Rage !

les-pieds-nickelesIl n’est pas recommandé de trop flâner sur X-Twitter car, depuis que la parole s’y est libérée, l’on a tendance à réduire la réflexion à quelques lignes rapides, ce qui n’est pas nécessairement favorable à ce que doit être une sage rumination de l’information. En outre l’on aurait tendance à confondre les sources avec les preuves, ce qui n’est guère scientifique. Enfin, cela nuit aux blogs et sites, ces endroits où justement (à part quelques coups de gueule bien sentis) l’info est retournée sept fois dans le crâne afin de l’analyser. Donc l’on a tendance à moins écrire, voire à ne rien écrire du tout. Ce qui explique en partie que nous n’ayons rien publié depuis le mois de juin. L’autre raison est que nous avons des tâches d’organisation qui, avec des travaux divers, accaparent beaucoup de notre temps.

De plus, avouons que sans pour autant être découragés, nous sommes agacés par le triste spectacle qu’offre la France sous la tyrannie de l’olibrius de l’Élysée. Nous ne sommes évidemment pas dupes : le malfaiteur élyséen a l’art de manier la muleta devant le museau du taureau-peuple afin que celui-ci renonce à encorner les picadors qui lui plantent, avec vacherie, des banderilles dans la couenne. En ce moment, la muleta est la question -par ailleurs grave- de l’immigration. On va voir ce que l’on va voir, dit le gougnafier ; naturellement, nous ne verrons rien de sérieux, que du flan.

 Pendant ce temps, les prix des carburants atteignent la vitesse de libération pour foncer vers la Lune ou vers Mars. L’électricité est en court-circuit question prix, et naturellement il n’est pas question de sortir de ce piège du tarif européâstre voulu par les Teutons. La bouffe continue d’augmenter dans des proportions gargantuesque et l’on dit que 30% des Français en sont à danser devant le buffet. Pour couronner le tout, le génial Bruno-la-Science, auteur d’écrits cochons, nous prépare une dégelée d’impôts propres à nous faire battre le record galactique de l’extorsion fiscale, avec l’appui de la Mémère du 49-3.

Ne parlons même pas de la ruine complète de l’hôpital, de l’école, des services publics, enfin de tout ce qui devrait nous revenir en échange de l’argent que l’État macronique nous dérobe. En revanche, les gougnafiers, fidèles à leur maître US-democrat, affurent à fond les caisses du Zélensky et de ses nazillons bandéristes. Dernière connerie en date d’aujourd’hui : on va former des pilotes ukrainiens. Le temps qu’ils soient opérationnels, j’espère que la Russie aura réglé le problème bandériste.

Et puis, question diplomatie, c’est un poème ! Nous sommes virés de partout en Afrique. Dans l’affaire du Niger, c’est la pantalonnade complète, on se dresse sur ses ergots de coq châtré : « On reste et notre Ambassadeur aussi ! » et vlan, on est contraint de négocier le départ. Ce n’est qu’un exemple. Zut ! Il existait la Convention de Vienne de 1961 relative aux rapports diplomatiques, et on ne le connaissait apparemment pas ! Et concernant l’engagement réel du côté des bandéristes, on viole carrément l’article 35 de la Constitution, le parlement (il est vrai croupion) n’est même pas concerné alors que le cirque dure depuis février 2022.

Sans compter que les Teutons se foutent ouvertement de notre gueule, témoins les ruptures de coopération concernant l’avion de combat futur, le char de combat futur et ainsi de suite. Et l’on ne dit rien, nous sommes les cocus du faux couple franco-allemand auquel nous seuls croyons. Et nous payons très cher cette pleutrerie, le prix de l’électricité n’en est qu’un exemple.

La France désindustrialisée, à l’agriculture dévastée, incapable d’instruction publique sérieuse, réduite à néant dans le champ diplomatique, rongée d’inflation et d’impôts est devenue un pays du tiers-monde.

Et aucun échappatoire à l’horizon ! Les partis du système, de Macron à Zemmour en passant par Le Pen, sont désormais tous estampillés « euro-atlantisme ». Pas de Frexit en vue, il n’y a que l’UPR pour oser en parler sérieusement. Le pire est que petit à petit le programme de Davos se met en place, en suscitant systématiquement des peurs irraisonnées. Le mythe du « réchauffement anthropique » marche à fond, un anticyclone et El Niño deviennent un « dôme de chaleur » peint en rouge sur de fausses cartes météo. Tremblez, maudits Français, c’est de votre faute, vous bouffez du bœuf au lieu de sauterelles ! Et pour faire bon poids, on ressort la vieille cuisine du Covid, les masques, la soupe mortifère de Pfizer, les criminels de plateaux et toutim ! Mieux, on marie les deux mythes : Le « réchauffement » non seulement favorise « l’immigration climatique » mais aussi le Covid.

Naturellement, le sage voit bien la déraison de toutes ces âneries. Le sage s’insurge, mais il est bien seul, nul n’étant prophète en son pays et la majorité des gens étant parfaitement abrutis, intoxiqués, lobotomisés. Où sont passés les Gilets Jaunes ? Et les gueulards de la CGT ? Et … Et… ? Les gueulards récents, la Traoré et sa clique de gangsters enfoncent un clou, complètement à côté de la plaque mais bien sur le couvercle du cercueil.

Las carottes sont-elles cuites et la France, mère des arts, des armes et des lois, est-elle désormais morte ? Il faut une sacrée dose d’optimisme, d’espérance, pour penser le contraire.  L’infecte Schwab et des séides, le criminel Gates, les menteurs du GIEC, la commission européenne, les US-democrats, les racailles wokes, se frottent les mains : l’expérience menée au labo « France » semble bien marcher.

Qu’ils fassent gaffe ! L’Histoire est comme la plume au vent, elle varie brusquement. Personnellement, je rêve de fourches patibulaires où pies et corbeaux viendront caver les yeux des traîtres. Et que le cul des pleutres soit botté. Et nous autres sommes bien décidés à œuvrer pour que cela advienne.

Raymond.

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.