Rondelles de salami

Citizen Trump smallOn glapit beaucoup contre Donald Trump, tout le temps, mais en ce moment les médias du Propaganda Staffel, pilotés par le CSA (Censure Socialiste de l’Audiovisuel) sont particulièrement venimeux. Parce qu’ils ont les flubes.

Commençons par rigoler. Comme le cachent les tartoufles au pouvoir, mais comme tout le monde le sait grâce à la Réinfosphère, les bandes golgothes à Bilel ont allumé des barbecues avec deux-mille voitures un peu partout en France. Les lecteurs de Victor Hugo ayant pour habitude de prendre en vidéo leurs actions civilisatrices, des images circumnaviguent à une vitesse sidérale sur les réseaux planétaires. Forcément, l’équipe d’Onc’Donald en a eu vent, et le taquin de la Maison Blanche en a profité pour titiller l’infortuné président de France : « How is the Paris Accord doing ? Don’t ask ! »(1). L’accord de Paris étant un plan trisomique concocté par des tarlouzes riches et désœuvrées, qui font payer la note aux ploucs de nos campagnes, Trump en a très justement retiré son pays. Ce qui fait renauder la serpillère de l’Élysée. Bilel et ses sbires ayant produit des tonnes de CO2, goudrons et fumées à faire crever un scorpion, c’est sûr que Gretâne ne serait pas jouasse ! Mais, n’est-ce pas, comme ça vient d’une communauté « stigmatisée », on la ferme et on s’en va. Parce qu’on a les foies devant les racailles banlieusardes.

La réponse minable d’une fiotte de chez l’Hidalgote à la Mairie de Paris vaut son pesant de cacahuètes. Primo, l’énergumène sort un gros mensonge : «  Only 6 cars burned yesterday evening at 4 rue Tesson a nice quarter in the 10th district of Paris probably due to an accidental fire. »(2) Pinocchio, va ! Secundo, il essaie de se rendre spirituel, ce qui lui va autant qu’un tablier à un crapaud : « the Paris accord is still awaiting your support to make the planet great again. »(3). Les cons, ça ose tout. Comment une tarlouze climatolâtre dont les cervicales seraient explosées à la moindre grosse baffe ose-t-elle persifler en fils de pute et s’attaquer à un gros mec chef d’un gros pays et qui a des burnes ? Faut pas chercher à comprendre ce qui se passe dans l’unique neurone d’un phasme à trottinette électrique.

Ensuite : l’Onc’Donald a autorisé ses services pas très secrets à débiter en tranches fines un général Salami Soleimani, de nationalité Iranienne et chef de la garde des mollahs. Le plus marrant dans l’affaire, c’est que les tartoufles de la gauche occidentale pleurnichent avec autant d’entrain qu’ils ont jadis adoré la « révolution » que cette vieille salope de Khomeiny a ourdie contre le Shah. Au passage, ces abrutis devraient méditer sur le sort des communistes du Toudeth, joyeux participants au massacre aux côtés des barbus et ensuite hachés menu par leurs complices trisomiques vachement plus balaizes qu’eux : c’est ce qui attend tous les idiots utiles, partout et n’importe où.

Le mec explosé était connu comme le chef   de l’IRGC A-Qods, bande de gogols malfaisants issus des « gardiens de la Révolution ». Objectifs : fermer profondément leur gueule aux pas-contents en Iran, détruire Israël, exporter la révolution coranique. Bref, on avait affaire à un fils de pute format XXXL. Il était en Irak quand des schizos chiites dopés à la pisse de chameau ont essayé de prendre l’Ambassade US à Bagdad. Au passage, Trump qui a des balloches chromées n’a pas fait comme la vieille pute Clinton à Benghazi, lui il a envoyé les Marines prêcher le calme avec quelques petits dommages collatéraux. Alors, qu’est-ce que Salami foutait en Irak ? Il concoctait quelque fumisterie shiite, une sale vicelardise de limace. Il s’est fait fumer comme un jambon sur les lieux d’un de ses forfaits : bien fait pour sa gueule.

