Procul e cloaca.

diafoirus-se-venge-smallUn mois sans publier ! En fait, nous sommes tous occupés à des travaux exigeants dont vous aurez connaissance un peu plus tard s’ils donnent les résultats espérés.

Et puis, que dire ?

- Marre de cette fumisterie de la Covid, arnaque organisée, de la même eau que l’arnaque climatique, et visant non point à soigner mais tout simplement à s’assurer de la docilité du cheptel humain. Donc niet au pass, niet au confinement, oui à la trêve des cons-Pfizer. Autant prévenir l’autiste de l’Élysée : Novax ! Et quoi que tu décides, quelles que seront tes oukases, non seulement nous ne t’obéirons pas, mais nous allons saboter tes actions. Et plus si grosse colère.

- Marre de voir une bande de traîtres et de bras-cassés européâstres, pro-atlantistes, mondialistes en diable, aller se faire toucher les écrouelles à Colombey-Les-Deux-Églises. Ces gueux s’imaginent se fabriquer une légitimité « gaulliste » pour briguer l’élection ; l’ennui est qu’ils sont exactement l’antithèse du gaullisme, et que le Général les mépriserait tant ils sont vils et faux.

- Amusant d’entendre les échos de la volière caquetante anti-Zemmour. Des échos seulement et des rediffusions partielles sur Youtube, car les médias de grand-chemin sont bannis chez nous. La volaille bipède -gauchistes, « wokes », macroniques, fausse-droite à la mode Pécresse-Bertrand- s’alarme parce que « Le Z » parle franchement et ne dissimule pas la merde-au-chat sous le buffet. Alors c’est un festival de vilainies, de bassesses, de mensonges, un fleuve de boue, de haine et de proscription. Sans aucune argumentation qui tienne debout, notons-le. Le Z, pour le moment, reste droit dans ses bottes et n’hésite pas à traiter de criminels ceux qui ont ouvert la porte aux assassins djihadistes. Il a raison. Pour l’heure, le barnum des marchands de tapis ne se déroule pas comme ils l’espéraient, et ces vermines sont contraintes à parler de choses graves, puisque le Z en parle.

- Ras-le-bol des « wokes » et de leur influence pernicieuse qui finit par contaminer le corps social. Ces dégénérés, cerveaux de pois-chiches, font peur précisément à la volaille fustigée ci-dessus et imposent leurs interdits débiles, comme chez les « danseurs à claquettes » de Science-Paul-Pot interdisant une conférence du directeur politique de Valeurs Actuelles au prétexte habituel de -phobies diverses et aussi variées que la connerie des « wokes ». Pour notre part, nous sommes décidés à flanquer une rouste façon maçon à tout « woke » qui nous cassera les burnes.

Bref : le pays est devenu un cloaque puant, un micelle interlope où même une truie ne retrouverait pas ses gorets. Et après, « ça » va à Colombey : leur en foutrais, moi, à tous ces foutriquets dont la place est qui au bagne, qui dans un fossé du fort de Vincennes au petit matin, qui à l’hôpital psychiatrique.

En tous cas, je vous recommande la lecture de deux livres récemment parus.

Le premier est co-écrit par Papacito et Julien Rochedy aux éditions Hétairie, Veni, Vidi, Vici, sous-titré « Menace sur les gauchistes ». C’est du concentré de pensée politique saine et de « punch line », qui fait du bien à lire, surtout lorsque le lecteur y retrouve ses propres idées présentées autrement, avec brio, par les deux compères. Imaginons la hure d’un gauchiste un peu alphabétisé déchiffrant cet ouvrage : le pauvre phasme en hoquetterait de rage et peut-être qu’avec un peu de chance il en crèverait !

Le second est celui de l’excellent Professeur Didier Raoult, paru chez Michel Lafon, Au-delà de l’Affaire de la Chloroquine, sous-titré « Comment l’industrie pharmaceutique pervertit nos systèmes de santé et met la nôtre en péril ». C’est instructif. Fraudes, erreurs, négligences, inconduite scientifique, biais négligé des conflits d’intérêt : vous en avez sans doute entendu parler, mais évidemment pas dans les médias de grand-chemin. Le Pr. Raoult explique le rôle de l’INSERM, celui de l’ANSM, le « Lancetgate » et la manipulation de l’information, celle des données, le mythe de l’obsolescence des molécules, l’affabulation digitale prenant le pas sur les réalités, la mise sous tutelle des grands journaux scientifiques par les scélérats de l’industrie pharmaceutique, l’hostilité sans base scientifique du « conseil scientifique », l’urgence « vaccinale » qui fait tomber toutes les barrières : précaution et responsabilité. L’on ne sort pas indemne de cette lecture, l’on est écœuré et révolté contre les brigands qui gouvernent, mais l’on retiendra la leçon à tirer de cette épreuve : « il ne faut pas régner par la panique ». N’est-ce-pas, Macron ? N’est-ce pas, Véran ?

Je vous conseille d’écouter le bilan dressé par Didier Raoult de l’état de décrépitude de la recherche française, minée par des politiques erratiques (lorsqu’elles ne sont pas sciemment trahison !) et les délires idéologiques :

Terriblement vrai, consternant, non ? Et si nous ne chassons pas les coquecigrues, rapidement, cela ira de mal en pis, jusqu’à l’effondrement ultime.

Enfin, réjouissons-nous de l’apparition du réseau « social » indépendant des GAFAM, nommé GETTR (on peut l’appeler « Guetteur »), annoncé sans censure, et pour cause, il est celui des amis de Donald Trump qui en sait long sur la censure par les bien-pensants. Vous pouvez télécharger l’application pour Windows ici. Papacito, Baptiste Marchais, Thaïs d’Escufon, Zemmour, Reinho, La Briens et bien d’autres censurés par les progressistes youtubards sont désormais sur ce réseau. Et ça marche ! Nous autres qui avons dès leur création refusé Fesse-bouc, Insane-gram, le Jacassin, avons pour le première fois un compte sur un « réseau social » parce que c’est GETTR et parce que l’on y trouve des gens que nous aimons bien.

¡ A quién maadruga, Dios le ayuda !

Sacha

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.