Incohérence et crime

phasme-colorRien de nouveau sous le ciel miteux de la politique française. Foutriquet se balade de G7 en OTAN, afin de complaire à ses maîtres dont il accomplit les projets perinde ac cadaver. Quant aux députassiers, ils grouillent en se disputent la gamelle, se débrouillant pour faire de 89 élus du RN des parias. Il faut dire qu’entre le « renouveau » LREM et la NUPES (DUPES), les objectifs de dissolution de la France sont les mêmes, seules changent les méthodes. Bon : rideau, ce vilain monde exaspère.

Notons tout de même que ce vilain monde montre bien qu’il se croit dans le cinquante-troisième état des États-Unis, puisque l’on entend dans le chaudron législatif des hurlements de démons plongés dans un bénitier, à cause de la décision de la Cour Suprême des États-Unis de rendre aux états la maîtrise de décider si chez eux l’infanticide est autorisé ou non. Décision qui ne concerne nullement la France, en principe. C’est compter sans l’épidémie de wokisme qui affecte l’ensemble des « progressistes ». Foutriquet : « l’avortement est un droit fondamental pour toutes les femmes. Il faut le protéger. » Le « la » est donné, et l’Aurore Bergé entend, à la grande joie des canailles de LFI, lance un projet de « loi » pour inscrire l’infanticide dans la constitution.

Incohérence : alors que toute la moraline s’acharne contre ceux qui veulent des armes pour protéger leurs biens et leurs familles, on veut sanctuariser celles qui tuent avec leur utérus !

Ah ! Que le « sociétââââl » est important, lorsqu’une guerre se déroule à l’Est, que se développe l’hyperinflation, que l’industrie atteint presque le point zéro, qu’il n’y a plus de sécurité qu’aux abords de l’Élysée, que l’école n’est plus qu’un paillasson à wokes, que la santé est vendue à Fauci et son commanditaire Big-Pharma, que l’agriculture ne sera bientôt plus qu’un souvenir, que nos frontières sont béantes au grand remplacement, que Von der Leyen fait nos lois, que les réfrigérateurs sont vides le quinze du mois !

Rien n’est plus important de noter sur le chiffon de papier qu’est devenu la constitution, le droit « imprescriptible » de tuer des fœtus -ou de les commercialiser. Je commence à avoir des pensées homicides, moi aussi, mais à l’encontre de ces vipères lubriques. Il y a des raisons à cela. Premièrement, le rôle d’une constitution, d’un exécutif et d’un législatif n’est en aucun cas de changer la société et de créer un « homme nouveau », sorte de zombie consumériste et hédoniste. Il est de conserver l’identité, la souveraineté, la cohésion de la Nation. Deuxièmement, j’en ai marre de l’énoncé de ces « droits » que rien d’autre ne fonde que les lubies démentes de ceux qui les énoncent.

Troisièmement, qu’on le veuille ou non, l’avortement est un crime, tout spécialement lorsqu’il est « de confort ». À la rigueur, il pourrait se tolérer si la mère était en danger ou si l’enfant à venir serait voué à des carences mortelles ou fortement handicapantes. Dans ce cadre, il serait « thérapeutique ». Dans tous les autres cas, c’est un homicide. J’en ai marre de toutes ces écervelées qui confondent cela avec la contraception. Voilà où mène l’hédonisme de sociétés gavées, dont la morale est absente (mais la « moraline » bien prégnante !) et en pleine décadence.

La décadence, c’est le chaos, le chaos c’est l’incohérence totale. On déplore une baisse constante des naissances alors qu’il se pratique quelque deux-cent-trente mille infanticides « légaux » par an, et pour combler les rangs on fait appel à la féconde main d’œuvre étrangère. Voilà où nous en sommes !

Alors, vous le constatez, lorsque le premier acte législatif proposé par cette « assemblée » de bougres de crétins vise à constitutionnaliser l’infanticide, le jugement que nous avons énoncé dans ces colonnes à propos de cette fausse « nouvelle donne » issue de 44% des électeurs inscrits (on compte les abstentions mais point les non-inscrits !), à savoir qu’il n’en découlera rien de sérieux, rien de bon, était parfaitement justifié. Tout cela n’est que foutaise, extorsion, mensonge et fourberie. Bande de cuistres !

C’est bien vrai : la France est bien morte le 24 avril 2022. Que les derniers Loth, les derniers justes, quittent cette Sodome, cette Gomorrhe vouées aux flammes ! Ou alors qu’ils prennent les armes !

L’imprécateur.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.