J’entends d’ici les connards : « voui, mais il a aidé à vaincre Daesh en Syrie ». Mais bande de couilles molles ! Vous n’êtes même pas foutus de comprendre le schpinz ! Allez, je vais vous aider. Espagne, 1936. Quand ces putassiers de républicains s’apprêtaient tranquillement à transformer le pays en Goulag, Franco a dépêché quelques Tercios arbis du Maroc pour épauler la contre-révolution. Du coup, toute la racaille d’Europe, communistes, socialistes révolutionnaires, anarchistes, plus Staline, est entrée dans la chicorne pour foutre le gros bordel marxien modèle Vichinsky. Le moustachu du Kremlin espérait bien s’emparer de l’Espagne, histoire de coxer l’Europe occidentale. Donc l’Adolph et le Benito ont dit « pas de ça Lisette ! » et ont envoyé du monde à Franco histoire de redresser l’Axe, de coincer un tantinet la France socialo-communiste du Front Populaire et avancer jusqu’à Gibraltar. Au moins, la tognée ramassée par les rouges nous a protégés du communisme à l’Ouest(4). C’est ça que nous devons à la Légion Condor.

Mais ce n’est pas parce que les Boches Adolphins ont joué un rôle utile en Espagne qu’Hitler n’était pas pour autant un fils de pute ! Il n’a pas boité pour montrer qu’il l’était bel et bien par la suite. Alors les Iraniens d’ A-Qods ont joué en Syrie à peu-près le même rôle que les Condor. C’est-à dire qu’ils ont foutu sur la gueule à des bouchers abrutis shootés au coran de la Mecque, sunnites salafistes wahabites épaulés en douce par les saoudiens, le Qatar, et… et… et les Occidentaux qui voulaient la peau de Bachar, question gros sous pétrolants. Jackpot : on se rapproche géographiquement d’Israël, objectif des mollahs, en même temps qu’on est félicité par ces andouilles d’otaniens qui avaient foiré leur coup. Mais il faut bien comprendre que tout ce foutoir n’était qu’un règlement de comptes entre ruffians mal embouchés. Quand on voit qu’en plus le sultan mégalo d’Ankara a ramené sa fraise de muslim brother, y a de quoi regarder sous le lit avant de se pieuter, gaffez-vous, chipolatas gauchistes !

Alors, bon, les Yankees veulent un peu calmer les ayatollahs histoire de protéger leurs intérêts et Israël, pas plus. Je ne suis pas sûr qu’ils envisagent de leur flanquer une bonne marmule, ce serait trop dangereux vu que Poutine et les Chinetoks pourraient bien s’inviter dans la bagarre ; nous verrons. C’est d’autant moins franc, tout ça, que les salafistes et autres wahhabites (de cheval), ennemis des chiites, poussent au cul tout en téléguidant les gogols islamistes implantés en Europe. Tu parles d’un panier de crabes, toi ! Alors, les tantoufles qui bieurlent parce qu’une saleté de fellouze chiite a été vaporisée, feraient bien de la fermer avant de l’ouvrir. Je vise particulièrement les gouvernements de l’UE et l’européâstrie, ces eunuques salissant leur caleçon à l’idée de la guèèèèère (on me dit que les merdias retentissent du mot « guerre » ; j’imagine l’Apathie dans son grand rôle de tantafiotte télévisuelle enragée). Tu vois, j’aime pas le mode de vie amerloque, leurs campus de merde où l’on recycle pour réexportation les conneries écloses il y a cinquante ans en rive gauche de la Seine, leur impérialisme de marchands de tapis, mais je respecte ceux qui ont des burnes. Et Donald Trump en a. Comme Vladimir Vladimirovitch en a. Comme en ont les Chinks qui flanquent des marmules aux emmerdeurs oïgours.

Moralité : quand un gros mec burné 6XL pousse un coup de gueule, un mec à trottinette gaulé comme un phasme l’écoute et ferme profondément sa gueule. Avis.

Raymond

(1) « Comment va l’Accord de Paris ? Inutile de le demander ! »

(2) « Seules six voitures ont brûlé hier-soir au 4 de la rue Tesson, joli quartier du Xe Arrondissement de Paris, probablement à cause d’un feu accidentel »

(3) « L’accord de Paris attend toujours votre soutien pour rendre la planète à nouveau grande »

(4) Mais quand on regarde l’Espagne d’aujourd’hui menacée d’exploser façon puzzle, gouvernée par une bande de fiottes rouges, on se dit que Franco a trop pris des gants avec la racaille gauchiste survivante. Total, la bande à Momo rapplique, Reconquista finita, et un/une trans de huit ans fait la morale au parlement d’Estrémadure sans que personne ne songe à lui flanquer une mandale pour le/la faire fermer son clapet de dingue. La gauche, c’est la chiure de l’enfer !

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.