shadoko-vaccinatorLe professeur Shadoko piquouze à tout va dans la grande pétaudière. Les rebelles ont des raisons de refuser et la piquouse et le passe-porc vaccinolâtre. Voyez ce qui arriva : « les Shadock inoculés se gonflaient, se gonflaient et à la fin éclataient. »  Conséquence : « les Shadock évidemment essayaient de se cacher (…) pour échapper au terrible fléau ou au vaccin du professeur Shadoko. »

Nous en sommes là, car le Groβ Pharma ayant soudoyé qui-de-droit et surtout les ceusses qui aspirent à la destruction des nations et à la tyrannie mondialiste, les potentats patentés poursuivent les Shadok citoyens en voie de sujétion pour leur injecter la thériaque coûteuse. Et finalement inutile au regard du rôle d’universelle panacée que lui ont assigné les manipulateurs, car il est désormais et officiellement reconnu que ce n’est pas la piquouze magique qui mettra fin à une épidémie somme toute peu létale et parfaitement traitable médicalement mais habilement exploitée à des fins politiques.

En effet, le Conseil d’État, la chose est désormais connue, a décidé qu’un vieux gars vacciné n’était pas pour autant exempté des mesures carcérales. La réponse dudit Conseil est un morceau d’anthologie : « Bien que la vaccination assure une protection efficace, le juge des référés relève que les personnes vaccinées peuvent être porteuses du virus et contribuer à sa diffusion dans des proportions qui ne sont aujourd’hui pas connues. La levée des restrictions de déplacement pourrait dès lors aggraver le risque de contamination, notamment pour les personnes vulnérables qui sont majoritairement non vaccinées.

 

Pour ces différentes raisons, ces restrictions de déplacement, même pour les personnes vaccinées, n’apparaissent pas disproportionnées. C’est pourquoi le juge des référés du Conseil d’État rejette la demande du requérant. » Fermez le ban.

Donc, si l’on comprend bien : a) la piquouze est « efficace », mais b) le piqué peut être contaminant. Voilà qui est bizarre en regard de l’objectif assigné à cette misérable manip’. La conclusion logique qui s’impose est qu’en fin de compte la piquouze est un baise-couillon. Ça l’est sanitairement, puisque cela ne résoudra pas l’épidémie. Ça l’est surtout parce que l’objectif final des potentats est bien le totalitarisme qui transformera ce qu’il reste de citoyens en sujets, les uns esclaves, les autres infantilisés. Si ces ordures arrivent à persuader une majorité de se faire piquouzer, il n’y aura plus d’obstacle à l’édiction de l’obligation vaccinolâtre et l’instauration du passe-porc insanitaire.

Je ne développerai pas ici des arguments maintes fois exposés par les gens intelligents ayant gardé les pieds sur terre, et souvent évoqués dans ce blog. Vous les retrouverez systématiquement exposés sur un site dont les vidéos sont protégées de la censure des Gafam, EMAKRUSI.COM, dont j’ai appris l’existence par « Le Dîner de Cons des Vaccinés ». Vous y retrouverez des émissions censurées, comme le documentaire « Hold-Up » ou un « zoom » de TV Libertés avec Alexandra Henrion-Caude. Je recommande particulièrement la série de conférences « Comprendre votre cerveau » traitant de la manipulation des foules.

Personnellement, je refuse a) de servir de cobaye aux pourris du Groß Pharma, b) d’obéir aux trous-du-cul gouvernementaux. Dans mon bled, l’édile essayait de compter le nombre de volontaires à la piquouze. Comme mon voisin, j’ai répondu « Niet ». En insistant malignement que je ne voulais pas d’Astra-machinchose et encore moins de Pfizer, mais que par contre Sputnik V… Même pas vrai, je n’accepterais à la rigueur qu’un vaccin classique à la Pasteur, à condition qu’il ne soit pas obligatoire. « Obligatoire » est un mot grossier donc hitléro-stalinien.

Philippot a raison de manifester. Il paraît que des artistes manifesteraient aussi leur refus de l’incarcération en faisant danser les gens sur des paroles un tantinet provocatrices (je n’irai pas jusqu’à dire « subversives »), si j’en crois l’ami Pierre Cassen (lui aussi libéré des youtubards). D’accord, c’est gentil, mais trop gentil, tellement gentil que cela me fait penser aux crayons, fleurs et nounours pour résister aux terroristes. Je préfèrerais que les musiciens et les chanteurs interprètent Le Chant des Partisans et incitent à sortir de la paille les fusils, la mitraille, les grenades. Car le turlupin élyséen, sa bande de forbans et leurs maîtres milliardaires mondialistes nous font la guerre. Il est légitime de répondre à leur violence tyrannique par la violence populaire.

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.