Éradiquer le socialisme

Oh maisIl ne faut pas écouter ce que racontent les commentateurs-laudateurs des médias, ni croire un seul instant aux rodomontades d’un premier ministre hautement partisan. Les résultats publiés hier (lundi 23) par le ministère de l’intérieur montrent que, concernant l’UMP et le PS, les pourcentages se rapportent à des coalitions et non à des partis. Au contraire, le FN n’entrant dans aucune coalition, son pourcentage est exact. Et ce pourcentage rapporté au nombres d’inscrits, qui ne diffère que de 1/100e de celui indiqué hier dans l’article de Raymond (12,30% ) en fait le premier parti de France.

 departementales 2015 fn-prem-600x537

Donc « on » nous a menti, une fois de plus. Les faits sont là, le FN retrouve  son niveau des élections européennes de 2014, arrive en tête dans les onze villes conquises aux dernières municipales, sera présent au second tour dans 1100 cantons, mènera 772 duels, arbitrera 297 triangulaires, se trouve en bonne position dans le Var (38,9%), l’Aisne (38,76%), le Vaucluse (37,4%), le Gard (35,54%), la Haute Marne (35,13%), l’Oise (35,11%). Il demeure puissant dans les départements de forte immigration du nord, de l’est et du sud-est ; il s’implante dans de nouveaux territoires tels les Côtes-d’Armor (18,99%), l’Ille-et-Vilaine (18,39%), la Loire-Atlantique (18,30%), la Gironde (22,78%), et il semblerait (sous toutes réserves) qu’il gagne de nouvelles couches de la population.

Désolé, monsieur Valls, pour votre tranquillité d’esprit : on appelle cela une victoire, pas un échec. Votre PS, quand il est tout seul, n’obtient que 6,3% des inscrits. Quoi qu’il en soit, une fois de plus les « communicants » du socialisme ont monté une manipulation de l’opinion. Mais cette fois, nous avons les chiffres pour montrer et démonter la manœuvre. Monsieur Valls, votre hystérie n’a servi à rien. Je suppose que vous et vos sbires allez nous concocter encore quelque coquecigrue pour faire peur et duper les citoyens. Nous espérons pouvoir dénoncer et tirer la sonnette d’alarme en temps utile.

Mais les faits sont là. Il s’installe un tripartisme qui va rendre caduc le bipartisme alternatif entre la droite molle et la gauche. Cela ne changera probablement pas fondamentalement le jeu des options politiques, car chaque sommet du triangle est indécrottablement étatiste, ce qui veut dire : spoliation-redistribution-gaspillage-irresponsabilité. Tout au plus peut-on espérer (mais c’est un vœu pieux) que la droite molle, sous l’influence du FN, soit un peu moins européâstre et plus rationnelle concernant l’immigration et l’islam. Car, tout de même, c’est bien là où l’immigration islamiste est la plus dense, crée le plus de problèmes et de menaces, que le FN est le plus fort. Il faudra bien en tirer des conséquences pratiques, non ? Certes, les calamités économiques aggravées jusqu’au cataclysme par la direction idéologique des affaires pèsent très lourd dans les options des citoyens ; mais, malgré la journée des dupes du 11 janvier, l’identité nationale et la sécurité intérieure pèsent aussi lourd. Que de fil en aiguille, les citoyens rapprochent cela des accords de Schengen et de la « cours européenne des droits de l’homme » et de ses oukases, ça risque faire mal, comme on dit vulgairement.

Naturellement, les socialistes conscients malgré tout de leur déconfiture, feront tout pour conjurer ce qu’ils considèrent comme une menace. Mais comme une menace visant en premier lieu leur pouvoir et l’idéologie bisounours du remplacement de population. Ils auront de plus en plus de mal, car désormais les faits sont trop gros pour être cachés sous les dénis, mensonges et décors Potemkine.

Bref : ce n’est pas la France qui est menacée, c’est le socialisme. C’est de lui qu’il faut se débarrasser en l’arrachant comme chiendent pour le priver de son implantation locale séculaire. Aussi, dimanche prochain, pas de « ni-ni » (peau de chien) : le pragmatisme commande de voter pour le candidat de droite, molle ou dure, le mieux placé. C’est l’objectif à court terme. Ensuite, il faudra sérieusement réfléchir au meilleur moyen de faire comprendre aux citoyens que l’étatisme est condamné par les faits, comme l’internationalisme. Et que notre Défense est sérieusement menacée (voir l’intervention de Gérard-Pierre ici). Vaste programme à long terme.

Sacha

Share
Cette entrée a été publiée dans A la Une. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.