Agression des ONG contre l’Italie : RAGE !

sorros-the-hut« DÉPUTES, QUI ÊTES RESTÉS AVEUGLES, SOURDS ET MUETS. LA POSTÉRITÉ VOUS MAUDIRA. […] »

Le vieux Menhir voit encore loin, et il a raison. L’U.E. est un système infâme, démovore, totalitaire. Un système sous la coupe des Boches (1), les seuls à avoir profité de cette pétaudière infecte. Les abrutis européâstres ont nommé Ursula von der Leyen pour succéder à l’ivrogne luxembourgeois à la tête de cette maudite commission qui fait les lois et détruit les nations. La donzelle est loin d’être une Walkyrie ! C’est une créature de Merkel et de la visqueuse CDU : aucun espoir de retour à la raison ni à Bruxelles ni à Strasbourg, ce Strasbourg que les Boches n’ont jamais cessé de convoiter.

Afin de calmer l’agité de l’Élysée, on a fait fort : nommer la vieille Lagarde à la tête de la B.C.E. Belle recrue : jugée coupable en tant que ministre de l’Économie pour « négligence » dans le cadre de « l’arbitrage Tapie ». 404 millions d’euros de détournement de fonds publics : tel a été le coût de sa « négligence ». Mais elle a commis pire, en permettant à la « finance islamique » de s’installer en France. N’allez pas croire que la vieille fera cesser la planche à billets, le système monétaire est désormais trop corrompu.

Le Menhir a averti tous les députassiers européâstres : « L’Union européenne est aujourd’hui un carcan qui paralyse les nations qui la composent au moment où leur défense est plus nécessaire que jamais. La nation est le cadre moral, légal et politique de tous les pays du monde. La nation reste donc le cadre le plus naturel, le plus efficace pour faire vivre et défendre les peuples qui s’y sont assemblés ». C’est pour nous une évidence : pas pour ces fiottes. C’est pourtant un fait d’expérience que les nations européennes ont plus que jamais besoin de se défendre contre la subversion des « progressistes » dégénérés et des sauvages du tiers-monde ! Subversion voulue, soutenue, organisée par les boches et leur Merkel, avec l’active complicité de ces ordures d’o.n.g. sorosâstres et de sales traîtres pourris de juges rouges.

Voyez, tous ces déchets ont brusquement passé à l’offensive tous azimuts. Destruction des peuples par des mesures de promotion de la perversion pédérastique-lesback et autres désaxés, dégénérés à qui les pouvoirs turpides donnent le droit d’avoir des enfants. Destruction des familles, intervention violente des États dans l’éducation des enfants.

INVASION ! On connaît les violations de la souveraineté italienne par les négriers. Le pire dans cette affaire est qu’une salope de juge rouge a remis une pirate négrière en liberté au prétexte qu’on aurait le « devoir » de porter secours. À qui ? C’est un fait connu, les marchands de chair humaine opèrent au travers les déserts hostiles pour acheminer leurs cargaisons d’envahisseurs -dont les terroristes islamistes. Pour cela, il faut une sacrée organisation logistique : points de ravitaillement en eau, vivres, carburant. Complicité de douaniers et policiers corrompus, complicité des djihadistes également. Tout cela aboutit aux rives de la mer, embarquement dans des rafiots de fortune, contact avec les ordures des o.n.g. pour aller récupérer les misérables envahisseurs jusque dans les eaux territoriales de la Libye, pays dévasté par Sarko et son complice british. Un trafic à l’échelle de l’Afrique avec l’active complicité de ces fumiers de « bien-pensants » européens dont les tyrans de la macronie.

Et on brave les interdictions sagement édictées par Mateo Salvini. On sait que les merdias boches ont soutenu la négrière Rackett, on sait que beaucoup de saletés d’o.n.g. sont boches, on apprend avec horreur que 75% des boches estiment que le « sauvetage » des envahisseurs ne devrait pas être attaqué devant les tribunaux. Et les « juges » rouges leur donnent raison, ces vermines ! Les allemands ont été un grand peuple de 1806 à 1945 ; ce n’est plus aujourd’hui qu’un ramassis de pédoques et de bourges protestants dont les vainqueurs ont lavé le cerveau pendant des lustres. Résultat : deux autres rafiots négriers ont violé les eaux territoriales de l’Italie ! Ces ordures d’immigrophiles essaient d’ouvrir une brèche dans la politique salutaire de Mateo Salvini. S’ils y parvenaient, l’Italie serait perdue.

À ces perversions innommables il faut une réponse armée. S’il ne tenait qu’à moi, les marines riveraines feraient des exercices de torpillage, on pendrait les capitaines négriers. On est trop civilisé en Europe, pourris d’idéologie ortho-humaniste, des « drwââââ de l’Haume ». Au moins peut-on mettre les rafiots sous séquestre, les couler en eau profonde, les découper au chalumeau. Et, disons-le, faire pression sur les jugesses rouges, les terroriser pour qu’elles respectent les droits de leur Nation. Car cette tyrannie des chats-fourrés, partout et en tout, est désormais intolérable. Mateo Salvini, s’il veut poursuivre son œuvre de défense de l’Italie, a une autre solution : dénoncer l’infâme traité de Schengen et rétablir totalement la maîtrise des frontières de son pays. Je suis sûr qu’un référendum posant la question au peuple italien ferait un tabac, ne s’y opposeraient que les fiottes et les curés du Bergoglio.

Devant leur ethnocide programmé, les peuples de l’Europe ont le droit de se défendre, que les cosmopolites de Bruxelles-Berlin-Paris se le mettent dans le crâne. Que ceux d’entre nous qui ont été soldats reviennent aux stands de tir. Que les plus jeunes apprennent le combat dans des stages spécialisés ! Il faut se préparer à la grande castagne : les vampires de l’U.E et leur saleté d’o.t.a.n. sont prêts à nous massacrer si nous ne leur obéissons pas. Ils ont bien détruit la Serbie et la Libye, ces ordures criminelles. Soyons prêts à riposter et à vendre chèrement notre peau !

Car en vérité la solution ne tombera pas du Ciel, ne sortira jamais des urnes : elle est sur le terrain, dans les embuscades, dans les coups-de-main, dans l’insurrection armée.

Européâstres ethnocidaires, bien-pensants, nous vous haïssons. Et vous êtes désormais pris dans nos collimateurs.

Raymond

(1) J’emploie à dessein le vieux mot qui, du temps où les français avaient encore du sentiment national, désignait l’ennemi d’outre-Rhin.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.