La chambre magmatique enfle !

volcan2Ouais, il y avait du monde hier dans les villes. Normal : des syndicalistes + de très évitables nazillons blackblocks + des imbéciles climatolâtres + des Gilets Jaunes = ça fait beaucoup. Quant à parler de « convergence des luttes », laissez-moi rire. Étant GJ « canal historique » (i.e. sur la base des revendications du 17 novembre 2018), je constate qu’une partie des GJ a été récupérée par les trotsko-marxistes de Méluche ; les autres, les vrais, légitimes, en ont marre de se faire casser la gueule pour rien et restent chez eux en refusant de se laisser embrigader. Pour le moment, car les problèmes ne sont pas réglés du tout. Regardez les carburants : ce matin, le SP95 s’affichait à 1, 61 € dans un supermarché de campagne. Quant aux prix des denrées alimentaires, ils ont aussi pris une sacrée claque. Ce ne sont que des « détails » remarquables prouvant que rien n’est réglé.

Je vous parlais de volcans, l’autre jour. Eh bien ! Considérons analogiquement la colère qui s’amasse dans le peuple comme une gigantesque chambre magmatique qui ne cesse de s’accroître depuis quarante ans  et finira par entrer en éruption, quelles que soient les manigances des forces obscures macroniques, quelles que soient les revendications catégorielles des syndicats, quelle que soit la déconsidération occasionnée par la médiatisation outrancière du vandalisme blackblock, quels que soient les cris de pintades des climatolâtres. Car l’esprit GJ, c’est une force colossale, et bien fou serait celui qui voudrait la canaliser. L’éruption viendra, mais je ne sais pas quand, ni comment.

Une chose est certaine : les valets français des monopoles internationaux ont peur. C’est ce qui explique que, contraints et forcés, ils font mine de saupoudrer des mesurettes parfaitement stupides et inefficaces en espérant éteindre le magma ; mais ils se gardent bien de faire droit à LA revendication fondamentale, celle de la démocratie directe. Le Référendum d’initiative populaire (je me peux décidément pas écrire « citoyenne » !) est passé aux oubliettes. Or c’est la clé de toute démocratie. Entendons-nous bien : à mes yeux, il est hors de question que le strict domaine régalien -Défense, Sécurité intérieure, Diplomatie- relève du domaine électif. Je l’ai déjà écrit, j’ai expliqué pourquoi il fallait qu’il en aille ainsi, car le devenir d’une Nation et de son Pays relève du temps long, de la continuité et non de la versatilité de l’opinion. TOUT LE RESTE ressort à la volonté publique. C’est pourquoi un parlement ne peut être « législatif » que sur des détails techniques, et encore sérieusement encadré par une attention nationale sourcilleuse. Que tout se décide à l’échelon de la province, de l’arrondissement, de la commune, par le vote des citoyens. Et que si quelque projet de loi, y compris émanant du pouvoir régalien, touchait aux fondements même de la société, il devrait faire l’objet d’un référendum dont les résultats seraient contraignants (1).

Nous n’en sommes pas là. À discuter de cette question avec mes camarades GJ, je constate que, malheureusement, leurs vues sur le RIC auraient comme graves conséquences d’instaurer l’anarchie et, disons-le, le boxon. Mais entre la tyrannie des forces obscures monopolistes et l’anarchie, il y a nécessairement une voie médiane : celle que j’indique. Ce qui veut dire que, faute de raison, l’explosion pourrait produire du meilleur comme du pire, et que des margoulins pourraient bien accaparer le pouvoir comme l’ont fait leurs ancêtres « révolutionnaires » de 1789-1793. Soyons vigilants !

Il est vrai que la France souffre doublement. D’une part d’institutions brouillonnes et de l’habitude de « l’État-providence » auquel trop de GJ s’imaginent encore qu’il puisse être fait appel. D’autre part, la France, en dépit des avertissements du Général De Gaulle, s’est imprudemment laissé guider par la clique européâstre issue des Monnet-Schumann, et s’est enfermée dans cette union soviétique qu’est l’UE. Autrement dit, des majorités -toutes relatives au demeurant- ont permis l’abandon de la souveraineté nationale et l’asservissement à la Commission technocratique européâstre à la solde des marchands et banquiers principalement sis à Wall-Street. Il fallait être fou pour consentir à ces abandons mortels, j’y ai personnellement toujours été opposé sachant qu’un peuple n’a pas le droit de laisser l’étranger décider à sa place. En attendant, l’entité européâstre produit 80% de nos lois et nous enserre dans un carcan mortel. Voyez les méfaits de l’Euro qui nous prive de toute latitude pour gérer librement notre économie.

