciaire »- car si on ne le donne pas, c’est peut-être que ça gêne un peu, non ? Je vous livre mon hypothèse : ou bien c’est un réseau de trafiquants d’armes destinées à approvisionner la pègre, ou bien ça pue le réseau djihadiste. Un tel arsenal ! Avec des casques de vision nocturne ! Ou alors, c’est un coup tordu monté par les barbouzes pour faire croire à un complot des « Strêmedroite » en pleine campagne des européennes. J’aimerais bien qu’on nous dise que 2 et 2 font quatre !

Car qu’on le veuille ou non, 2+2=4, que vous l’écriviez en base deux (10 + 10 = 100), trois (2+2=11), quatre (2+2=10) ou cinq (2+2 =4) ou dix. Bref, c’est comme ça et nul n’y peut rien, à moins d’être complètement narvalot. Un narvalot ou un « progressiste », ce qui revient au même. Cette petite vidéo (en Anglais des Amériques, mais c’est parfaitement compréhensible) vous montre ce qui se passe dans un monde occidental devenu fou (1).

La gentille prof de calcul, futée, finit par retourner l’imbécillité contre les imbéciles. C’est une belle fable philosophique, mais hélas ce n’est qu’une fable. Dans la vie réelle, ce sont les fous qui gagnent. C’est ainsi que MacNéron s’obstine à essayer de nous démontrer que la néfaste Europe de Junker-Merkel est une bonne chose. Que les Gilets Jaunes sont des voyous racistes. Ou que les pervers sont des gens normaux comme les autres. Ou que l’invasion est une chance pour les pays d’Europe et en particulier pour la France (qui, je le rappelle, est menacée d’être envahie par 15 millions d’Algériens, du fait d’un criminel « regroupement familial », si la situation tourne au vinaigre an Algérie). Ou que le terrorisme djihadiste n’a rien à voir avec l’islam. Ou… Ou… La liste des dingomanies néfastes est quasi infinie.

Si nous pouvions retourner le sortilège contre les lanceurs de sorts, les mensonges contre les menteurs, ce serait parfait. Mais j’ai bien peur que le seule solution soit de leur donner une vigoureuse bastonnade.

Des nouvelles de la traduction de l’étude sur la « manifestation rapide de la dysphorie du genre » (Voir mon article du 19 février dernier. Au fait, le bon lien est : <https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0202330>). Ce n’est pas un travail facile, d’abord parce que c’est long, ensuite parce que, contrairement à d’autres articles de psy, le style en est pataud, ce qui donne une expression lourde en Français. Or je ne voudrais pas, sous prétexte de beau style, produire une « belle infidèle », car les informations données sont de première importance. Là aussi, des fous -transgenres, Diafoirus pro-transgénéristes, idéologues…- font croire à des adolescents ou jeunes adultes que deux et deux ne font pas quatre mais vingt-deux et entraînent ces gamins travaillés par la puberté ou déjà psychiquement troublés vers les rivages de la folie. Entreprise criminelle. Les arguments de ces misérables finissent pas me faire croire que Satan existe. Bon, j’ai déjà traduit 50% du texte. Patience !

   Notre Occident est bien malade ! Les « sachants » ont abandonné la belle Raison, la belle Logique, pour des sentiments ridicules et dangereux. « Cet abandon est d’autant plus funeste, écrivait Maurras en son temps (déjà !), que le romantisme et la démocratie ont eu pour effet d’environner la raison pure d’adversaires plus nombreux, plus puissants et plus intéressés »(2). « Il ne faut (…) point se hâter de sourire des avertissements donnés par la philosophie à l’hystérie de quelques savants» (3). Nous visons dans un monde de charlatans manipulés par des gloutons.

Patience ! Deux plus deux feront toujours quatre : l’Histoire sait botter le cul des imbéciles.

Sacha

(1) Pour les lecteurs qui ne comprennent pas la langue du Mickeyland, je résume : la prof a donné une mauvaise note à Attila-Chou parce qu’il a conclu que 2+2=22 (de vrai, il y a des malades qui font ça). Le lendemain, les parents d’Attila-Chou viennent contester la décision de la prof, qui tient bon. Le chef de département s’en mêle, mais comme la prof est sûre d’elle, l’affaire va jusqu’au « sénat » de l’école : la prof est suspendue de ses fonctions parce qu’elle s’obstine à penser qu’Attila-Chou a donné une réponse fausse. Ce qui, en conviendrait n’importe quel « progressiste », revient à « stigmatiser » un enfant. Elle fait même l’objet d’une campagne médiatique. On décide de la virer, et au moment d’apurer les comptes, on prétend lui payer son mois et quelques arriérés, soit deux fois 2000$. Elle met tout ces crétins cul par-dessus-tête en remarquant que, selon leur croyance, 2000 + 2000 ne font pas 4000 mais… 22 000 !

(2) Charles Maurras, Annexe VI, « Misère logique », in Trois Idées Politiques, recueil Charles Maurras, L’avenir de l’Intelligence et Autres textes, coll. Bouquins chez Robert Laffont.

(3) Maurras, Annexe IX, « Tempérament de la science par la sagesse », même référence.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.