Contre nous de la tyrannie ….

diablesse-gjmj-smallLe stalinisme n’est pas plus mort avec Staline en 1953 que le communisme n’est mort en 1991. On oublie que le totalitarisme, dont le communisme n’est qu’un surgeon est lui aussi loin d’avoir péri. C’est peut-être une manifestation du mal traversant chacun de nous et prenant le pas sur le bien qui nous traverse également. La mémoire des résurgences du totalitarisme nous manque, comment dater la plus ancienne ? La République de Platon témoigne d’une lointaine utopie que l’on retrouvera dans la société totalitaire, l’Utopia de Thomas More, puis tous les « penseurs » des prétendues Lumières, du socialisme pré-ou postmarxistes en feront leur potage. Il est à remarquer que chaque fois que des hommes ont laissé d’autres hommes organiser la Jérusalem terrestre, s’ensuivirent les pires massacres, la pire servitude.

Le totalitarisme inverse les valeurs, ce qui est laid devient beau, ce qui est guerre est nommé paix, ce qui est injuste devient juste. Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour s’apercevoir que d’astucieux margoulins savent profiter des utopies pour satisfaire qui sa mégalomanie, qui ses appétits de lucre, qui ses vices, qui tout cela à la foi. Lisons Soljenitsyne : « L’idéologie ! C’est elle qui donne au crime sa justification et au scélérat la fermeté durable dont il a besoin. Elle lui fournit la théorie qui lui permet de blanchir ses actes à ses propres yeux comme à ceux des autres et de recueillir, au lieu de reproches et de malédictions, louanges et témoignages de respect. » (L’Archipel du Goulag, chapitre « L’industrie pénitentiaire »).

Fallait-il être naïf que de croire, après 1945, qu’une ère de démocratie allait faire couler des ruisseaux de lait sur l’Occident ! Déjà se nouaient les intrigues qui allaient asservir les peuples de l’Europe. On avançait à pas de loup, le glissement des pantoufles étant plus efficace que les bruits de bottes. Les peuples laissaient faire, et voilà que les plus conscients parmi les foules s’aperçoivent aujourd’hui avec angoisse que l’araignée totalitaire les détient dans ses rets. Cinquante ans d’idéologie subtilement grossière, européisme, féminisme, lgbétisme, générisme, décolonialisme, haine de sa race, indigénisme, mercantilisme, ont usé les consciences.

Quels rapports existent-ils entre le totalitarisme sanitaire en France et le coup d’état « démocrate » aux États-Unis ?  Ils procèdent de la même utopie que nous appelons « progressisme».  Sur la rive orientale du grand Océan, un histrion préside un ridicule « conseil de défense » et cache ses méfaits derrière l’autorité d’un étrange « conseil scientifique ». En réalité, il prend des mesures strictement politiques qui n’ont rien à voir avec la science. Lisant ce que l’on apporte du verbiage gouvernemental, et des décrets imbéciles, l’homme sage se demande : « Sont-ils idiots ou le font-ils exprès ? » Je répondrais : « Ils le font exprès parce qu’ils sont idiots ! »  Ils le font exprès parce qu’ils réalisent un plan ourdi par d’autres et qu’ils croient louable : contrôler par tous les moyens le peuple intrinsèquement indocile, le rendre idiot pour son bien. Ils sont idiots parce qu’ils croient connaître le Bien alors qu’ils font le mal. Ils sont idiots parce qu’ils ne comprennent pas que leur totalitarisme engendrera une Apocalypse dont ils seront eux aussi victimes.

Sur la rive occidentale du grand Océan, un parti devenu absolument totalitaire s’empare du pouvoir suite à un coup d’état. On fausse une élection par voie de fraude éhontée, on fait pire en organisant l’impuissance et la damnatio memoriæ d’un géant terrassé par traîtrise. On prépare la grande chasse aux sorcières pour installer tout ce que l’humanité a inventé de plus pervers. Et de plus idiot.

Michel Onfray dans Théorie de la Dictature (il eût mieux fait d’employer « tyrannie ») analyse à partir de 1984 et de La Ferme des Animaux les moyens d’instaurer la tyrannie totalitaire : détruire la liberté, appauvrir la langue, abolir la vérité, supprimer l’histoire, nier la nature, propager la haine, aspirer à l’empire. Nous y sommes, ma chère lectrice, mon cher lecteur ! C’est le présent du vieil Occident.

Oh ! Il n’y a pas encore de Goulag, encore envisage-t-on ça et là des camps de concentration pour « isoler » les covidiques -vous imaginerez bien qu’ensuite on y enfermera les dissidents. Mais s’organise la prophylaxie sociale chère à Staline : voyez par exemple comment les fanatiques démocrates organisent la mort sociale de tous ceux qui ont eu le courage de soutenir le Président Trump, ou plus près de nous comment l’on bannit toute dissidence intellectuelle, sanitaire, lorsque le dissident n’est pas tout simplement traîné au tribunal. Les naïfs pourraient se croire à l’abri, mais ils n’échapperont jamais à terme à la délation des sycophantes et à l’esclavage.

L’on aurait tort de croire que la tyrannie croissante ne profitera qu’à une infime minorité de très riches et très malfaisants bourgeois, aux Gates, aux Zuckerberg, non ! Réfléchissez : le tyran, s’il était seul, ne tiendrait pas une minute sur son trône. Il lui faut des sbires à le protéger, des laquais à le servir, des lâches à fermer les yeux devant ses méfaits, des brosses à reluire à le flatter. Ceux-là, si vils soient-ils, doivent être intéressés à ce qu’ils font, payés ; ce sont les « gagnants de la mondialisation » qui votent Macron, Biden. En fin de compte, cela fait du monde. Un bon tiers de la population, peut-être.

Voilà qui ne facilite pas la tâche à nous autres dissidents, car nous sommes peu nombreux et devons nous battre sur tous les fronts. Mais peu à peu, trop doucement parce que le temps presse, des consciences s’éveillent. Voici par exemple que des milliers de médecins s’organisent pour lutter contre la tyrannie sanitaire de la coterie macronique : la Coordination « Laissons les médecins prescrire », voyez aussi un « manifeste des libertés » : nous soutenons ces médecins courageux. J’espère qu’aux États-Unis l’on assistera à la résurrection d’un Tea-Party inspiré des options du Président Trump pour organiser la résistance et bouter les tyrans hors du pouvoir.

Mais il faut aussi organiser la contre-propagande. Il est réjouissant de constater que les titres boursiers des Facebook, Instagram, Tweeter soient à la baisse consécutivement à leur participation au coup d’état « démocrate ». Réjouissant qu’à l’inverse les réseaux sociaux qui ne pratiquent pas l’immonde censure, Telegram, Gab, VK voient augmenter considérablement leur audience. Il faut en effet faire pièce à la censure en utilisant les réseaux parallèles (1).

Ne perdons pas espoir, sans attendre de miracle battons-nous contre la tyrannie sous quelque forme qu’elle se manifeste.

Sacha.

 (1) On me dit qu’en Haute-Vienne des antennes réémétrices de TV et de 5G auraient été saccagées. Certes, il n’est pas mauvais que les téléviseurs s’éteignent, mais la technique employée semble celle de bourrins gauchistes. La Dissidence peut faire plus subtil et beaucoup mieux, par exemple en piratant les ondes.

 

 

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.