Il faudra se débarrasser de ces maux. Notamment sortir de l’Europe de Maastricht, car elle est irréformable. En voulez-vous une preuve supplémentaire ? Un gros loup vient de sortir du bois à propos du « Brexit ». Je cite : « Selon le site d’information EUobserver, la Commission européenne aurait volontairement occulté, en partie, le contenu d’une rencontre ayant eu lieu lors du 49e Forum économique mondial de Davos entre le milliardaire George Soros, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair et le commissaire européen Pierre Moscovici. Les trois protagonistes se seraient rencontrés au sujet d ’« un second référendum sur le Brexit ». »

Après avoir demandé, fin janvier 2019, l’accès au contenu de cette discussion, le site EUobserver explique en effet s’être heurté à un refus partiel de la Commission européenne, celle-ci ayant répondu par courriel deux mois et demi plus tard. Citant dans un tweet la réponse de l’exécutif européen, le site d’information a ainsi écrit le 25 avril : « La nécessité de protéger le processus de décision de l’UE est plus importante que tout intérêt public, dans ce qui a été discuté à propos du Brexit. » Fin de citation (2).

On comprend pourquoi S.M. Elizabeth II s’étonnait fort diplomatiquement : « why is it so long ? ». J’avais prévu le coup (relisez mes articles sur le Brexit depuis le début !). Le silence méprisant de l’UE sur cette question, la participation du personnage le plus malfaisant de la planète, l’ignoble Soros, au côté de deux traîtres pour ourdir un complot contre la décision souveraine d’un peuple, montre combien cette UE voulue par les monopoles yankees et leur CIA est une prison pour les peuples appelés à disparaître (3). Soyons réalistes : nous ne pourrons en sortir que par la force ; nous disposons encore d’une dissuasion nucléaire et d’une armée réduite mais bien entraînée. Pensons-y. Il faut toujours envisager la pire des hypothèses, quand le sort d’un peuple est en jeu.

L’histoire est en gestation, nous sommes, je l’ai déjà dit, à un commencement. La tâche est immense, multiple, pleine de périls, mais il faut y consentir ou disparaître. Donc : a) ne pas desserrer la pression sur l’obscur pouvoir macronique, b) lui infliger une défaite le 26 mai. Certes, l’UE est irréformable, mais plus il y aura de députés anti-système au parlement européen, plus la tâche de l’infernale Commission sera difficile, plus de scandales pourront être révélés. Et, en France, une victoire de TOUS les partis patriotes pourrait être un cinglant refus de la politique de Macron et de ses maîtres monopolistes. Amis GJ, VOTEZ, pour quelque parti patriote qu’il vous plaira, mais contre LREM et ses complices.

En attendant l’explosion du volcan !

Sacha

(1) Nous avons eu des exemples de trahison : la trahison sarkozienne du référendum de 2005, le passage au forceps de la « loi » sur le mariage des pervers sous Hollande avec refus de consulter le peuple. Attendons-nous à la GPA pour lesbiennes et à la PMA pour les perruches bisexuelles et les pommeaux de douche non-genrés. Quant à un référendum sur « l’immigration », malgré les preuves de la nocivité de l’invasion, macache !

(2) Citation tirée de La Lettre Patriote du 02/05/2019. L’affaire a été reprise par de nombreux médias alternatifs. Silence total de nos médiatres gavés de subventions.

(3) Il semblerait pourtant qu’heureusement les Britanniques ne l’entendent pas de cette oreille, si l’on en croit les sondages parus à propos des intentions de vote aux européennes de ce mois-ci : « Royaume-Uni : les partis pro-Brexit caracolent en tête des sondages » titre Le Salon Beige (info évidemment occultée par les médiastres subventionnés) qui indique un pourcentage de 23% (largement en tête) du nouveau parti de l’admirable Nigel Farage et de 4 à 6% pour l’UKIP. L’ignoble Soros-The-Hut n’a pas encore gagné la partie !

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.