L’escrologie est nuisible

hiboux025Les médias de grands chemins annoncent la publication d’un « nouveau » gouvernement pour ce soir. Je fais le pari que ce sera, comme précédemment, un ramassis de bouffons, d’incompétents, d’ignares, de corrompus. Le contraire serait étonnant, car la mare politique d’aujourd’hui ne contenant pratiquement que des batraciens de cet acabit, la macronie essaiera par conséquent de faire du neuf avec du vieux. Craignons toutefois que les zombies du socialisme ne sortent du tombeau : Taubira, Belkacem, Valls. Craignons surtout qu’à la faveur d’une « poussée » des verdâtres, largement surestimée, des imbéciles escrologistes soient appelés afin de continuer la désastreuse anti-politique de « transition énergétique » et d’édicter des « lois » d’escrologie punitive fort aptes à interdire toute reprise à une économie ruinée par une incarcération imbécile et criminelle de la population deux mois durant.

Parlons des escrologistes. Je vois refleurir l’appellation de « pastèques » pour désigner ces énergumènes vert écolo au dehors, rouge soviéto au-dedans. Encore « soviéto » ne convient-il qu’approximativement, car malgré leur totalitarisme brutal -qui est aussi celui de escrolos- ils avaient conservé une sorte de dignité humaine qui fait totalement défaut aux punaises vertes. Par exemple, aucun soviétique n’aurait admis le « mariage pour tous » et encore moins l’insémination des lesbiennes et la location d’utérus. Les escrolos, eux, non contents d’être totalitaires, cochent toutes les cases de la décadence occidentale. Éric Zemmour constate : « Les Verts sont des multiculturalistes assumés, des immigrationnistes assumés, des sans-frontièristes assumés, ils ont souci de la nation française comme de leur dernière éolienne. » C’est un fait. Ajoutons qu’ils s’acoquinent aussi avec les LGBT-machinchose, avec les adeptes de la « théorie du genre », avec les « antispécistes », avec les harpies extrême-féministes, avec les avorteurs, avec les euthanasistes, ils traînent dans les manifestations des racistes anti-Blancs. La liste complète de leurs vices et de leurs perversions serait longue si je voulais être exhaustif.

Je partage d’avis d’Éric Zemmour, lorsqu’il constate que ces punaises vertes s’inscrivent dans la droite ligne de l’idéologie prônée par l’officine fasciste Terra Nova : « Il y a quelques années, Terra Nova, qui était le cercle de réflexion proche du PS, avait recommandé au PS d’abandonner l’électorat ouvrier et populaire blanc pour le remplacer par une alliance composite de féministes, de jeunes femmes diplômées des grandes métropoles, d’enfants de l’immigration et de bobos .» Faut-il donc s’étonner que ce qu’il reste du Prolétariat, du monde rural, des strates ruinées de la classe moyenne, en somme la majorité des classes productives ne constitue pas l’électorat de cette engeance ?

Le « bobo » vote escrolo. Il est important de noter que la prétendue « vague verte » ne s’est manifestée que dans un petit nombre de métropoles. Qu’est-ce que le « bobo » ? L’antithèse d’un Homme. Il est semble-t-il courant de désigner le monde boboïde sous un sigle imbécile (un de plus !) de CSP+ qui veut dire : « catégories socioprofessionnelles les plus favorisées ». D’autres disent que ce sont les « gagnants de la mondialisation », disons simplement de petits bourgeois friqués sans racines, des plantes hydroponiques ravies de prendre d’avion pour se faire photographier devant la Grande Muraille, faire du « tourisme sexuel » au Maroc ou en Thaïlande, poster des insanités sur le Jacassin(1), tenant le superflu pour « chose très nécessaire », des paresseux faussement affairés, des esprits étriqués et férocement hédonistes. Ce sont des phasmes à trottinettes, jouisseurs, lâches et veules.

L’escrolo et son électeur sont par-dessus tout incohérents. L’on n’a guère de peine à s’en rendre compte lorsqu’on les voit adorer une gamine souffrant de carence psychique(2), entièrement téléguidée par ses parents pervers et des margoulins intéressés. Ils s’inscrivent dans la droite ligne des « déconstructivistes » genre Derrida, Foucault -à l’extrême, le fou étant simplement pour eux une « construction sociale » et le nec plus ultra de la Sagesse ! Ces énergumènes sont parfaitement incapables de logique, car ils ignorent le principe de non-contradiction qui veut que l’on ne puisse à la fois énoncer une proposition et « en même temps » son contraire, a et non-a sont contradictoires dans un même énoncé : ex falso sequitur quodlibet (3), on ne peut en déduire que des sophismes, en fait n’importe quoi.

