Gulliver enchaîné par Lilly-Pute et l’Apocalypse qui s’ensuivra

nancy-lilli-pute-smallMarre de ce dégueulis ! Nous allons rentrer férocement dans le chou de la « bien-pensance progressiste », en employant des termes qui pourraient choquer d’honnêtes péripatéticiennes dont nous reconnaissons l’utilité publique et le dévouement professionnel. Nous demandons à ces dames de nous pardonner par avance. Commençons :

Par un solo de trompette de cavalerie, cher à Pierre Dac : « L’as-tu connue la putain de Nancy/ Qu’a foutu la vérole à toute la cavalerie… » Ça colle bien, l’infecte Nancy Pélosi, harpie démonocrate, et toute sa clique, ont réussi à flanquer la vérole à tout l’Occident. Les démonocrates, ces cloportes hauts de trois pouces, ont réussi à force de hargne, de mensonges, de bourrage avéré d’urnes, avec la complicité des maquereaux de la Gross Technologie contrôlant les réseaux pourceaux, à terrasser Gulliver-Trump. Nous pouvons par conséquent induire que toute femelle vraie ou fausse, tout prétendu mâle métrosexuel ou parfaitement pédéraste du parti démonocrate mérite amplement le titre de Lilly-Pute. C’est un fait.

Moi, je l’aime bien, le Donald. On disait ceci ou cela de lui, mais il avait compris ce qu’il fallait faire, et s’il ne prenait pas de gants pour engueuler ses ennemis c’est que ces sagouins ne méritent pas qu’on les épargne. C’est calamiteux qu’il soit parti.

Parce que vous remarquerez que Joe-Robinet … ah oui, il s’appelle comme ça, sans doute parce qu’il exhibait son robinet à tout bout de champ quand il était petit. Bon, donc, Joe-Robinet-le-pourri cacochyme a prononcé son parjure sur la Bible avec, dit-on, cent-quatre-vingt-dix mille drapeaux plantés devant (ou derrière, je n’ai pas regardé la mascarade). Les uns disent que ces drapeaux remplaçaient la foule enthousiaste (si, si !) empêchée par la grippe chinetok de venir congratuler la momie, d’autres disent que c’est parce que des soudards bloquaient l’accès des lieux. Remarquez, c’est normal : quand un pronunciamiento réussit, les rombiers désormais en place s’entourent de gardes, des fois que le vain peuple ne serait pas d’accord. Autre hypothèse vraisemblable : ces drapeaux représentent 1/10 des morts ayant voté pour Joe-Robinet.

Pas besoin de commenter l’extase jouissive des cormorans progresso-mondialistes de tous les pays décadents ; ces tarlopes éduquées à calculer en cent leçons en jumillent dans leurs caleçons. Ecoutez un peu l’européâstre Von der Layette (ou quelque chose comme ça) : « l’Europe a un ami à la Maison Blanche ». Mon cul, oui ! Bref, tous les pervers, les vendus, les traîtres, les pourris du « progressisme » sont aux anges, et leur jubilation obscène fait gronder le mérite et rougir la vertu.

Il y a de quoi. Joe-Robinet-le-pourri s’est doté d’une harpie stalinienne pour présidente du vice. Celle-ci s’est, comme lui-même, parjurée sur la Bible dont elle se fout comme de son premier joint. Pas de problème, si la momie calenche pour de vrai, Vissarionova Djougachvilia est sur la rampe de lancement. Vous remarquerez que cette bande de voyous comporte aussi un stipendié de Monsanto au poste de secrétaire à l’agriculture. On ne peut faire mieux que de nommer un empoisonneur pour fabriquer des patates OGM. Là où pointe la perversion fondamentale des démonocrates, outre un( e ) pervers déclaré aux transports, c’est lorsqu’on apprend qu’à la santé on nomme un … une … enfin un truc « transgenre », pur produit des établissements Frankenstein & Mengele Inc. Ça s’appelle « Rachel » après avoir été « Richard ». Ce n’est pas un produit de la médecine, c’est un sous-produit de l’idéologie dégénérée, et c’est raté parce que ça ressemble à un vieux paillard de retraité déguisé en femme pour faire rire les copains. Avec ça, bonjour la santé ! Remarquez, c’est assez dans la logique des démonocrates, puisque la « santé » est devenue l’apanage des politicards qui s’en servent pour imposer leur tyrannie.

Bref, toutes ces saletés de « minorités » aux commandes, chez Joe-la-momie. Donc on détricote tout ce que Trump avait fait de bien, et pour être sûr de rester ad vitam æternam au pouvoir, « on » va donner des fafs US à onze millions de clodos invasifs qui voteront démonocrates dans deux, quatre, six,…, mille ans de Reich. Hé bande de cons, un empire, ça finit par s’effondrer, même s’il faut un siècle ! (1) Et c’est ce qui guette les États-Unis à moyen terme. En tous cas, pour le moment ces crapules tiennent à nouveau le haut du pavé et la vérole tombée sur le bas-clergé gagne du terrain dans l’europe des européâstres plus vite que le virus chinetok. Je pense que les Muzz, les Chinks et autres communistes se frottent les mains en rigolant : l’Occident est foutu !

La preuve : c’est reparti pour un tour, un merdeux qui n’a rien compris et ne sait ni entendre ni lire a semé des « fuck news » contre le Pr Raoult. Naturellement, toute la clique des salopards, assassins, ethnocidaires, lui emboite le pas. Dans cette cour des miracles, la mère Karine Gilead-Lacombe, lauréate de l’Académie des Ânes y va naturellement de son braiement. Bon, par effet Robinet, quoi, les salopards et les idiots se déchaînent… jusque chez Boulevard Voltaire qui publie l’article d’un petit imbécile -bête au point de montrer qu’il n’a rien compris- contre le Professeur. Là, disait mon copain LeFauché, « y a d’quoi s’la prendre et s’la mordre ». Si même des dissidents rallient l’en-même-temps de l’histrion élyséen, les carottes sont cuites.

 Bon, camarades citoyens, va falloir planquer ses miches, parce que l’effet Robinet va provoquer des ravages pires que la peste bubonique, même que la covid à la con ne sera qu’un pet de belette constipée à côté. Ça va être la grande « prophylaxie sociale » stalinienne, avec vaccin dans le cul et marquage du chiffre de la Bête (1). Les quatre cavaliers vont débarquer de leurs estafettes bleues, et vous satonner les noix, vous embastiller et vous faire crever dans des goulags new-look. Recta. Donc vous autres qui avez encore des glaouis, préparez vos carabines, parce que si vous comptez sur des élections pour nous sortir de la mouise, c’est que vous vous berlurez. On ne répond pas à la force perverse par des bouts de fafs ni par des mots : on applique la loi du Talion améliorée (pour un œil les deux yeux, pour une dent la mandibule), on balance des quetsches et du plomb fondu. Parce que l’Apocalypse est là et qu’on ne va tout de même pas crever comme des tarlouzes. Sus aux Lilly-Putes !

Bon, à plus, je vais graisser mes fusils.

Raymond.

(1) «Et un autre, un second ange suivit, en disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité! » (Apocalypse)

(2) « Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

13.18 C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. » (Apocalypse)

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.