En veut-on une démonstration ? La « transition énergétique » est un bel exemple. Je ne reviendrai pas sur la fausseté patente des affirmations climatolâtres selon lesquelles le « changement climatique » serait dû aux rejets de gaz carbonique consécutifs à l’activité humaine. C’est une fausse science comparable à celle des Diafoirus payés par l’industrie pharmaceutique. La paléo-climatologie montre au contraire que les variations climatiques sont des phénomènes naturels, et que le taux de 412 ppm(4) de CO2 est le même aujourd’hui qu’il y a trois millions d’années, lorsqu’il n’y avait pas encore d’espèce humaine. Par perversion de l’esprit, le « réchauffement d’origine anthropique » est devenu pire qu’un postulat : un dogme. Donc les escrolos ont peur d’un mythe, en vertu de quoi ils ordonnent, du haut de leur grande sagesse, que l’industrie baisse ses effluents CO2. Comme ils ont une trouille irrationnelle de l’énergie nucléaire, pourtant vierge de tout gaz carbonique, ils vous balancent à tout va de ridicules éoliennes, nuisibles aux paysages et probablement à la faune, ne produisant guère plus que du vent et incapables de fournir les flux énergétiques nécessaires aux sociétés industrielles. « En même temps » ils vous forcent à acheter des véhicules électriques (voiturettes, trottinettes) qui ont besoin d’être rechargés … par des centrales à charbon, crachant du CO2 pour suppléer les fantasques moulins à vent. Comprenne qui pourra. Sans oublier que les métaux rares nécessaires à la production de batteries sont sous la coupe principalement des Chinois, que leur extraction est polluante et qu’il faut d’énormes porte-conteneurs brûlant du mazout pour acheminer les trottinettes et voiturettes chez le bobo. Nous tenons-là le type même du paralogisme escrolo, et, soyez-en sûrs, toute proposition éructée par ces énergumènes-là manque à ce point de logique.

L’escrolo et son électeur vivent « per speculum et in ænigmate »(5), ils prennent les délires de leurs esprits malades pour la réalité. Pour une réalité qu’ils fantasment, car entassés dans les métropoles où le taux de crétinisme au mètre-carré est nécessairement plus élevé qu’ailleurs (avec le risque de contagion que l’on sait), ils n’ont aucune idée de ce qu’est la Nature, encore moins de ce qu’est le Cosmos, c’est-à-dire de ce réel que connaissent, parce qu’ils l’éprouvent au quotidien, les citoyens de la « périphérie ». Il n’est pas étonnant, donc, qu’ils adhèrent à toutes les perversions et turpitudes évoquées plus haut. Allons plus loin : l’électeur escrolo sait que sa ville deviendra sale, sans sécurité, que l’habitant sera écrasé d’impôts, que sa dette croîtra énormément, il suffit de regarder ce qu’il est advenu de Grenoble. Mais il vote tout de même escrolo parce qu’il croit que le mythe est la seule réalité.

Enfin l’on peut prédire sans risque de se tromper que toute mesure politique que les escrolos pourraient imposer aurait logiquement et pragmatiquement des conséquences désastreuses. L’ennui est qu’ils ont l’oreille des « politiques », qu’ils sont adorés des médias de grands chemins, qu’on leur permet aussi de pervertir l’esprit des écoliers. Il est par conséquent urgent de les arrêter, car ce sont en réalité des ennemis du genre humain, même si l’hypothèse qu’ils ne sont qu’une queue de la comète gauchiste en voie de disparition n’est pas totalement absurde.

 Revenons sur Terre, et en France. L’escrologie semble triompher à la suite d’une élection (municipale) où 60% des citoyens se sont abstenus de voter lorsqu’ils étaient appelés à le faire -il y eut nombre de réélections dès le premier tour. Il est évident que de multiples magouilles et « fronts républicains » ont découragé une majorité d’électeurs auxquels l’on n’offrait de choix qu’entre la peste et le choléra, entre des chiffes et de vieilles ferrailles usées. C’est un indice de l’extrême méfiance existant vis-à-vis d’un personnel politique illégitime, déconsidéré. Il s’est créé un vide politique. Coupez les arbres vigoureux d’une haute fûtée, et vous ne verrez plus que des arbustes rabougris, des ronces, de la mauvaise herbe : en contemplant les résultats de l’élection, vous ne voyez que cela, des bosquets étriqués de sorcières. Toutefois, il ne faut pas négliger le danger potentiel : en 1933, peu nombreux étaient ceux-là qui anticipaient les méfaits des nazis. En réalité, il n’y a pas de « déferlante » escrologiste, simplement un limon vénéneux stagnant dans certaines villes, qu’étoufferait vite la repousse d’un taillis de souches saines, si par bonheur un Chef s’élevait dans le Peuple.

Sacha

(1) Le Jacassin : Tweeter. (NdlR)

(2) L’autisme dont souffre la jeune Greta n’est pas une attrition d’une faculté psychique, mais le non-accès à cette faculté que nous nommons la Personne.(NdA)

(3) Du faux s’ensuivra ce qui vous passera par la tête. (NdlR)

(4) Ce qui donne 4,12/10 000, soit un peu plus de 4 molécules de CO2 sur 10 000 molécules d’autres gaz (oxygène azote, gaz rares…) dans l’atmosphère. Et l’on voudrait que cela produise un « effet de serre » ? (NdA)

(5) Saint Paul, I Corinthiens, 13 :12. « à travers un miroir et dans l’obscurité ». Reprise du mythe platonicien de la caverne. (NdlR)

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.